Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

A Campi, en Haute Corse, il y a des enjeux municipaux majeurs! ...

7 Mars 2014, 11:00am

Publié par Jacques Heurtault

Il se dit que le scrutin municipal est celui qui mobilise le plus les électeurs ... et les électrices! Par les temps qui courent, il ne faut surtout pas commettre la faute de négliger le sexe féminin (à moins que ce ne soit le "genre" féminin?).

 

Je reproduis donc un article paru dans Le Point qui démontre que l'on se passionne, parfois, pour trois fois rien ... Du moins en première lecture!

 

Début de citation :

 

"Le 31 décembre, nous avons enregistré trente demandes d'inscription sur les listes électorales", s'amuse Françoise Curabet, maire de Campi, un petit village corse. Problème, la commune ne compte que dix-huit habitants à l'année et moins d'une centaine en haute saison. Pas de quoi expliquer un tel élan de citoyenneté. La plupart de ces inscriptions de dernière minute seraient liées à la candidature-surprise de Gérard Papi, une figure locale reconnue pour ses talents de chanteur. "Monsieur Papi est arrivé en Zorro, raconte-t-elle. Il est venu me dire : Il faut que tu t'en ailles." En quelques jours, Gérard Papi rallie de nombreux villageois. Ce qui ne manque pas de provoquer la colère de Ghislaine Filippi, "l'opposante historique" de Françoise Curabet. Avec trois candidats déclarés et une vingtaine de colistiers, la pagaille est totale.

 

Pour tenter de faire le ménage, les trois adversaires se jettent dans une féroce bataille administrative. Trente recours ont été déposés afin de contester autant d'inscriptions jugées litigieuses. "Je ne fais pas ça par plaisir. Je n'ai pas de mécène pour financer ma campagne", affirme Ghislaine Filippi. Dans le village, il se murmure en effet que près de 30 000 euros auraient été dépensés en frais d'huissiers... Une somme qu'aucun des candidats ne s'autorise à confirmer. Bref, au bout du compte, de nombreux électeurs sont radiés des listes. L'histoire aurait pu s'arrêter là. Mais très vite de nombreux soupçons pèsent sur la légitimité de la commission. "Le délégué du tribunal et celui de la préfecture sont des parents de Gérard Papi", affirment d'une même voix Ghislaine Filippi et Françoise Curabet.

 

Contacté par Le Point.fr, Gérard Papi ne souhaite pas répondre aux questions des "journalistes du continent", arguant que sa légitimité est indiscutable puisque son grand-père a été maire de Campi. Un maire qui a fait fuir "tous les bergers du village", croit savoir l'actuel premier édile. Plus étonnant, Gérard Papi ne réside pas à Campi, mais à Linguizzetta, une station balnéaire connue pour ses plages naturistes. Une situation incompréhensible pour Françoise Curabet, qui souhaitait être remplacée à son poste par Paul-Félix Costa, un ami fidèle. Sauf que "ce restaurateur de la plaine" figure parmi les radiés. "Les huissiers sont venus le voir sur son lieu de travail. Ils l'ont vu manger un steak. Cela leur a suffi pour dire qu'il n'habitait pas à Campi", rapporte Françoise Curabet.

Reste une interrogation, pourquoi un tel intérêt pour Campi ? Le village ne possède pas d'atout en particulier, plusieurs maisons sont à l'abandon et la population est vieillissante. En revanche, Campi est rattaché à une communauté de communes, actuellement dirigée par le premier adjoint d'Aléria, dont le maire avait apporté son soutien à Paul-Félix Costa. Mais Linguizzetta, la commune où réside Gérard Papi, souhaite en prendre la présidence. "C'est totalement délirant, je n'y comprends rien", lâche, dépitée, Ghislaine Filippi. Car, en dehors de l'attribution de marchés publics, les pouvoirs de la communauté de communes sont limités. Ce qui n'empêche pas les premières rumeurs de circuler. Et elles ne sentent pas bon.

 

Fin de citation.

 

La conclusion est très explicite et prouve, une fois de plus, que le diable se cache dans les détails!

Je rajouterai simplement que, après les Municipales, il y a des Sénatoriales et que, selon le mode de scrutin des sénateurs, toujours en vigueur, la "ruralité" est très nettement avantagée sur "l'urbanité" ...

 

D'ici à se qu'on découvre que derrière tout ce pataquès, il y a un siège de Sénateur à la clé, il n'y a pas forcément des km!

 

 

Commenter cet article

Daniel HEURTAULT 07/03/2014 17:15


Il paraîtrait même que des morts vont voter...!

Jacques Heurtault 07/03/2014 22:01



A Campi, je ne sais pas mais il semble bien que, en Corse, ce soit une habitude assez fâcheuse ...