Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Après la Crimée, Donetsk et Kharkov?

17 Mars 2014, 17:30pm

Publié par Jacques Heurtault

La Crimée, sans la moindre contestation possible, a décidé de se détacher de l'Ukraine, pays auquel elle avait été rattachée artificiellement en 1954.

 

Mikhail Gorbatchev, homme éminemment respectable et d'ailleurs respecté, à qui le monde entier doit la fin d'un système économique qui avait fait, lui même, la démonstration de son inefficacité, en particulier par son incapacité à satisfaire les besoins de base du peuple, vient de déclarer que "le peuple vient de corriger une erreur" et a fustigé le principe même des "sanctions" qu'envisage de prendre (ou qu'a déjà prises) l'Union Européenne.

 

De fait, il parait complètement insensé de dire, pratiquement dans la même phrase, que l'on veut résoudre une crise (bien réelle!) et en même temps formuler des exigences évidemment inacceptables pour la partie d'en face ... C'est pourtant, très exactement, ce que font l'Union Européenne et les Etats Unis.

 

Depuis bientôt quinze jours, l'Union Européenne et les Etats Unis donnent nettement l'impression de "rouler des mécaniques" beaucoup moins à l'intention des Russes que pour satisfaire à une exigence "politique" vis à vis des putschistes de Kiev. un message leur est adressé : "Nous sommes avec vous! Laissez-nous nous occuper des Russes!".

 

On finira bien par savoir ce qui s'est réellement passé! Tout comme on sait, maintenant, que la "révolution" contre Ceaucescu en Roumanie a été un coup monté de certains dirigeants roumains de l'époque (en particulier Illion Ilescu) qui voyaient bien qu'il fallait, coûte que coûte, procéder à la destitution dudit Ceaucescu et de sa femme devenus tout simplement complètement cinglés. On sait que c'est la Sécuritate elle-même qui a orchestré la "révolte" afin de pouvoir "évacuer" Ceaucescu loin de Bucarest pour pouvoir le liquider sans trop de risque.

 

On ne sait pas encore qui a quasiment organisé la "tuerie" de Maïdan ... On parle d'une hypothèse tout à fait réaliste : des tireurs d'élite ont, sciemment, sur ordre (mais de qui, exactement?) tiré aussi bien sur les manifestants que sur les policiers avec l'intention de tuer pour que s'enclenche un processus difficilement contrôlable aboutissant au résultat que l'on connait. 

 

Il faut faire confiance aux vieux adages, aux vieux proverbes! Notamment à celui qui dit que "On peut tromper quelqu'un tout le temps, on peut tromper tout le monde quelque temps mais on ne peut pas tromper tout le monde tout le temps" ...

 

Force est de constater que cette idée de séparation de la Crimée d'avec l'Ukraine, surtout quand le résultat a été obtenu d'une manière aussi nette et aussi massive, va faire des petits dans les cerveaux qui sont situés à quelques dizaines, quelques centaines de km de la Crimée, dans la partie Est du pays ...

Deux "oblasts" (c'est à dire l'équivalent, grosso modo, de nos "régions") sont particulièrement concernés : Donetsk et Kharkov ...

 

Toutefois, la situation n'est pas la même ... Certes la langue russe y est le mode normal d'expression des gens dans la vie courante alors que l'Ukrainien, lui, est très peu usité (même si la plupart des gens connaissent les deux langues). Mais, autant la Crimée a été russe, à part entière, jusqu'en 1954, autant les régions situées à l'Est du Dniepr n'ont pas cette caractéristique, du moins, très loin s'en faut, récemment!

 

Les dirigeants de Kiev auraient tout intérêt a décider, TRES VITE, que, en Ukraine, les deux langues, l'ukrainien et le russe, sont pleinement officielles, à égalité l'une et l'autre. Toutefois, ce n'est pas l'option la plus probable quoique ce soit la plus évidente et la plus légitime.

La "coalition" (ce mot est employé par les putschistes eux-mêmes pour parler de l'entité qui essaie de gouverner le pays) n'est pas politiquement homogène, loin s'en faut.

Il y a, au sein de cette coalition, une fraction clairement NATIONALISTE, c'est à dire profondément anti-russe. Le moteur, le ciment de leur action, c'est l'hostilité aux Russes, l'hostilité à Moscou en tant que centre du pouvoir russe. Ces nationalistes sont, eux-mêmes, divisés entre les Ukrainiens très attachés à l'Ukraine en tant que pays tandis que d'autres, probablement minoritaires, sont tout simplement des Polonais de culture voire, pour certains d'entre eux encore vivants, des gens qui ont connu le pouvoir polonais et dont la capitale était Varsovie. Ces territoires étaient encore partie intégrante de la Pologne en 1940! C'est le cas de la ville de Lvov (qu'on trouvera sous l'écriture Lviv sur des cartes "nationalistes"). Quand on a cette réalité présente à l'esprit, on comprend mieux pourquoi les Polonais étaient aussi présents dans les discussions qui ont précédé le drame de Maïdan. Depuis, ils se sont un peu calmé : Donald Tusk et son ministre des affaires étrangères font un tout petit peu moins parler d'eux ...

Le sérieux problème posé est que les nationalistes détiennent les ministères régaliens (Police et Armée).

D'autres participants à cette "coalition" ont une approche résolument pro-occidentale. Pour eux, l'Ukraine doit résolument se tourner vers ce qu'ils estiment être l'avenir. Je veux parler de l'Union Européenne. Ils ne sont pas anti-russes. Ils sont anti-soviétiques! Ce n'est pas tout à fait la même chose ... même si l'histoire du XXème siècle "autorise" (bien à tort!) une certaine confusion.

Lorsqu'un processus électoral aura établi un semblant de légitimité à Kiev, il n'est pas du tout certain que les "pro-occidentaux" ukrainiens s'entendent à merveille avec les "pro-polonais", c'est à dire ceux qui veulent que les territoires de l'Ouest de l'Ukraine rejoignent tout simplement la Pologne... Après avoir été - éventuellement - rattachés à la Pologne (retour à la période d'avant 1940!), ils ne manqueront pas de se montrer hostiles à l'Union Européenne ...

 

Cet éclairage permet de mieux comprendre pourquoi les puissances occidentales tiennent absolument que toute l'Ukraine reste organisée dans un seul Etat.

 

L'Est de l'Ukraine, ainsi que déjà dit, veut être tournée vers la Russie ... tout simplement parce qu'ils sont de culture russe. Il ne sont pas forcément favorables aux communistes mais Poutine leur apparait comme un pilier solide sur lequel on peut prendre appui. il sera là quand il le faudra. Cela ne veut pas du tout dire qu'ils sont favorables à la séparation d'avec l'Ukraine et favorable au rattachement à la Fédération de Russie. L'Ukraine soviétique n'a jamais fait partie de la Fédération de Russie ... Par contre, elle a bel et bien fait partie de l'Union Soviétique.

Comment les choses vont-elles évoluer dans cette région, dans les semaines à venir? Il faut, a priori, compter en semaines mais il se peut tout aussi bien qu'il faille compter en jours! Je ne saurais en dire plus ...

 

Pour terminer cet article, il faut dire quelques mots sur les grandes lignes de la Constitution ukrainienne.

 

1. Par nationalisme, elle a été conçue plutôt centralisatrice, en réaction à celle en vigueur en 1992, juste après l'effondrement de l'Union Soviétique qui a conduit la Crimée a opter pour son indépendance vis à vis de Moscou en restant dans l'Ukraine... jusqu'au moment où, ayant compris qu'ils avaient été bernés, le sentiment de retour à la mère-patrie a repris du poil ... surtout quand la Constitution a été modifiée dans un sens centralisateur en faveur de Kiev (après 1992 et avant 2004).

 

2. Par la force des choses, les premiers Présidents se situaient entre les nationalistes ukrainiens et les pro-russes. Les choses se sont gâtées quand Timochenko est arrivée au pouvoir et de pro-russe est passée pro-occidentale. Par réaction, les Ukrainiens ont élu un pro-russe avec une constitution centralisatrice dont il s'est servi pour se rapprocher de .. Moscou!

 

3. Patatras! Une Constitution centralisatrice pour pouvoir mettre la minorité pro-russe sous la botte, d'accord! Mais la même Constitution pour permettre un rapprochement avec Moscou, pas d'accord! Il y a des gens, comme ça, qui ont des comportements - du moins en apparence - "à géométrie variable"! En fait, ils ont une idée bien précise en tête ...

On a connu ça en Bretagne et en France pendant, notamment, la Seconde Guerre Mondiale ... Les nationalistes bretons ont clairement opter pour les nazis car ils avaient, avec les nazis, un ennemi commun : les Français! Un phénomène comparable s'est développé en Irlande ... L'Irlande qui avait de bonnes raisons d'être contre l'Angleterre (au moins depuis Cromwell!) s'est donc - discrètement - tournée vers l'Allemagne ... LOGIQUE!

 

 

L'intérêt du plus grand nombre, c'est donc de ne pas jeter de l'huile sur le feu, de reconnaitre le russe et l'ukrainien comme deux langues officielles dans toute l'Ukraine (et dans toute la Crimée, si possible!), de bâtir, ensemble, un Etat fédéral composée de TROIS entités (l'Ukraine "polonaise", l'Ukraine "ukrainienne" et l'Ukraine "russe"), la Crimée étant un cas très particulier ... surtout depuis le référendum du dimanche 16 Mars!

 

Bien malin celui qui pourra dire ce qui va se passer exactement ...

Commenter cet article

Loubomyr 18/03/2014 15:34


Nous ne pourrons jamais être d'accord sur ce sujet (comme sur d'autres) Je souhaite simplement que mes ami(e)s ukrainien(ne)s ou issus de l'émigration ukrainienne (deuxième et troisième
génération) ne tombent jamais sur vos écrits, car vous recevriiez alors une volée de bois vert!!!!

Jacques Heurtault 18/03/2014 17:19



Bien au contraire ... Dites leur l'existence de ce blog! Je leur offre une tribune ... Seule condition : une expression en français intelligible.



Loubomyr 18/03/2014 10:58


Décidemment, dans une démonstration sans nuances, vous continuez à qualifier de putschistes une masse de gens très hétérogène, certes, et dans laquelle des voyous et des agitateurs nationalistes
s'étaient glissés, mais pour une grande majorité, désireuse de se débarasser d'un dirigeant paratoquant le népotisme et la corruption la plus abjecte. Les putschistes sont toujours nettement
moins nombreux et portent l'uniforme, comme Napoléon et son coup d'état de Brumaire ou le "quarteron de généraux" sévissant en Algérie lors de l'agonie de la période coloniale. Décidemment
vous redoutez les révolutions : quelle frilosité!!!! Et en plus voilà que vous nous décrivez le Poutine, maquilleur de la constitution de son pays, despote s'appuyant sur la corruption, corrompu
lui même jusqu'à l'os, comme le sauveur d'un peuple ayant le droit de disposer de lui même. Ce serait grotesque si ce n'était aussi triste : à vouloir trop en faire, vous perdez toute crédibilité
et "qui trop embrasse, mal étreint!!!!!"


NB : Loubomyr est mon prénom ukrainien et signifie "Aimé de dieu" !!!!

Jacques Heurtault 18/03/2014 13:02



Je suis sincèrement désolé de l'ipression que je vous fais avec mes prises de positions au sujet de l'Ukraine et de la Crimée. Contrairement aux journaleux qui rédigent dans le sens de leur
employeur ou dans le sens de leur lectorat car "il faut bien vivre, n'est ce pas?", moi, j'écris comme je pense en m'efforçant simplement de donner de la cohérence à mes écrits.


Petit à petit, je dois en convenir, mon positionnement évolue ... La toute récente affaire Fabius ne va rien arranger si aucun rectificatif n'est apporté. En particulier, je verrai bien que
Fabius soit éjecté du gouvernement ... mais, bon, il faut toujours laisser une porte de sortie à une crise.


Oui, ceux qui "gouvernent" (enfin, qui essaient de gouverner!) à Kiev sont, clairement, des PUTSCHISTES! Ils ont pris le pouvoir après avoir provoqué la tuerie de Maïdan ... Je dis bien
"provoqué"! Avec le temps, je penche de plus en plus vers cette explication. J'ai un souvenir précis du récit (dénué de parti pris, donc car non "commenté") d'un journaliste français ... Alors
que tout était calme, les éléments les plus déterminés sur les barricades sont reparti à l'assault de la police qui était retirée à plusieurs centaines de mètres. Ces assaillants étaient ARMES!
C'est à partir de là que les choses ont tourné au vrai vinanigre et au vrai sang sans retenue!.


Non, des putschistes ne sont pas forcément revêtus d'un uniforme. Ce sont des gens qui prennent le pouvoir par les armes en profitant d'une situation cahotique. Donc, les "GOUVERNANTS" de Kiev
sont, stricto sensu, des putschistes ...


apparemment, en Crimée, il n'y a pas eu un seul coup de feu mortel ... Simplement quelques tirs de sommation.


J'ignore tout de Poutine ... Je ne sais pas ce qu'il a fait en Russie. Par contre, je suis convaincu qu'il jouit, actuellement, dans son pays, d'une popularité en hausse. On parle de 70%! On
aimerait que notre Hollande en ait simplement la moitié! Ce serait un grand progrès ...


Maintenant, le bon sens doit l'emporter! Il faut cesser ces soit-disantes "sanctions" qui sont l'expression d'une logique d'escalade ... Les analyses reposant sur des principes à géométrie
variable déconsidèrent ceux qui les font! J'ai une cohérence ... Il y a désormais, la Crimée, russe. Puis l'Ukraine russophone. Puis l'Ukraine "ukrainienne" (Kiev). Puis l'Ukraine polonaise ...
Le dépeçage de l'Ukraine ne me fait a priori ni chaud ni froid mais je suis intimement convaincu que le maintien au pouvoir des nationalistes extrémistes à Kiev va PROVOQUER ce dépeçage ... Ce
sera leur faute, à eux et à eux seuls!



historien 17/03/2014 19:11


L'Irlande était neutre durant la seconde guerre,mais des dizaines de milliers de soldats irlandais partirent combattre AVEC les ALLIES!quelques groupuscules nationalistes non représentatifs,
extrémistes ,fournirent des documents aux allemands(par haine des Anglais sans doute ,mais aussi par communion d'idées)Concernant la Bretagne,il s'agissait également d'individus non
représentatifs ,déja eux meme nazis,ou du moins fascistes.Quand on" fait "de l'histoire,il faut etre précis,nuancé afin d'éviter les amalgames et les caricatures;ce que vous me semblez souvent
faire.

Jacques Heurtault 17/03/2014 23:06



Exact! Tout ce que vous dites est exact ... Breiz Atao (La Bretagne toujours) a bien collaboré avec les nazis ...


Il existe aussi un dicton breton : "Catholique et Breton toujours, Boche jamais!" ...


Je n'ai nullement la prétention d'être un historien pas plus que d'être un journaliste ... Je ne suis qu'un simple citoyen qui écrit ce qui lui passe par la tête ... en vertu du principe de la
liberté d'expression à laquelle je suis viscéralement attaché. Tellement sacrée pour moi, cette liberté, que je signe toujours de mon nom, sous ma véritable identité ...


Je reconnais que je suis parfois un peu excéssif! C'est le propre des tempéraments passionnés.



GM 17/03/2014 18:57


Un éclatement de l'Ukraine, non ?


Ah, il est déjà acté...


Alors laissons les régler leurs problèmes, c'est la plus grande des sagesses, me semble-t-il !

Jacques Heurtault 17/03/2014 22:50



Le problème, c'est que d'autres, dont mon propre pays, veulent les empêcher!


De quoi ont-ils peur? D'une rectification générale de toutes les frontières? Que l'Alsace et la Lorraine veuillent devenir allemandes? Moi, ça ne me pose pas de problème! seule condition : il
faut que ce soit les Alsaciens et les Lorrains qui le veuillent, eux et eux seuls ... C'est à dire ni les autres Français, ni les Allemands!


Pareil pour tous les peuples qui veulent se libérer de ce qu'ils estiment être, peut-être à tort, des entraves ... Par contre, une fois indépendants, ils se démerdent seuls! Ils ne demandent rien
à ceux qu'ils viennent de quitter!


C'est bien ça, le droit des peuples à disposer d'eux mêmes, non? C'est écrit dans la Charte de l'ONU ...