Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Corporatisme lamentable ...

22 Janvier 2013, 22:55pm

Publié par Jacques Heurtault

C'est ainsi que Le Monde qualifie le comportement des grèvistes de l'Education Nationale à Paris ...

 

A défaut d'en savoir plus, voici ce que je sais déjà.

 

1. A Paris (et seulement à Paris, semble-t-il), tous les Directeurs d'école élémentaire sont complètement déchargés de classe. Ce sont des enseignants qui n'enseignent rien. Ils n'ont pas d'élèves devant eux. Jamais!

2. Le projet du Gouvernement visant à modifier le calendrier scolaire doit, selon toute vraisemblance, légèrement perturber ce système ... Il se pourrait, par exemple, que la Mairie de Paris (qui finance à ses frais la décharge complète) ait fait savoir que la nouvelle modification du calendrier impliquant une légère perturbation de l'emploi du temps des enseignants ne serait pas prise en charge par elle ...

 

Il s'en suit cette grève massive (90%!) ... qui me plonge dans un océan de perplexité.

 

Aussi vais-je me faire un plaisir de rappeler quelques principes essentiels.

 

1. Les enseignants, comme TOUS les autres salariés, doivent travailler 35 heures par semaine, 47 semaines par an!

2. Les vacances scolaires sont conçues pour les enseignés, pas pour les enseignants! Pour ces derniers, c'est CINQ semaines de congés par an. Point barre ...

3. Je n'ai pas d'opinion bien arrêtée sur les rythmes scolaires ...

4. Mais j'en ai une sur les résultats! En particulier, il me semble que l'on peut exiger que des élèves entrant au collège sachent tous lire, écrire et compter (mentalement) correctement ... La vérité oblige à reconnaitre qu'on est loin du compte, hélas!

Commenter cet article

Jean Daumont 25/01/2013 10:12


Vous savez ce que je pense de l'Education Nationale, en qualité (?) d'ancien "acteur" (!)... J'approuve donc votre article, mais il me faut cependant apporter quelques correctifs :


1. Le "travail" des enseignants comporte à la fois des cours en classe et les préparations et corrections ...Celles-ci pouvant être faites à l'école, il faut plutôt parler de 35 heures de
"présence"


2. Les vacances, comme les week-ends, ne sont pas seulement l'affaire des enseignants, mais aussi celle des parents qui veulent s'accorder plus de loisirs au prix d'un horaire trop lourd des
élèves pour les jours restants.


3. Les résultats en baisse ne sont pas dûs fondamentalement aux enseignants qui, pour la plupart, aiment leur métier ...Ils ont surtout été souvent mal formés, dans ce qu'on appelait les IUFM, où
on prêchait contre tout ce qui était censé "traumatiser" les élèves, comme l'orthographe (d'où les tentatives d'imposer "l'ortograf..." phonétique...et où on rompait avec la chronologie
historique, rendant les élèves incapables de placer dans l'ordre Vercingétorix Louis XIV, Napoléon et De Gaulle...

Jacques Heurtault 25/01/2013 17:52



Je souscris à votre remarque sur le comportement des parents qui, souvent, veulent en prendre "un peu" trop à leur aise! L'école doit être pensée pour les enfants, futurs adultes et non pas pour
les parents ni pour les enseignants.


Je comprends votre appréciation sur les enseignants mais je persiste à penser qu'il n'est pas normal que des élèves de CM2 ne sachent pas parfaitement lire, écrire et compter. Ce résultat doit
être impératif! Il n'y a rien à négocier sur cet objectif ... Quant à la méthode, ayant appris avec la "syllabique" avec des résultats pas si mauvais tous comptes faits, je suis partisan que ce
soit cette méthode qui soit IMPOSEE.


Dans le même esprit, je pense que l'autorité des maitres sur les élèves doit être posée avec fermeté de même que l'autorité hiérarchique du Directeur sur ses enseignants. Principe de base :
l'autorité doit toujours être présente ou représentée.


Après tout, si les parents ne sont pas satisfaits du rétablissement de la discipline, rien ne les oblige à maintenir leurs enfants à l'école! Les textes sont clairs : les parents ont pour seule
obligation d'assurer l'éducation de leur enfants. S'ils ne sont pas contents de ce qui se passe à l'école publique, ils peuvent choisir une école non publique voire leur propre méthode ... C'est
légal! Il suffit que l'Education Nationale donne son feu vert ...


Quant à Vercingétorix, son rôle historique  doit être ramené à la réalité. Jules César a pesé beaucoup, beaucoup plus lourd!



agent public 24/01/2013 23:03


Salut,


 


Tu pars bientôt à la retraite ou pas ?


 


Car avec ton salaire doré, on va pouvoir payer facilement 2 nouveaux jeunes conseillers motivés à recevoir des demandeurs d'emploi et qui ne s'écoutent pas parler, eux.


 


 

Jacques Heurtault 24/01/2013 23:34



Mais je suis en retraite! Comme annoncé, depuis le 1er Janvier 2013 ...


Je ne connais pas encore le montant de ma retraite mais je ne manquerai pas de le faire savoir ... puisque cela t'intéresse.



GM 23/01/2013 08:39


En fait, si j'ai bien compris quelques dires d'enseignants et directeurs que j'ai dans mon entourage, la réforme de "Payons" aboutit à les faire bosser plus (!!!) pour être payés moins !


 


Normal qu'ils se rebifent, non ?

Jacques Heurtault 23/01/2013 09:46



Donc, la réforme "Payons", ça consiste à ne pas payer? C'est du Sarko au carré voire au cube!


Et si je comprends bien, vous approuvez cette perspective?



Il Rève 23/01/2013 06:23


Monsieur Heurtault, bonjour et bonne année.


Corporatiste les enseignants de Paris. Si l'on entend par ce terme ce qui reste d'éthique professionnelle pour sauver l'essence du métier. Alors oui les enseignants sont corporatistes. Par leur
mouvement ils veulent défendre un acquis issu des hussards de la République. Pas moins mais pas plus. Celui de vouloir enseigner dans de bonnes conditions et d'être reconnus comme des maillons
indispensables à l'édification des citoyens cultivés et d'une République démocratique. Certaines pancartes ne s'y trompaient pas qui disaient : "Non à l'école flocons". Car c'est bien de cela
qu'il s'agit, dans la réforme des rythmes scolaires. Oui Monsieur Heurtault. Il s'agit d'introduire plus d'animations extrascolaires dans le temps scolaire. Et à ce rythme (scolaire) ce n'est pas
demain que les "enfants élèves" devenant "élèves ados" sauront davantage lire écrire compter en rentrant en 6me. Aujourd'hui c'est Paris, mais demain . . .avec mes respects.

Jacques Heurtault 23/01/2013 09:43



Bonjour et merci pour vos bons voeux. Je vous souhaite également une bonne année.


Je veux bien suivre votre argumentaire; cependant, j'apprends ce matin, en écoutant France Inter (là, au moins, il n'y a pas trop de publicité!), que, à Paris, les enseignants sont déchargés de
certaines matières telle la musique et quelques autres matières d'éveil (dont je n'ai pas retenu la liste).


Il s'agirait donc de la situation particulière de Paris et non d'un problème général à toute la France.


Je ne suis pas compétent pour apprécier davantage la situation.


Je réaffirme simplement que la PRIORITE ABSOLUE, ce n'est pas je ne sais quel "éveil" mais bien la lecture, l'écriture et le calcul (mental!).


A Paris, les gamins savent-ils mieux lire, mieux écrire et mieux compter qu'en province? Je suis incapable de répondre à cette question...