Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Couacs gouvernementaux : un jeu de massacre! Pitié pour eux : arrêtons la boucherie!

28 Octobre 2013, 10:00am

Publié par Jacques Heurtault

Pourquoi réécrirais-je (moins bien!) des choses qui ont été excellement écrites par un autre?

Je suis d'un naturel un peu fainéant, étant convaincu, depuis longtemps, que, contrairement à ce que pensent d'autres, le travail ne rend pas libre! C'est le pouvoir d'achat qui concoure le plus à la manifestation de la liberté!

 

Voici donc la reproduction de l'article paru dans Les Echos de ce jour au sujet des couacs gouvernementaux en matière fiscale.

 

J'entends d'ici les critiques ...

- "Comment? Vous, qui avez la dent si dure contre les "journaleux de merde", vous voilà qui reprenez in extenso le texte d'un article?

- "Oui! J'assume ... Il y a beaucoup de journaleux de merde ... Toutefois, il y a, aussi, de vrais journalistes ...

 

Début de citation :

 

 

L'alignement des prélèvements sociaux sur certains produits d'épargne n'est pas la seule décision fiscale sur laquelle le gouvernement Ayrault a dû revenir. Diesel, TVA, EBE, depuis deux mois les revirements ont été nombreux et la liste pourrait s’allonger. Revue de détail.

Le gouvernement a dû, à plusieurs reprises, faire marche en arrière en matière de nouvelles taxes - AFP
Le gouvernement a dû, à plusieurs reprises, faire marche en arrière en matière de nouvelles taxes.

L'alignement des prélèvements sociaux sur certains produits d'épargne annoncée ce week-end n'est pas la seule décision fiscale sur laquelle le gouvernement Ayrault a dû faire marche arrière. Depuis deux mois, les reculades se succèdent sur fond de préparation du Budget pour 2014. Dans une France où la pause fiscale annoncée par l’Elysée a peu à peu laissé place à un ras-le-bol fiscal , ce revirement sur la fiscalité de l’épargne pourrait bien ne pas être le dernier. Petite revue de détail.


La taxe sur l’excédent brut d’exploitation


Annoncée le 11 septembre comme « un transfert progressif des impôts qui pèsent sur la production vers les impôts qui pèsent sur les résultats des entreprises », la nouvelle taxe sur l'excédent brut d’exploitation (EBE) devait être la première pierre d’une refonte complète de la fiscalité des sociétés. Mais dix jours après l'avoir inscrite noir sur blanc dans le projet de loi de finances pour 2014, le gouvernement, mis sous pression par le patronat, a renoncé à l’instaurer. Il l'a remplacée par une surtaxe temporaire sur l'impôt sur les sociétés . « La politique, c'est aussi de la psychologie », avait expliqué le 6 octobre le ministre de l'Economie Pierre Moscovici, « nous avons poussé la concertation jusqu'au bout et nous estimons qu'il n'est pas possible dans ce contexte, tout de suite, d'aller vers une taxation sur l'excédent brut ou l'excédent net d'exploitation ».


La taxe sur le diesel


Après de longs mois de tergiversations et de déclarations contradictoires entre l’ex-ministre de l’Ecologie Delphine Batho qui présentait le diesel comme un « problème de santé publique » et le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg qui défendait les constructeurs automobiles français, le gouvernement a finalement décidé à la mi-septembre de ne rien changer en cette année à la fiscalité du diesel, au grand dam des écologistes.


La TVA


Le taux réduit de TVA qui devait être abaissé de 5,5 à 5% sur les produits de première nécessité, dont l'énergie, restera finalement inchangé. Ce sont les parlementaires qui ont pris cette décision , mais avec la bénédiction du gouvernement. En compensation, le plafond du revenu fiscal de référence - dont découle le paiement des impôts fonciers, redevance audiovisuelle, etc - a été relevé et l'abattement fiscal profitant aux parents d'enfants scolarisés dans le secondaire et le supérieur rétabli.


L’alignement des prélèvements sociaux des PEA, PEL et de et l'épargne salariale


Les gains issus de certains contrats d'assurance-vie, plans d'épargne en actions (PEA), et plans d'épargne-logement (PEL) qui bénéficiaient jusqu'ici d'une fiscalité allégée, devaient être alignés à des prélèvements sociaux de 15,5%, comme c’est le cas pour d'autres produits d'épargne. Le gouvernement voulait par là « simplifier et de rendre plus juste le calcul des prélèvements sociaux sur les produits de placement exonérés d'impôt sur le revenu » et faire entrer 600 millions d’euros dans les caisses de l’Etat. Accusé de pressurer les petits épargnants, il est revenu ce week-end sur cette mesure, dont il a exclu les plans d’épargne en action (PEA) , les plans d’épargne logement et l'épargne salariale mais pas l’assurance-vie.


L’écotaxe


Et la liste des taxes remisées dans les tiroirs pourrait bien s’allonger encore. En tête de liste, l’écotaxe poids lourds. Cette nouvelle taxe doit frapper, à compter de 2014, les camions de plus de 3,5 tonnes qui circulent sur plus de 15.000 km d'axes hors autoroutes à péage. Décidée par l'ancienne majorité à l'issue du Grenelle de l'environnement, cette taxe qui varie de 13 à 17 centimes du kilomètre selon les régions, devait s’appliquer au 1er octobre. Elle a été repoussée au 1er janvier par le gouvernement qui a évoqué « des dysfonctionnements persistants » et un « manque de préparation du dispositif et d'anticipation des difficultés sous le précédent gouvernement ». Surtout, elle provoque une levée de boucliers des chargeurs, des transporteurs et du monde agricole, notamment en Bretagne


La taxe à 75 %


Autre taxe qui donne lieu à un bras de fer, la taxe à 75 %. Payée par l'employeur et non plus par le salarié, cette taxe temporaire s'applique aux salaires dépassant 1 million d'euros par an... mais plafonnée à 5 % du chiffre d’affaires . Cette idée de taxer les plus riches _ un point fort de la des points forts de la campagne de François Hollande en 2012_ est devenu un vrai casse-tête pour le gouvernement en période de crise. Retoquée l'an dernier par le conseil constitutionnel, elle est aujourd'hui vivement contestée par le monde du football. Les clubs professionnels ont même voté une grève des Ligues 1 et 2 pour la fin de novembre. Ils seront reçus à l'Elysée jeudi. Pour l'instant, le président de la République s'est montré ferme . « La loi fiscale n'a pas encore été votée mais lorsqu'elle le sera, elle doit être la même pour toutes les entreprises, » a-t-il lancé.

JEAN-MICHEL GRADT / Les Echos

Fin de citation.

 

Tout est dit, hormis l'expression de mon point de vue personnel particulièrement sévère : Ce gouvernement ne terminera pas la législature! Non seulement il sera profondément remanié à bref délais mais encore, je n'exclus pas, à la "faveur" d'une crise politique grave, une dissolution de l'Assemblée Nationale. Dans un tel contexte, cela se traduirait par l'élimination complète des écolos (Ouf! Enfin...), la quasi-élimination des communistes et des mélenchonistes, la perte de majorité pour le P.S. voire - on a bien le droit de rêver - la social-démocratisation définitive du Parti Socialiste ... On y verrait aussi l'entrée significative d'un certain nombre de députés du Front National (20? 40? Plus?) et le retour de l'UMP et de la droite soit-disant "centriste" pendant deux ou trois ans, le temps nécessaire pour permettre à Hollande de se faire réélire en 2017 ...

 

Bon scénario? L'avenir nous le dira ...

 

 

Commenter cet article

GM 28/10/2013 18:15


A suivre...


Notez qu'il est dans l'ordre naturelle des choses qu'un gouvernement ne tienne pas 5 ans : Aucun à part ceux de "Fifi-le-déchu", mais il nous en a fait 14.


Une dissolution ?


Impossible sauf eémeutes ou coup d'Etat : Les "soces" y perdraient et le FN y gagnerait.


Et puis on a vu le résultat d'une dissolution à froid avec "Jupette"... L'angoisse !


Et pour tout le monde, ladite angoisse.


 


Y'a plus à espérer qu'un retour du bon sens, mais avec des "autistes-trisomiques", ce n'est pas gagné !

Jacques Heurtault 28/10/2013 18:51



Eh bien, je prends date! On verra bien qui aura raison ...



Loubomyr 28/10/2013 14:31


Puisqu'il semble acquis que les institutions de la cinquième république induisent la nécessité d'un forte personalité pour prétendre exercer le siège suprème, ne faut il pas attribuer cette
nécessité au fondateur de notre régime actuel; Tout le monde médiatico-experto-politico-sociologue s'accorde à dire que ces institutions étaient faites sur mesure pour de Gaulle. Après avoir
dénoncé le coup d'état permanent, François Mitterrand avait bien su se couler dans les habits du "monarque républicain" mais en dehors de cela : un Pompidou plan plan qui maintenait l'Héritage,
un Giscard qui commençait à le dilapider en révant de grandeur au coin du feu. Puis vint le "Grand jacques" qui sut entretenir l'illusion et un Sarko qui confondait communication brouillone et
vision de grandeur!!! Et parmi les prétendants éconduits, ce ne fut guère mieux : un Poher qui avait l'envergure d'un patron de relais routier! un Lecanuet qui dut se consoller en partageant la
Normandie avec D'Ornano! un Jospin qui possédait le charisme d'un Pierrot lunaire confit en stroskisme! une Ségo qui confondait bravitude et sens de l'Etat! Rien d'étonnant à ce que nous ayions
aujourd'hui un chef d'état qui confond conduite du pays et conduite du parti, qui à force de vouloir faire la synthèse et réaliser le consensus ne réalise plus grand chose en temps de vaches
maigres! Rien d'étonnant non plus à ce que le "chef" de l'opposition ne soit qu'un arriviste ne représentant que les intérèts des groupes participant activement au financement d'un parti laissé
exhangue par son prédecesseur.


Au final, si nous n'avons plus de grands hommes pour servir une grande république, comme nous ne changerons pas ls hommes, il serait peut être temps de changer d'institutions!!! Vous allez me
dire que cette marotte devient une obsession, mais que voulez vous, quelle que soit la façon dont on aborde la politique et la sociologie de notre "cher vieux pays", on ne peut qu'en revenir à la
même conclusion. La marmite est félée, les recettes ne donnent plus rien, le feu est vacillant : pas étonnant que la soupe ne soit plus bonne!!!!

Jacques Heurtault 28/10/2013 15:02



Changer les institutions? Encore faudrait-il se mettre d'accord sur le contenu des nouvelles! C'est un premier écueil ... Mais il y en a un deuxième : quelle méthode adopter pour construire les
nouvelles institutions?


Aussi, je préfère, de très loin, la méthode qui consiste à modifier petit à petit l'actuelle Constitution. Pour l'instant, je suis vraiment convaincu que nous avons d'autres chats à fouetter ...


Ma conviction intime (et, donc, mon souhait le plus vif!), c'est un grand gouvernement d'union nationale pour faire les réformes de fonctionnement indispensables.


Autant dire "mission impossible"! Il faut bien en convenir : tous les projets de refonte de nos institutions ont TOUS lamentablement capoté. Moi même j'ai des convictions très arrêtées sur les
institutions qu'il nous faut. Or, j'ai conscience que mes idées sur ce sujet sont très minoritaires!!



Loubomyr 28/10/2013 11:28


Que les Echos fassent du Hollande et du Hayrault bashing, rien de plus normal!!! Par contre, que le Point se fasse l'écho d'un sondage mesurant l'impopularité du TSM (Triste Sire de Meaux), voilà
qui est plus original; Et là je ne résiste pas au plisir du copié collé sur les raisons de son score d'impopularité:


Parmi les 73 % qui ont une image négative du patron de l'UMP, 78 % estiment qu'il est "trop perso", 66 % "arrogant", 70 % "arriviste", 60 % "démagogique" et "autoritaire", 56 %
antipathique" et 54 % "sectaire". Par ailleurs, 69 % ne le trouvent pas "sincère", 65 % pas "honnête" et 66 % ne le jugent pas "charismatique".


J'espère que ce copié/collé a fonctionné car parfois votre site laisse en blanc les résultats de cette opération (?!) Sinon retrouvez les résultats de ce sondage sur le site du
Point.


Je dois vous dire qu'à lire ce catalogue, mon sourire initial s'est transformer en une rigolade incontrolable!! Ah c'est trop bon!!! Maintenant, quel est le journaliste qui va lui foutre ce
sondage dans les dents la prochaine fois que le patron de l'UMP va pointer sa gueule enfarinée à la télé? Allez!!Qui? Qu'on rigole un bon coup!!!

Jacques Heurtault 28/10/2013 11:54



Le copié collé ne fonctionne pas dans les commentaires ... J'en suis désolé pour vous mais cette méthode m'a été recommandée par la plateforme Over Blog afin d'éviter l'introduction de "pirates"
...


Mais les chiffres  que vous donnez sont parfaitement révélateurs! Ils correspondent à la vision que j'ai moi-même de ce personnage ... C'est une sorte de Sarko avec moins de prestance, plus
d'esprit "teigneux", etc ... A coup sûr, indépendamment de ses orientations très droitières (plus que Sarko, à mon avis), il ferait un très mauvais président du fait de sa "personnalité"!