Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Crimée : Et maintenant voici la réponse du Peuple!

17 Mars 2014, 14:50pm

Publié par Jacques Heurtault

Ce matin, j'ai - précisément - porté à votre connaissance le choix que devaient faire les électrices et les électeurs de Crimée ce Dimanche même.

 

A l'heure où j'écris ces lignes, nous avons de "gros" éléments de réponse.

 

Certes, ils ne sont que partiels mais néanmoins très significatifs ...

 

Jugez vous mêmes :

 

1. Taux de participation  : supérieur à 81%

2. En faveur du rattachement à la Russie : supérieur à 95%

 

On se souvient que les minorités de Crimée (les Tatars et les non-Russes) représentent environ 37% du total de la population et que les "leaders" de ces deux communautés ont expressément appelé au boycott de ce référendum. Arithmétiquement, ils représentent donc environ 37% de "votes" hostiles non seulement au rattachement mais aussi au maintien de la Crimée dans l'Ukraine sous réserve d'un accroissement de l'autonomie par rapport au pouvoir central de Kiev.

 

Or, pour quiconque sait compter, 95% de 81% (sur un total absolu de 100% d'inscrits), cela fait 77% ... Autrement dit, 77% du total des inscrits s'est prononcé, explicitement, en faveur du rattachement à la Fédération de Russie.

 

En supposant que la consigne de boycott ait été suivie par la totalité des personnes hostiles à l'une ou l'autre des deux solutions proposées, le taux de participation n'aurait pas du dépasser 63% des inscrits ... Autrement dit, environ 40% (au moins!) des personnes supposées être hostiles par réflexe communautariste sont allez voter, n'ont donc pas obéi aux consignes de boycott.

 

On va, évidemment, trouver des grincheux qui ne vont pas manquer de dire que ces personnes sont allées voter par crainte de "représailles" de la part des "pro-russes". Si l'hypothèse est juste, on doit retrouver ces comportements contraints dans les votes blancs ou nuls ... Pour l'heure, je n'ai pas les chiffres exacts, complets et officiels. Je mets donc une toute petite réserve (vraiment toute petite petite ...) à mon analyse globale des résultats.

 

Il tombe évidemment sous le sens que si la moindre faille dans les résultats avait permis d'arriver à la conclusion que ceux ci n'étaient pas suffisamment nets, les Kerry, Merkel, Hollande, Barroso, Cameron n'auraient pas manqué de se précipiter dessus avec une voracité furibonde ... Il n'en a rien été!

 

Les résultats sont sans appel! Même en triturant les chiffres de toutes les façons que l'on voudra, au moins 75% (les trois quarts!) de tous les électeurs inscrits ont dit qu'ils voulaient que la Crimée soit rattachée à la Russie ... ainsi que c'était déjà le cas pas plus tard qu'en 1954 et depuis au moins 200 ans sans discontinuer ... Tout rentre donc dans l'ordre!

 

Le calendrier est maintenant limpide :

1. Ce Lundi, le Parlement de Crimée est convoqué pour voter une demande officielle de rattachement à la Russie.

2. Ce Vendredi, le Parlement de Russie (la Douma) a projeté de se réunir pour examiner la demande d'adhésion de la Crimée à la Fédération de Russie (à condition , bien sûr, que le Parlement de Crimée l'ait préalablement votée!).

3. Ultérieurement, le Conseil de la Fédération de Russie sera appelé à se prononcer lui aussi ... N'allons pas trop vite! Chaque chose en son temps ... D'après le Premier Ministre de Crimée, le processus complet d'intégration va demander environ un an. Il va falloir, en effet, mettre les lois de Crimée en conformité avec les lois de la Fédération de Russie ... Cela ne peut pas se faire en trois jours ni même en trois semaines et probablement pas en trois mois.

 

Bien évidemment, du côté d'Obama, Hollande, Merkel, Cameron et consorts, ça va criailler à tout va ... Ils vont prendre des "sanctions" ... Et, si des dirigeants russes sont visés, bien évidemment, en retour, des dirigeants américains, anglais, français, allemands, etc ... subiront un sort équivalent ...

 

Il me vient une idée de "sanction"! Géniale! Elle s'appelle Gérard Depardieu! On se souvient que Depardieu est désormais, à sa demande, titulaire d'un passeport russe ... Voilà, pour Hollande et Fabius, une cible idéale!

 

Rajout Lundi 17 Mars 2014 14H50.

 

Sur la base, encore incertaine, des chiffres donnés par les autorités de Crimée, la participation serait de 83% et le pourcentage en faveur du rattachement pur et simple à la Russie serait de presque 97%.

 

Bien évidemment, ces chiffres doivent être pris avec beaucoup de précaution, tout particulièrement le dernier qui ressemble un peu trop, pour mon goût, à un score "soviétique" (habituellement plus proche, cependant, des 99%!).

 

On finira bien par savoir ...

 

Une chose est certaine, ceux qui espéraient que l'appel au boycott amoindrirait la portée du référendum en sont pour leurs frais ... Manifestement, beaucoup des personnes membres des "minorités" (une majorité, au vu des résultats accessibles) n'ont pas suivi les consignes de boycott et n'ont pas voté blanc ou nul ni en faveur du maintien de la Crimée dans l'Ukraine. S'il y a des personnes qui contestent la validité des résultats (opérations de fraude, de bourrage d'urnes, de falsification des procès-verbaux de dépouillement, etc .), on ne tardera pas à le savoir ...

 

Sur la place Maïdan, l'atmosphère est décrite comme morose. Les nationalistes semblent avoir la gueule de bois et le moral considérablement affaibli.


Commenter cet article

GM 17/03/2014 19:03


Pourtant, c'était déjà plué avant même de décider du référendum, non ?


Même que les chars russes s'étaient déjà installés sur place...


ceici expliquant peut-être cela aussi, au moins en partie !

Jacques Heurtault 17/03/2014 22:56



Allons, allons!  Quand on ouvre la boite de Pandore, on trouve plein de choses à l'intérieur ... Y compris, parfois, ce qu'on ne pensait pas y trouver (et c'est précisément pour ça qu'on a
ouvert la boite!).


Le jeu des puissances "occidentales" est toujours le même :


1. Pile, je gagne ...


2. Face, tu perds ...


Si tous ces "braves gens", les Obama, les Hollande et autres Cameron, etc ..., avaient un peu de bon sens, ils reconnaitraient qu'ils ont voulu jouer en croyant d'être certain qu'ils allaient
gagner ... Manque de bol, ils ont perdu! Ils pourraient, au moins, être beaux joueurs!



Jean RIVAUD 17/03/2014 14:55


Il y a, que vous le vouliez ou non, dans la situation en Ukraine, en dehors de la Crimée, des analogies avec les Sudètes en 1938 et Munich qui devait apporter la paix pour mille ans (dixit
 Hitler)  - Tout est encore possible - Comme après Munich, personne n'ira se faire tuer pour la Crimée. Et pour les régions est de l'Ukraine? 


 

Jacques Heurtault 17/03/2014 18:08



Les Sudètes, allemands, ont été retirés à l'Allemagne parce que l'allemagne avait PERDU la Première Guerre Mondiale. Donc, référendum ou pas, un pays vaincu a un seul droit : la boucler ...
Surtout quand il est le pays deux fois agresseur (1914, 1939) et deux fois vaincu.


Je suis d'accord avec votre conclusion : tout est encore possible! Les dirigeants occidentaux seront-ils assez stupides pour infliger réellement des "sanctions" à la Russie et à la Crimée? Je
veux croire que non! Mais avec un Hollande (pour lequel j'ai voté ... Comment ai-je pu commettre une pareille bévue?) et un Fabius, il faut, désormais s'attendre à tout ... surtout au pire! Tout
le monde ne s'appelle pas Hubert Védrines ...


Les régions Est de l'Ukraine sont effectivement un vrai problème car l'idée même d'un rattachement pur et simple à la Russie ne manquerait pas d'être perçu, à bon droit, comme une provocation.



Jean Daumont 17/03/2014 09:49


La Russie, depuis Pierre le Grand, a toujours eu sa sphère d'influence, sous quelque nom que ce soit, et elle a toujours eu le problème de son ouverture à l'ouest - qu'il s'agisse de la
Méditerranée ou de la Mer Baltique - et à l'est au bout de la Sibérie (Vladivostok) ...Il n'y a donc rien de surprenant dans sa  politique territoriale, d'autant moins que la Crimée en
majorité russe ou russophone a été rattachée artificiellement à l'Ukraine en 1954 par Kroutchev ...Restent les minorités (Tatars...) ...probléme dont la Russie n'a pas l'exclusivité  ...Mais
à l'époque du Web et de l'Anonymus, cela compte de moins en moins...

Jacques Heurtault 17/03/2014 10:28



En effet! Il y a les "minorités", il y a le "communautarisme", et, dans une moindre acuité, les particularismes régionaux dont vous avez fait état sur votre blog ... C'est dans l'habileté des
dirigeants à aborder ces problèmes et à promouvoir des solutions consensuelles que l'on mesure la bonne ou la mauvaise qualité de la "politique".


Je ne suis pas d'accord avec vous, par contre, lorsque vous dites que le Web ne prend pas en compte ces particularismes ... C'est même exactement l'inverse qui va se produire et ça va rendre le
monde potentiellement dangereux car, aujourd'hui, il est extrêmement difficile de contrôler le "Web" ... En particulier à cause de l'anonymat des publications.



Jean RIVAUD 17/03/2014 09:34


"Le calendrier est maintenant limpide" dites-vous! Pour la Crimée, cela parait évident, mais pour les régions de l'est de l'Ukraine? Il est à craindre que la Crimée
est mis Poutine en appétit et que dans la foulée il aille au secours des russophones "menacés" - Comme Hitler ...

Jacques Heurtault 17/03/2014 10:16



Je n'imagine pas une seconde Poutine commettant une aussi grossière erreur ... Le régime poutinien n'est pas ma tasse de thé mais je refuse catégoriquement de mettre un signe "=" entre Poutine et
Hitler et même entre Staline et Hitler. Le régime communiste s'est effondré parce qu'il était, intrinsèquement, non-viable du fait de l'imbécillité de vouloir "administrer" l'économie de tout un
pays. Cette méthode a du sens lorsqu'il faut reconstruire, après une guerre dévastatrice, l'essentiel d'un parc immobilier et l'essentiel des usines. D'une certaine façon, Jean Monnet, quand il a
mis sur pied la CECA, afait "oeuvre communiste" car son système, complètement administré, quasi-autoritaire même, répondait aux exigences d'efficacité du moment.


Sur la suite, à échéance de six mois/un an, je vais probablement faire un article très prochainement.