Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Eclatante victoire de l'extrême-droite à Brignoles ...

14 Octobre 2013, 08:46am

Publié par Jacques Heurtault

Les résultats sont là, implacables dans leur brutalité : le candidat du Front National a été brillamment élu au second tour de la cantonale partielle de Brignoles (Var).

 

Environ 53% des voix alors même que le taux de participation a fortement augmenté entre les deux tours ... Inutile d'ergoter sur les chiffres : ils parlent d'eux-mêmes!

 

Déjà - cela a été dit et redit pendant toute la semaine - le score du F.N. avait atteint un niveau inégalé de 40%. Mais, nous disaient les beaux parleurs, la participation a été très faible (environ 1/3) et, au second tour, vous allez voir ce que vous allez voir, les électeurs vont se ressaisir et le "front républicain" va produire ses effets ...

 

Mon cul!

 

Ce qui devait arriver est arrivé ...

 

Il ne faut tout de même pas oublier que, lors du précédent scrutin, le F.N. avait gagné l'élection. Certes, de seulement cinq malheureuses petites voix ... Hélas! En démocratie - et il faut s'en réjouir - il n'y a pas de "petites voix" pas plus qu'il n'y a de "petits candidats". 

Le scrutin, pour cette raison, avait été invalidé ...

Il faut toujours avoir présent à l'esprit que les électeurs n'aiment pas qu'une autorité judiciaire vienne, implicitement, leur dire de quelle "bonne" façon il convient de voter. En cas de retour devant les électeurs, ceux-ci - sauf dans les cas manifestes de fraude scandaleuse - confirment, par principe, leur volonté.

Pareillement, depuis fort longtemps, une élection partielle, surtout lorsqu'elle n'est pas susceptible de peser sur le cours des choses (renversement de majorité notamment), sert volontiers de défouloir ... Les électeurs se servent volontiers du scrutin pour envoyer un message aux dirigeants, tout particulièrement aux dirigeants nationaux.

Ce qui devait arriver est DONC arrivé!

 

Quels enseignements nationaux peut-on tirer de cette indiscutable victoire électorale (presque 50% de participation, ce qui, pour une cantonale partielle, est tout à fait normal; 53% des voix, ce qui est au dela de la normalité ... Beaucoup d'élus aimeraient bien obtenir un tel résultat car ils sont généralement assez loin de ce score)?

 

1. Les électeurs sont exaspérés. Ils votent, pour le dire, avec une grande clarté.

En effet, ils ne votent pas n'importe comment! Ce vote n'est pas un simple vote protestataire de plus! La majorité qui gouverne étant ce qu'elle est, les électeurs avaient l'entière liberté de choisir l'opposant républicain, à savoir le candidat UMP. Ils ne l'ont pas fait alors même qu'ils ont éliminé, dès le premier tour, les défenseurs de la majorité gouvernante ... Le terme d'exaspération n'est donc pas trop fort!

Il est inutile de tarabiscoter les chiffres pour tenter, comme savent le faire tous les "politiques", de trouver une explication différente! L'explication est là, sous nos yeux ...

 

2. Les électeurs vont poursuivre leur action de "purge" partout où se présentera une possibilité significative de le faire.

Il y a trois grands types de configuration ...

- les autres élections partielles qui ne vont pas manquer de se produire ici ou là. Elles ne seront pas nombreuses car les caciques du système vont tout faire pour les éviter mais il y en aura quand même quelques unes.

- les "municipales générales" de Mars 2014. Grâce à la poussée dynamisante du résultat de Brignoles, des listes du F.N. vont émerger en bien plus grand nombre qu'avant. En particulier dans la plupart des communes ayant une certaine importance (plus de 9.000 électeurs), voire une importance moindre mais néanmoins significative (plus de 3.500 électeurs). Les Français et les Françaises ne vont pas élire massivement des maires, voire des Présidents de communautés de communes en très grand nombre mais ils vont profiter de cette fenêtre que constitue une élection nationale pour émettre un vote de protestation (au moins!) voire un vote d'avertissement ("Ca suffit! Vous changez, sinon gare ...!).

- les élections européennes! C'est évidemment là que l'avertissement va être le plus cinglant ... Vraisemblablement, probablement, carrément "cinglé"! Je ne suis pas devin mais je crois cependant avoir montré à plusieurs reprises ici même que je n'étais pas, non plus, complètement idiot.

Les élections européennes sont traditionnellement un défouloir car la plupart des électeurs et des électrices n'ont aucune conscience du rôle désormais extrêmement important que joue le Parlement Européen. C'est lui qui, en Juin 2014, va choisir le futur Président de la Commission, c'est à dire l'homme-phare de l'Union Européenne pour les cinq prochaines années.

Toutes les explications que l'on amènera dans la campagne des élections européennes à venir n'y changeront RIEN! J'ai présent à l'esprit le souvenir cuisant du référendum de 2005 ... J'ai eu beau ramer tant et plus pour expliquer que la meilleure façon de dire NON à l'Europe "ultra-libérale", c'était de voter OUI au projet de Traité Constitutionnel Européen, rien n'y a fait! C'était pourtant écrit dans le texte soumis au vote : plus de pouvoirs au Parlement Européen donc plus de démocratie, moins de technocratie ...

 

L'équation d'aujourd'hui est simple :

1. Ou bien le gouvernement parvient, enfin, à faire redémarrer la croissance et, corrélativement, à faire diminuer le chômage et il peut espérer alors une défaite de moyenne ampleur.

2. Ou bien il ne parvient pas à maitriser ces deux paramètres essentiels (croissance et chômage) et ce sera alors la plus phénoménale raclée politique qu'aucun pouvoir aura jamais pris, vraisemblablement du même niveau que celle prise par les socialistes en 1993 (50 députés!).

 

A bon entendeur, salut!

Commenter cet article

loubomyr 15/10/2013 10:16


Vous ne vous sentez pas le droit d'empècher aux autres d'atteindre le niveau de consommation que vous avez vous même atteint. Fort bien. Mais atteindre ce niveau de consommation est il en soi une
règle de bonheur? N'existe t il pas autre chose que le consumérisme pour être heureux? Quelques exemples :


Pour un loisir comme la lecture, il est possible d'acheter un livre neuf, sa réédition en poche, d'occasion ou de l'emprunter plusieus fois à la bibliothèque la plus proche. Qui aura tiré la plus
parti de sa lecture? Est-ce que posséder est vraiment nécessaire en l'espèce?


Pour la nourriture, entre acheter un gros pack de yourths en promotion, puis en jetter un quart parce que la date est dépassée (alors qu'il est encore commestible) et en fabriquer soi même et y
faire attention (justement parce qu'on l'aura fabriqué) , qui sera le plus satisfait sur le plan nutritionnel?


Pour se déplacer : entre acheter une bagnole neuve, une d'occasion ou en louer une lorsque c'est vraiment indispensable (avec transport en commun, vélo et pédibus en relais), qui prend le plus de
plaisir pour aller en vacances? Certains de mes amis parisiens ont adopté la dernière solution, bien qu'ayant largement les moyens d'investir dans une grosse berline allemande, et ils s'en
trouvent bien aises!!!!


Voilà quelques exemples qui illustrent bien mon propos sur la relation entre bonheur, consumérisme et respect de l'envirronnement. On peut les multiplier à l'infini dans différents domaines. La
décroissance économique n'est pas forcement signe de déclin. Au contraire il est posible d'envisager une certain développement durable, mais cette notion sera bien difficile à mettre en évidence
: les politiques, là encore, ont dénaturé le sujet. A droite, NKM faisait passer son green washing pour de la défense de l'envirronment et à gauche Hollande a créé un ministère du developpement
durable mais ce ministre est si efficace qu'on ne sait même pas qui il est. Les politiciens (y compris les verts du Parlement) ont donc perverti une philosophie politique pour en faire un hochet
de com' et d'image!!!  Et aorès, ils s'etonnent que l'on se détourne d'eux!!!!

Jacques Heurtault 15/10/2013 15:16



Je souscris à la plupart de vos remarques et de vos suggestions ... sauf la fabrication "à domicile" des yaourts. J'ai essayé : ça ne marche pas vraiment bien ...



Loubomyr 14/10/2013 12:49


Pourquoi voulez vous que le gouvernement aie pour charge de doper la croissance et diminuer le chômage? Pourquoi les deux en même temps? Depuis la première crise du pétrole, il y a plus de trente
ans, le taux de croissance n'a cessé de diminué et celui du chômage d'augmenter. Même lorsque le taux de croissance était beaucoup plus élvé qu'en ce moment, le chômage progressait
inéxorablement. L'extraordinaire taux de croissance de la Chine sur ces quinze dernières années n'empèche pas le chômage de masse, l'exploitation et la pauvreté dans ce pays Conclusion : la
croissance, contrairement à ce que nous raconte la doxa néo libérale, n'est pas, n'est plus, le remède miracle au chômage. Même en Allemagne, pays que l'on nous donne toujours en exemple,
l'amélioration des chiffres cache en fait une augmentation des travailleurs pauvres, précaires et soumis à des temps partiels et modulés imposés. Tous les économistes qui n'arrettent pas de nous
dire croissance, croissance, sont ceux qui se plantent depuis des décennies. Alors, au lieu de répéter ce dogme de "croissance = emploi", allez plutôt chercher ailleurs, d'autres solutions. Dans
un monde fini comme le nôtre, la croissance à l'infini n'est plus possible : il va bien falloir, un jour ou l'autre en venir à un autre raisonnement : comment améliorer le sort de l'humain dans
un contexte de décroissance économique. La croissance n'a jamais servi à lutter contre le chômage : elle a servi à enrichir encore plus les plus riches, à engrosser les fonds de pension, à
permettre aux banksters de jouer au casino mondial de la finance, pas à autre chose. Je vous avait recommandé pour vos vacances de lire Lordon, Todd, les économistes attérés et autres "hérauts"
de l'altérité ; force est de constater que vous n'en n'avez rien fait !!!!! Vous continuez à croire et à proner des processus économiques qui ont failli!!! Etes vous adepte de l'adage qui veut
qu'on ne change pas une équipe qui perd?

Jacques Heurtault 14/10/2013 18:16



je vous avoue, piteusement, que je n'ai pas lu les ouvrages dont vous parlez. Je n'ai pas tenu mes engagements. Bien qu'étant en retraite, je ne trouve pas le temps de me plonger dans ces
lectures souvent longues.


Pour vous répondre sur le fond, je dois vous préciser que, selon moi, il faut faire la différence entre le court terme (dans l'année qui vient, c'est à dire 2014), le moyen terme (à partir de
2015 jusque 2020 inclus) et le long terme (au dela de 2020).


1. Je ne suis plus un productiviste forcené. je l'ai été mais je me rends bien compte que les ressources sont limitées et qu'il faut désormais privilégier la qualité à la quantité.


2. Toutefois, je ne me sens pas le droit d'interdire aux autres d'accéder au niveau de consommation que j'ai moi-même atteint. C'est tout particulièrement vrai des personnes vivant dans des pays
particulièrement ravagés par la pauvreté.


3. Quant au chômage, je vous ai donné ma réponse : il faut partager le TEMPS de travail (et non pas le travail ... attention!). On est loin du compte ... Je ne crois donc pas que la croissance
soit la réponse au chômage. Cependant, il va bien falloir faire admettre à un très grand nombre de gens (au moins 2 milliards!) qu'ils vont devoir se serrer la ceinture car il est tout à fait
clair que si on prend seulement aux "riches" ce dont nous avons besoin pour satisfaire les besoins basiques des pauvres, cela ne va évidemment pas suffire ... Pour faciliter les choses, le mieux,
c'est encore d'avoir un peu de croissance! Disons 1 à 2% l'an, ce serait presque parfait!



GM 14/10/2013 10:37


Au moins 28 % aux européennes : j'en prend le pari ... depuis plus d'un an maintenant !


 


Le problème, c'est que plus personne ne sait comment faire pour enrayer la mécanique, ni à droâte ni à gôche.


Sauf "Konne-benne-dite" qui ouvrirait bien toutes les frontières de l'Europe et ferait voter tout le monde.


Et encore ...

Jacques Heurtault 14/10/2013 10:52



Là, vous y allez un peu fort ... Je table pour ma part sur 22%.


Heureusement, pour "octroyer le droit de vote aux immigrés non-communautaires aux élections locales, il faut modifier la Constitution et donc obtenir 60% des voix au Congrès. OUF!


Personnellement, je suis favorable à ce que tous les ressortissants de l'Union Européenne résidents puissent voter à toutes les élections, y compris présidentielle et législatives, sous réserve
de réciprocité.


Un Algérien vivant en France depuis 30 ans ne pourrait donc pas voter à aucune élection en France. Un Suédois vivant en France depuis 6 mois et plus (statut de résident) pourrait, lui, voter à
toutes les élections en France A CONDITION que les Français vivant, dans les mêmes conditions, en Suède puissent voter à toutes les élections en Suède ...