Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Et maintenant, le divorce pour tous!

4 Janvier 2014, 12:13pm

Publié par Jacques Heurtault

Il fallait que ça vienne ... Il ne pouvait en être autrement!

 

Nous sommes sortis d'une présidence Sarkozy avec une modification très substantielle des règles du divorce : avant Sarko, dans l'hypothèse d'un divorce par consentement mutuel, il était nécessaire de passer DEUX fois devant le Juge aux Affaires Matrimoniales (c'est ainsi qu'il s'appelait à l'époque). Bien entendu, ce double passage n'était pas anodin. Il fallait laisser aux époux qui voulaient divorcer le temps nécessaire de bien réfléchir avant d'engager la procédure et avant que la décision ne devienne complètement irrévocable.

 

C'était un excellent dispositif.

 

Mais le président en exercice de l'époque était lui-même en instance de divorce ... Or, c'était - nous avons tous pu le constater - un "énervé", un impulsif ... Devoir passer deux fois devant le juge pour obtenir une décision de divorce, c'était trop lui demander! Vite, il faut faire vite! Et tant pis si, ce faisant, on fait "mal" ...

 

Nous avons donc eu droit, comme d'habitude, à la précipitation ...

 

Avec le "nouveau" président, nous avons eu droit à un bouleversement des fondements mêmes du Code Civil dont le principe du mariage exclusif entre deux personnes de sexe opposé  ...

Alors même que l'opinion publique n'était pas follement enthousiaste face la perspective du mariage entre deux personnes de même sexe (il suffit, pour s'en convaincre, de constater la persistance et l'importance de la protestation populaire dans la rue), alors même qu'une perspective de compromis existait bel et bien avec la possibilité de mise en place d'une Union civile complétée par l'adoption simple, le président n'en n'a eu cure ... Il est passé "en force" en refusant ce compromis (qui aurait été ratifié par au moins 80% des députés et des sénateurs) et en refusant, en outre, un quelconque référendum.

 

Maintenant, il s'agit, ni plus ni moins, de permettre le divorce comme une simple formalité administrative devant être enregistrée devant un greffier et non plus validé par un JUGE ... Un juge peut dire "non" à un projet de divorce même s'il est "par consentement mutuel" sur le fondement que les conditions ne sont pas suffisamment équilibrées (garde des enfants, liquidation des biens de la communauté, réalité constatée de la volonté commune des parties de divorcer, etc ...). Un greffier, n'étant pas magistrat, ne pourra pas bloquer une procédure car son "intime conviction" n'est pas nécessaire ... 

 

Tout devient clair dans mon esprit ...

 

Ce président, cette ministre de la justice, et donc ce gouvernement veulent, ensemble, détruire la société civile ... ni plus ni moins!

 

On comprend, maintenant, pourquoi ce président n'est pas marié et ne l'a jamais été ... On comprend ce que veut vraiment cette ministre de la justice ... Ils ont, l'un et l'autre, dans le cadre d'un vécu personnel, une idée de la relation de couple POUR EUX MÊMES et ils entendent faire en sorte que cette conception qui leur est personnelle devienne la règle pour l'ensemble de la société civile. On comprend cette précipitation ....

 

Il s'agit, pendant qu'il en est encore temps, de tuer les fondements de notre culture multi-séculaire ...

 

Il faut qu'il fasse vite, en effet! Il faut installer dans les faits ces conceptions afin qu'elles soient irréversibles et qu'aucune nouvelle majorité ne vienne remettre en cause ce qui aura été voté par une "majorité" dont tout démontre qu'elle n'a plus la véritable majorité dans le pays!

Il faut faire vite, en effet! Car, si les circonstances précipitaient la fin de cette majorité, il faut que, au moins, ces bouleversements soient votés ...

 

Pendant ce temps, le chômage continue son "travail" de sape des fondements du vivre ensemble ... De combien sera la prochaine augmentation du nombre de chômeurs? Cent mille? Cent cinquante mille? Nul ne peut le dire ... Mais tout indique qu'une nouvelle augmentation sera constatée, pour le mois de Décembre 2013, aux environs du 25 Janvier 2014 ...

 

Stop! Ca suffit! Trop, c'est trop! Je n'en peux plus, je n'en veux plus!

Commenter cet article

loubomyr 10/01/2014 17:38


"Si la loi permet aujourd'hui à un repris de justice ayant purgé sa peine de se présenter à une élection, alors la loi est mal faite!"==> Et si la loi permet à des traineurs de casseroles
comme le détestable ancien ministre du budget de sarkounet de venir pérrorer devant les micros, il y a la aussi une hiatus à corriger !!!!

Jacques Heurtault 10/01/2014 17:42



Allons! allons! On ne peut quand même pas interdire à qui que ce soit de venir contredire ses adversaires politiques! Ce ne serait tout simplement pas admissible ...



Jean Daumont 10/01/2014 10:09


Que les Hollande et autres Taubira aient un comportement hors de l'ordinaire - concubinages ou divorces successifs - c'est leur affaire à titre privé, mais on n'en a que faire à
titre public ...Le fait d'avoir accédé à des charges importantes seulement au terme d'élections peu majoritaires ne leur confère pas le droit de donner des leçons au pays ...qui , heureusement,
en a vu d'autres....

Jacques Heurtault 10/01/2014 11:01



Je ne suis pas tout à fait d'accord avec vous ... Le comportement privé des personnes physiques qui nous dirigent intéresse la sphère publique.


Exemple : il n'est pas interdit à quiconque d'absorber des boissons alcoolisées. Il est, par contre interdit à tout le monde d'être en état d'ébriété dans des lieux publics. C'est clair. Pour
autant, un Président de la République pourrait-il exercer son mandat s'il avait un casier judiciaire lourdement chargé, voire même simplement "non-vierge"? Je pense que NON! 


Si la loi permet aujourd'hui à un repris de justice ayant purgé sa peine de se présenter à une élection, alors la loi est mal faite! Il faut en changer ... Après tout, nul candidat à un poste de
fonctionnaire de l'Etat ne peut être engagé si son casier judiciaire n'est pas vierge.


Par extension, on peut développer sur une autre thématique, y compris celle des divorces MULTIPLES.


Un tel sujet mériterait un débat sérieux et approfondi.



loubomyr 08/01/2014 11:46


Décidement les réformes sociétales du président normal vous font grimper sur vos grands chevaux. Elles vous paraissent "saper" les bases de notre "vivre ensemble", mais si, en fait, elles ne
faisaient qu'accompagner les modifications effectives de ce vécu commun? Pour moi, laisser faire les banksters mondialisés, accorder toujours plus aux patrons sans rien éxiger en retour, baisser
les bras au niveau européen et laisser l'europe devenir un vaste territoire d'un libre échange débrider, laisser pérorrer les experts qui expertisent et se trompent en nous disant que hors de la
sacro sainte croasssssance, poinrt de salut, bref ne rien faire face à la liberté du loup dans la bergerie, c'est bien plus grave que de modifier des bases de la famille telles qu'elles vous
semblaient immuables. Face aux files d'attente qui s'allongent devant les restos du coeur; face aux scandales des marchands de sommeil impunis; face à l'injustice des travailleurs de
l'est exportés pour travailler à bas cout chez les sous traitants de Bouygues; face au lobbying des nucléocrates qui font plus que ralentir a transition énergétique (facteur de progrès et de
création d'emplois pérennes), bref face à l'absence d'altérité, contester les réformettes de François Toumou me semble une bien petite cause, je diraids même ... une causette !!!!!

Jacques Heurtault 09/01/2014 00:13



Curieux raisonnement! La loi ne peut, selon moi, avoir pour objet d'entériner une situation de fait sinon on en serait encore à l'esclavage!


Je suis tout autant hostile au caractère immuable d'une législation! Mon attachement à la famille repose sur l'idée que la famille est et doit être la première cellule de la société et notamment
le premier niveau où doit s'exercer le principe de solidarité ... Ce n'est pas sans conséquence sur la structure de notre système de protection sociale.



alain 07/01/2014 21:44


Vous reprochez à F Hollande de ne pas etre marié,ce qui expliquerait ses prises de positions sociétales et notamment sa volonté de détruire la société,rien que ça!!mais pourquoi ,diantre ,faut-il
etre marié?Des dizaines de milliers de couples vivent en concubinage,élèvent fort bien leurs enfants,les aiment et sont heureux.détruisent-ils la société?quel est le problème?

Jacques Heurtault 08/01/2014 00:12



Au départ, je n'avais pas du tout cette approche! Je n'en avais rien à faire qu'il soit marié ou pas! Mais, devant cette insistance à mettre à mal le Code Civil (qui est la colonne vertébrale de
la SOCIETE!), j'ai changé d'avis ...


En défendant l'institution du mariage, je fais un choix politique SOCIETAL ...


J'ai, depuis peu, "viré" ma cuti! Pour que je revienne à mon soutien initial (la porte n'est jamais fermée!), il va falloir que cette majorité parte à la reconquête de mon bulletin de vote! Et
plus elle prendra des mesures profondément déstabilisatrices comme "le mariage pour tous", le laxisme en matière pénale, et bientôt l'euthanasie puis la gestation pour autrui et la procréation
médicalement assistée, plus je m'en éloignerai ... 


Si on y ajoute le droit de vote des étrangers non-communautaires aux élections municipales, j'irai plus loin encore! Qu'un Suédois vivant en France puisse voter pour élire le Président de la
République Française me CONVIENT PARFAITEMENT! Qu'un Algérien, un Camerounais, un Japonais, un Américain vivant en France depuis 20 ans et plus puisse voter aux élections municipales, NON,
CATEGORIQUEMENT NON! Qu'ils obtiennent d'abord la nationalité d'un Etat membre de l'Union Européenne!


 



guillaume 07/01/2014 20:13


J'ai du mal à vous suivre:vous vociférez contre les "destructeurs"de la société et en meme temps vous etes d'accord avec les dispositions:divorce par consentement mutuel(crée par la révolution et
supprimé en 1815 jusqu'à 1975)et par rupture de la vie conjugale au bout de 2ans (dans une certaine mesure,dites-vous,laquelle?)peut-on obligér des gens qui ne se supportent plus à vivre ensemble
pendant des mois et des mois voire des années de procédure?Il faut simplifier!!vous reconnaissez qu'il y a débats nécessaires sur certains points.


Vous "voulez" que le mariage soit une institution!comment?est-ce la réalité de la France de 2014?Le mariage est-il la panacée?Rend-t-il les gens plus heureux?


Ce n'est pas pour autant que le gouvernement ne s'attaque pas aux problèmes économiques .

Jacques Heurtault 07/01/2014 23:48



Selon moi, il y a une marge entre divorcer par consentement mutuel en respectant une procédure à double détente devant un juge (procédure Giscard) et la perspective du divorce en une seule
démarche devant un greffier qui n'est pas magistrat ...


Selon moi, le mariage ne doit en aucun cas avoir un caractère sacré mais, dans la mesure où il est un élément stabilisateur de la société (à condition que le divorce ne soit pas réduit à une
formalité!), il doit être institutionalisé, promu et protégé. Un couple marié doit donc bénéficier d'avantage particulier dont ne doit pas disposer un couple non marié. C'est la conception que je
défends!


Or, qu'a-t-il été fait depuis 20 ans et plus? On a non seulement réduit les avantages attribué aux couples mariés mais on a, en outre, accru les avantages attibué aux personnes seules ... Il s'en
est suivi que des personnes sont devenues, volontairement, "seules" (avec des guillemets!). Elles ont vécu en couple, sans être mariées parce que c'est plus interessant financièrement ... Il est
bien connu que des couples non mariés ayant des enfants ont, pendant longtemps, déclaré séparément tous les enfants ce qui avait pour effet de leur faire payer NETTEMENT moins d'impôt que s'ils
avaient été en couple marié ...!



guillaume 07/01/2014 16:00


"ET maintenant le divorce pour tous"!comme si le divorce n'était pas autorisé à tous les couples mariés!!il ne s'agit simplement que de transférer les divorces par consentements mutuels et EUX
SEULS aux greffiers(Sarkosy avait proposé les notaires)par simplification.pas de quoi détruire la société civile!!le mariage n'est pas un contrat ,dites-vous,mais une institution:pauvre
institution qui bat de l'aile:plus d'un couple sur trois divorce.un contrat,dites-vous encore autoriserait l'un des conjoints à divorcer sans donner de motif:mais c'est déja le cas:DIVORCE PAR
RUPTURE DE LIEN CONJUGAL(loi de mai 2004,CHIRAC)après 2ans de séparation de fait le divorce est prononcé sans besoin aucun de motif.Renseignez-vous au lieu de tirer à boulets rouges sur le
president et sa ministre!

Jacques Heurtault 07/01/2014 17:15



La formule n'est pas de moi mais d'un quotidien "La Dépêche du Midi" (je crois). Elle m'a bien plu. je l'ai donc reprise à mon compte. Rien de plus!


Je confirme que je VEUX que le mariage soit une INSTITUTION et non pas un simple contrat ...


Je ne fais pas de différence entre les auteurs des actions de destruction de cette institution. Mais je suis favorable au divorce par consentement mutuel et, dans une certaine mesure, au divorce
pour rupture de la vie commune qui, à l'origine, était de 6 ans (1975) et est désormais de 2 ans (2004).


Je suis actuellement de plus en plus remonté contre cette majorité qui ne fait pas ce qu'il faut (lutte contre le fléau du chômage de masse) et s'engage sur des réformes sociétales qui ne sont
pas urgentes même si certains problèmes méritent d'être examinés.



GM 06/01/2014 08:35


Bien vu !


 


Notez qu'il s'agit bien d'une erreur-historique : l'Etat anti-clérical des conventionnels de 1789 n'aurait jamais dû se mêler de la vie intime du peuple.


Déjà que les religieux, ils ont eu du mal avec leurs sacrements depuis toujours...


 


Notez que le calendrier se précise : http://hollande-demission.fr/2014-comment-faire-partir-hollande/


 


Et je n'y suis pour rien !

Jacques Heurtault 06/01/2014 11:58



Désaccord de principe!


Le mariage n'est pas un acte privé mais bien un acte public car il ne peut être réduit à un simple contrat car il s'agit d'une institution dont la finalité est de STABILISER l'ensemble de la
société.


S'il s'agissait d'un simple contrat, on devrait pouvoir le dénoncer par la volonté d'un seul, sans que celui-ci ait à justifier des raisons de sa démarche ... C'est peut-être ce vers quoi nous
allons mais, si tel est le cas, je vais manifester mon opposition résolue!



Jean Daumont 05/01/2014 09:38


Rien n'est irréversible, sauf la bêtise...

Jacques Heurtault 05/01/2014 11:13



Justement, c'est bien l'objet de mes inquiétudes! Fort heureusement, cette réforme du divorce n'est pas encore entrée en application puisque, pour l'instant, ce n'est même pas encore un projet de
loi ...


Il n'empêche que "l'idée" est bel et bien dans les tuyaux! Aussi convient-il d'être vigilant ...