Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Fini l'avancement automatique pour les fonctionnaires? Chiche!

6 Février 2014, 12:00pm

Publié par Jacques Heurtault

On en parle, on en parle ...

 

Avec de moins en moins de retenue, voire de plus en plus de fréquence et même, qui sait, un jour, avec de plus en plus d'insistance ...

 

 

Chiche!

 

De quoi s'agit-il?

 

De bloquer les avancements indiciaires de toutes les Fonctions Publiques? Bien sûr que non!

De bloquer les avancements indiciaires AUTOMATIQUES de toutes les Fonctions Publiques? Il parait que ça se pourrait ...

 

 

Il s'ensuivrait, parait-il, entre un milliard et un milliard et demi d'euros d'économie par an ... Ce n'est déjà pas si mal! Mais on est loin, très loin des CINQUANTE milliards qu'il faut trouver ...

 

Cela me conforte dans l'idée que la montagne va accoucher d'une souris!

 

Ils vont faire comme l'an dernier :


1. Comme le budget dérape mécaniquement de 20 milliards par an, ils vont s'arranger pour trouver des limitations de hausse de 15 milliards, autrement dit, la hausse automatique de 20 milliards va devenir un hausse hyper-automatique de seulement 5 milliards.


2. Ils vont recommencer l'opération deux autres fois. Peut-être trois fois. 2015, 2016 et 2017. Mais, ils n'iront pas au delà. Ils en sont culturellement incapables!


3. On aura donc trois fois une "pseudo-baisse-en-fait-une-hausse" de 15 milliards, c'est à dire, sur trois ans, une vraie hausse de cinq milliards chaque année pendant trois ans, DONC UNE HAUSSE TOTALE D'AU MOINS QUINZE MILLIARDS D'EUROS qui sera vendue comme étant une économie de cinquante milliards!

 

Cela devient désespérant ...

 

 

Au moins avons nous plusieurs longueurs d'avance sur la Grèce et sur l'Italie!

 

En Italie, ce sont des centaines de milliers de fonctionnaires qui, chaque jour, viennent faire coucou au bureau en accrochant un imperméable à la patère du couloir de leurs bureaux et qui s'en vont tout de suite après.

 

En Grèce, c'est encore plus "simple" : Ils ne savent tout simplement pas comment faire, techniquement, pour lever l'impôt! Il ne faut donc pas s'étonner que l'argent ne rentre pas.

 

 

Puisqu'on en est aux suggestions, en voici une, très simple :

 

1. On sort la CSG du champ de l'assiette de calcul de l'impôt sur le revenu. Il ne faut, en effet, pas perdre de vue que la Droite (vaut mieux pas qu'elle la ramène de trop en ce moment!) a réussi à inclure une partie de la CSG dans l'assiette de calcul de l'impôt sur le revenu. Vous pouvez vous en rendre compte en constatant que le brut imposable de vos revenus, sur votre déclaration pré-remplie, est supérieur au net réellement encaissé. Autrement dit, vous payez de l'impôt sur de l'impôt déjà payé! Il faut avoir été, au moins, inspecteur des finances pour oser imaginer un machin pareil ... Pure expression d'une authentique perversité sadique et persécutive!

 

2. Je fais observer que toutes les personnes qui payent de l'impôt sur le revenu doivent donc voir, de ce fait, leur impôt diminuer, y compris les plus riches. C'est le résultat hyper simple de l'arithmétique.

 

3. Pour compenser cette perte (pour l'Etat, car pour le contribuable, c'est donc un gain), on crée une tranche supplémentaire d'imposition. Actuellement, la tranche la plus élevée est 45% (peut-être 47%?). Il faut donc en créer une autre à 50%. De la sorte, ceux et celles qui sont particulièrement friqués paient plus d'impôt. S'ils ne comprennent pas bien pourquoi, il suffit de leur rappeler qu'ils viennent de profiter d'une baisse (faut faire vite, c'est bientôt la fin des soldes!). Par la même occasion, on le dit à tout le monde ... Si bien que ceux qui voient leur impôt réellement baisser peuvent recevoir un message politique simple : "Ce sont les plus riches qui paient à votre place! Vous n'avez donc aucune raison d'être contre!"

 

4. Une fois cette opération réalisée, destinée - tout le monde l'aura compris, du moins je l'espère - aux "couches moyennes", on passe à une seconde étape de "retouches" ... Disons un lissage général des tranches ...

Actuellement, c'est tout simplement un bordel ... Aucune logique interne! Quelle relation y a-t-il entre le plafond de la première tranche et le plafond de la seconde? Aucune! Pareil pour la "relation" entre la deuxième et la troisième ... On patauge dans la merde, tout simplement!

Il faut donc remettre de l'ordre dans ce merdier ... Je propose que la base soit le gain annuel net d'un SMICARD travaillant à temps plein en une année ... Par conséquent, à chaque fois qu'on passe à la tranche du dessus, le plafond concerné passe à deux fois puis trois fois le SMIC annuel net temps plein ... Tout le monde est capable de comprendre ça ... Même les inspecteurs des finances! Même les journaleux! La preuve : même moi j'arrive à comprendre!

 

5. Accessoirement, on supprime purement et simplement l'abattement sur les frais professionnels. Dans leur globalité et dans leur totalité. Aucun salarié ne peut sérieusement soutenir qu'il a des frais professionnels A SA CHARGE! Par définition, ils sont, juridiquement, à la charge de son employeur puisque celui-ci doit, bien évidemment, les lui rembourser! Mécaniquement, cela doit provoquer une hausse de la rentrée fiscale. Mais ça doit aussi pousser les salariés qui auront été assez cons pour engager des frais professionnels pour le compte de leurs employeurs respectifs à cesser de le faire! Qui s'en plaindra? Un salarié met ses compétences à la disposition de son employeur; en échange de quoi il est payé. Point barre! C'est simple et c'est donc facile à comprendre ...

 

C'est bon pour aujourd'hui ... Il y a déjà de quoi faire!

Commenter cet article

Sancelrien 06/02/2014 17:14


Vous êtes sûr que vous êtes de gauche ?

Jacques Heurtault 06/02/2014 19:23



Peut-être n'avons nous pas le même référentiel? J'ai pu observer un si grand nombre de fois le niveau lamentable d'une si grande proportion de fonctionnaires que j'en ai vraiment soupé! Stop! Au
boulot ... Si ça ne leur plait pas, qu'ils aillent travailler dans le secteur privé ... Ils vont voir la différence.



GM 06/02/2014 12:15


Précisions : En Grèce, ils on trouvé le truc !


Ils collectent l'impôt (au moins local) sur la facture d'électricité.


Pas de paiement, retour à la bougie et l'huile de coude !


 


Bon et puis pour les frais, pas de problème : Ce sera au patron de livrer le travail à faire par le salarié, à son domicile.


Et revenir le chercher le soir, hein !

Jacques Heurtault 06/02/2014 14:02



En voiture à cheval, bien évidemment! Voire en vélo ... car le cheval, il lui faut de l'avoine et du foin!