Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Hollande, social-démocrate : le mot est enfin lâché et assumé!

15 Janvier 2014, 17:15pm

Publié par Jacques Heurtault

Cette conférence de presse  aura été marquée par quelques saillies.

 

1. Hollande DIT et REDIT qu'il est social-démocrate.

C'est très bien. Personnellement, je le savais déjà depuis plusieurs années. Tout spécialement depuis que nous étions, lui et moi, membre du même club de réflexion politique "Témoin", fondé par Jacques Delors, lui comme président, moi comme modeste adhérent néanmoins très actif. C'est d'ailleurs la raison majeure qui m'a conduit à voter pour lui.

Pour autant - et c'est le propre des conférences de presse - une telle affirmation reste une parole, une de plus. Moi, je veux des actes! Je suis même devenu beaucoup plus exigeant : désormais, je VEUX des résultats ...

Toutefois, dans le contexte politique actuel, affirmer cela est déjà très bien dans la mesure où c'est, me semble-t-il, la première fois qu'il l'emploie en public, qui plus est devant un parterre de plusieurs centaines de journalistes et en sachant que plusieurs millions de personnes (quatre millions, à ce qu'il parait!) l'ont regardé en direct (et bien plus en différé).

Force est de reconnaitre qu'il a aussi parlé, explicitement, de politique de l'offre, ce qui marque un virage par rapport aux discours antérieurs et exprime une mise à mal des lubies défendues par  les partisans d'une politique de la demande qui ne semblent toujours pas avoir compris que, en économie ouverte, donner du pouvoir d'achat direct provoque, le plus souvent, un accroissement du déficit de la balance du commerce extérieur si, précisément, l'offre de biens et de services se trouve ne pas être en capacité de résister à la pression, en prix et en qualité, de la concurrence étrangère.

Mieux vaut, cependant, qu'il "parle" de "politique de l'offre" plutôt que de "politique de la demande", même si ce ne sont que des paroles ....

 

2. Hollande reste, par contre, sur le terrain traditionnel de l'assurance-chômage et ne vient pas sur celui de la solidarité de toute la nation en faveur des personnes au chômage.

Je n'ai rien entendu sur le concept de "partage du temps de travail" alors que le nombre de personnes inscrites sur les listes de Pôle Emploi frise désormais les SIX MILLIONS ... A mon très humble avis, ça ressemble fort à de l'inconsience. Cela me parait d'autant plus évident qu'il semble croire que le chômage des "jeunes" diminue et que le chômage de tous commence à stagner. Visiblement, Hollande croit vraiment ce que lui raconte ses ministres concernés (en particulier son camarade de promotion à l'ENA aussi camarade de chambrée pendant le service militaire, Michel Sapin). J'ai bien peur que, dans les mois à venir, Hollande ne tombe de sa chaise ... On en saura plus le vendredi 24 Janvier 2014. C'est dans neufs jours ...

 

3. Hollande a, manifestement, j'en suis désormais certain, une énorme faiblesse : il sait dire "Non" mais ne sait pas s'en tenir à son "Non".

Ainsi, il a clairement dit qu'il ne répondrait à aucune question sur le sujet "qui pourrait fâcher", à savoir l'évolution de son affaire "privée" rendue publique contre son gré. Mais, il a quand même répondu à cinq questions sur ce sujet, notamment :

- Valérie Trierweiler est-elle toujours la première Dame de France?

- Comment va la santé de la même?

Je tiens pour certain qu'un jour viendra où il paiera de prix fort face aux conséquences de ce trait de caractère, quand bien même la thématique n'aurait rien à voir avec sa vie "privée". Margaret Thatcher n'était pas comme ça : elle a tenu dix ans. Angela Merkel n'est pas comme ça : elle a d'ores et déjà tenu huit ans et s'apprête à tenir 12 ans, encore loin du record d'Helmut Khol (16 ans) et de Conrad Adenauer (16 ans également, sauf erreur). La "trempe" d'un leader est une condition de sa longévité, elle-même condition de sa réussite.

Bien entendu, pour ce qui me concerne, mes exigences morales vis à vis de la situation "duale" (Valérie/ Julie) sont intégralement maintenues ... Ce que j'ai écrit il y a quelques jours est suffisamment explicite pour qu'il ne soit pas nécessaire que j'y revienne.

 

4. Quand on connait un peu les patrons, on sait que la plupart d'entre eux ne savent pas résoudre des "équations différentielles du second ordre". La raison en est simplissime : ils n'ont pas besoin de savoir le faire pour gérer leurs entreprises respectives! C'est ma manière de dire que, pour être suvi par les patrons, il faut - c'est un impératif - leur parler SIMPLEMENT! Si le CICE ne fonctionne pas à plein régime, c'est tout simplement parce que ce "machin" est, à peu près, "imbittable"! De fait, on constate que ce sont principalement les grandes entreprises qui en bénéficient, étant entendu qu'une "PME" filiale d'une grande entreprise doit être comptée comme une grande entreprise et non comme une PME. La raison en est simple : seule les grandes entreprises ont les moyens techniques d'étudier l'angle avantageux de ce "CICE". Les vraies PME, indépendantes, doivent faire appel à des cabinets spécialisés qui ont une grande caractéristique : ils coûtent chers, bien avant de rapporter quoi que ce soit ... Hollande sait-il qu'une modeste entreprise artisanale de peinture en batiment verse 400 euros par mois à un expert comptable pour que celui-ci lui fasse sa comptabilité pendant que le patron, avec son compagnon ouvrier va trimer sur les chantiers, souvent à 50 km de chez lui? Il y a fort à parier que non! Pourtant, Hollande est "maitre des requêtes" à la Cour des Comptes.

 

5. Baisser les charges des entreprises et notamment aboutir à la suppression des cotisations "famille", c'est très bien! A condition de faire vite!

On touche, en effet, à un principe! Selon moi, il ne devrait y avoir aucune charge patronale sur les salaires. Comme il est bien évidemment hors de question de les transférer purement simplement sur les salaires directs perçus par les salariés, puisqu'elles représentent au moins 70% d'un salaire net quand on les additionnent, il faut trouver une autre solution.

Sur ce blog, j'ai déjà développé un "mécano" fiscal. 

L'idée de base est simple : la protection sociale relève désormais, hormis la retraite, d'un mécanisme de solidarité et non plus, comme à l'origine, d'un mécanisme assurantiel ( "vous cotisez pour vous couvrir d'un risque; si le risque se réalise - les "actuaires" disent "si l'éventualité devient un évènement" - alors l'indemnisation entre en jeu"). Cette manière de voir le problème  n'a de sens que si on accepte qu'avoir des enfants est un risque ou bien si on accepte que devenir vieux est un risque ... C'est évidemment grotesque! Même si c'est vrai pour la maladie ...

Donc, selon moi, pour, désormais, financer la protection sociale dans son ensemble (au moins dans sa dimension "solidaire"), il faut mettre à contribution

- tous les revenus, sans aucune exclusive

- tous les patrimoines, sans aucune exclusive

Pourquoi pas un taux de CSG de 10% et un impôt sur le patrimoine de 0,1% en lieu et place de l'inextricable fouillis des cotisations en tout genre, aux "assiettes" de calcul différentes, aux taux d'application différents, aux "dégrèvements" différents? 

Il est vrai qu'on se heurte à une difficulté pratique de faisabilité technique. Seule la voie réglementaire permet d'agir avec la souplesse et la rapidité nécessaire. Il faut donc en passer, au préalable, par une loi-cadre autorisant l'action réglementaire dès lors que cette action reste à l'intérieur du cadre et de la logique mesurée en terme d'objectif final à atteindre. 

J'entends les objecteurs consciencieux (mais pas "de conscience"!). "Il y a des gens, aux tout petits revenus qui ne paient que 2% de CSG ... Vous n'allez tout de même pas porter leur taux de CSG à 10%! Si vous faites ça, vous n'êtes qu'un salaud! Eh bien, soit! Je suis un salaud ... Mais, j'ai un "joujou extra" ... qui fait "crac, boum, hue!" ... :

- dans le même temps, "on" porte la couverture "maladie" à 100% pour toutes les personnes de plus de 75 ans, voire 90% pour les personnes ayant entre 70 et 75 ans ... Plus besoin de payer une mutuelle! (150 euros par mois par personne, 300 euros par mois pour un couple!). Et, toc!

- dans le même temps, également, "on" met en place l'allocation universelle en commençant par les personnes les plus âgées (plus de 80 ans) et, aussi, les plus jeunes (moins de trois ans) mais, là, c'est une autre affaire qui appelle une réponse plus fouillée ...

Au total, les personnes concernées sont gagnantes! Et de beaucoup ... Du même coup, je ne suis plus un salaud. Enfin, j'espère ...

 

6. Et les régions?

Si j'ai bien compris, il s'agit de faire fusionner certaines régions entre elles afin de passer, en métropole, de 22 à 15. Très, très bien! Il y a juste un couac ... Si Hollande espère faire passer ses fusions avec des votes de chaque Conseil Régional concerné, ce n'est même pas la peine d'essayer! Ca va planter à coup sûr. Demander à des conseillers régionaux de se faire hara-kiri alors qu'ils sont très bien comme ça puisqu'ils sont majoritaires presque partout (sauf en Alsace), ça ne va pas les faire ... rire! Ils ne le feront pas! 

Pour passer en force, il va falloir y aller avec un vote bloqué au Parlement, voire un projet de loi avec engagement de responsabilité du gouvernement (donc motion de censure!). Si la motion de censure est adoptée, il faudra dissoudre et accepter de perdre les législatives qui suivront. Pas simple! Mais, avec une autre majorité pendant deux ans, ce n'est peut-être pas le plus mauvais moyen pour se faire réélire en 2017...

Commenter cet article

loubomyr 17/01/2014 16:05


Tout à fait d'accord avec Guillaume : "Le peuple français n'est pas aussi conservateur " que l'on veut bien le dire. La preuve c'est la tendance actuelle (et ce depuis plusieurs années) au
partage : non seulement par le don de temps ou d'argent au mouvements associatifs mais aussi par une nouvelle façon de consommer. Même la télé en parle avec cette émission de la cinq consacrée
aux diférents projets collaboratifs, que ce soit en matière d'achats de nourriture, de partage de voiture, d'echange d'appartement, voire de projet de construction à plusieurs couples. Cette
émission de dimanche dernier est encore visible sur pluzz.fr et le simple fait que la télé parle de ce phénomène est déjà significatif. La conclusion de ce reportage est bien
intéressante puisqu'elle pose la question des bases de la "troisième révolution industrielle", thèse déployée par Rifkin et signe d'une nouvelle civilisation que j'appelle de tous mes voeux.
Nos politiciens, socio-démocrates comme conservateurs hargneux,, symboles de la civilisation de l'égoïsme et de la liberté du loup dans la bergerie mènent désormais un conbat d'arrière garde :
celui de la préservation à tous prix des privilèges de quelques uns ; c'est la fin d'un empire ......

Jacques Heurtault 17/01/2014 17:28



Je ne demande qu'à y croire! Mais je ne suis pas du tout convaincu ... C'est peut-être vous qui avez raison. Il est vrai que le monde d'aujourd'hui n'a plus grand chose à voir avec celui d'il y a
seulement 30 ans (peut-être même moins!). Tout s'accélère!


mais alors, quel serait le sens de cette opposition en droite et gauche? Amuser la galerie?



guillaume 16/01/2014 18:50


En quoi une droite protestataire serait-ce mieux qu'une gauche protestataire?Un parti uniquement protestataire finit par diparaitre car il ne construit rien.


Le peuple français n'est pas aussi conservateur que vous le répétez!Depuis des décennies de nombreuses évolutions sociétales ont eu lieu et personne ne pense à les remettre en cause.

Jacques Heurtault 16/01/2014 19:01



Je tiens beaucoup à ce que disparaisse la gauche protestataire ... parce que, ce faisant, cela permet à la gauche social-démocrate de gouverner tranquillement ... et de rester longtemps au
pouvoir! C'est ce qui s'est passé dans les pays d'Europe du Nord et en Allemagne! Le SPD a commencé à mal se porter quand il a eu, sur sa gauche, Die Linke ... Mieux vaut une démagogie de droite
qu'une démagogie de gauche!



Loubomyr 16/01/2014 16:29


Vous voulez des actes du socio démocrate mou et normal? mais action socio démocrate, c'est un axymore, une vue de l'esprit, c'est comme le sens social d'un libéral, la marche en avant d'un
réactionnaire ou l'honneteté d'um jupéiste : cela n'existe pas. N'attendez rien de Hollande sinon un certain talent pour enrober les sacrifices supplémentaires que l'on va subir ; car tous
les cadeaux en plus aux patrons, qui va les payer? Je ne crois plus tous ces guignols qui depuis trente ans nous font les mêmes grimaces et laissent faire les puissants, même s'ils disent le
contraire.

Jacques Heurtault 16/01/2014 18:34



Le problème, c'est aussi, me semble-t-il, que les puissants savent utiliser leur puissance pour empêcher que l'on s'attaque à eux! Pour les mettre à genoux, il faut alors utiliser la trique!



Jean Rivaud 16/01/2014 15:13


J'ai écrit: "il me semble préférable que toutes apparaissent globalement déduites du salaire brut, sans distinction." A la réflexion, non. Je m'explique: j'embauche "au noir" à 20€ de l'heure, le
salaire c'est les 20€ que va "palper" le salarié. Si déclaré, le salaire c'est les mêmes 20€ qui devraient être l'assiette des cotisations, ces cotisations s'ajoutant alors au net. Avec le
système actuel, si je ne me trompe, avec une augmentation d'une des cotisatione le salaire brut augmente donc aussi mécaniquement les autres cotisations.


Donc, sur la feuille de paie, le (vrai) salaire HC ("palpé") + les cotisations = le salaire TCC


HC (hors cotisation) comme HT (hors taxes) - TCC (toutes cotisations comprises) comme TTC (toutes taxes comprises)

Jacques Heurtault 16/01/2014 18:27



Le vrai salaire, c'est effectivement ce que les spécialistes appellent "le salaire chargé" ou encore le "super-brut" qui comprend le salaire net + les charges salariales + les charges patronales.
Certains y ajoutent même certaines charges qui ont un rapport avec l'emploi salarié ... (le bureau, le chauffage du bureau, les frais de gestion du personnel, etc ...).


Il faut garder à l'esprit que la feuille de paie est un justificatif de "précompte" pour les droits sociaux. cela veut dire que si l'employeur n'a pas payé les charges dues aux organismes
sociaux, le salarié est quand même couvert car sa bonne foi ne peut être mise en cause!


A la création de la Sécurité Sociale, il n'y avait AUCUNE charge "salariales". C'est à dire qu'il n'y avait aucune retenue pour le salarié. Tout était versé par l'employeur sans que le salarié en
voit quoi que ce soit. Ce système avait un avantage : quand les salariés obtenaient une rallonge de leur salaire, ils obtenaient aussi, sans s'en rendre compte, une amélioration de leur
couverture sociale!


Si on retient l'idée des charges payées par le seul salarié, on arrive alors à une feuille de paie du genre "salaire brut = 2.500 euros; salaire net = 1.000 euros" ... ceci a pour conséquence, à
bref délai, de faire naître un courant d'opinion tendant à la diminution des "charges" afin d'augmenter le salaire net et donc à la diminution de la couverture sociale ... Au fond, c'est un peu
ce que veut le patronat même s'il ne le dit pas aussi ouvertement!


Il ne faut pas se leurrer ... Si on ne met pas en place un système obligatoire de cotisation pour financer la couverture sociale, il y aura beaucoup de gens pour préférer disposer de leur argent
tout de suite quitte à se retrouver sans revenus s'il sont malades et sans retraite pour leur vieillesse ... Ce serait pareil avec l'école! On trouverait des parents qui n'enverraient pas leur
enfants à l'école ... préférant garder l'argent pour eux! C'est aussi ça la "nature humaine" ...



GM 16/01/2014 15:07


Je fais des confusions avec ... tant de femmes à la fois.


perso, je les appelle toute "Chérie !" comme ça, je suis sûr de ne pas faire de gaffe quand j'en change...


Ok pour l'Europe et l'euro ; J'ai les mêmes préoccupations.
Mais je ne voterai pas pour des "souvrainetistes" pour autant : D'où mon choix de voter pour Cheminade (j'ai encore des bulletins) et vous pour "Mélangeons" tout aussi protestataire mais
pro-Europe.


(Pas la même, mais quand même)


 


TPE/PME, je passe, parce que ça nus demanderai bien des développements : Globaement, ce ne sont pas les entreprises d'Etat qui souffrent (elles sont archi-subventionnées de commandes publiques),
mais leurs sous-traitants, rincés, essorés que sont les TPE et PME.


Plus de 60.000 ont disparu par dépôts de bilan en 2013. Un record depuis 2009...


C'est là qu'il faut porter l'effort, pas ailleurs.

Jacques Heurtault 16/01/2014 15:17



Non! Surtout pas Mélenchon! Il faut en finir avec la gauche protestataire ... Trois grandes forces politiques, ça me conviendrait bien :


1. Une force sociale-démocrate


2. Une force de droite moderne (genre UMP débarrassée de ses éléments réactionnaires; je fais une différence entre réactionnaire et conservateur)


3. Une force de droite très conservatrice qui collecterait les votes protestataires sans tomber dans l'outrance. Un Front National débarrassé des Golnisch et des cranes rasés à lunettes noires
pourrait jouer ce rôle. Il ne faut jamais oublié que le Peuple de France est culturellement profondément conservateur.



GM 16/01/2014 12:19


Oui, nous avons noté de notre côté que ce n'était que "Paroles-paroles".


Sitot donnée, si-tot reprise (sur Valy qu'en a même perdu son job Villa Médeicis...)


Faut dire que dans son état (d'après la télévision grecque) les longs voyages ne sont pas recommandés.


 


Donc, pas si soce-démocratouille que ça quand il affirme le rôle primordial de l'Etat dans les affaires privées des "petits-commerçants/artisans".


Passons...


 


Et vous, pas un mot sur sa position européenne ?


Curieux...

Jacques Heurtault 16/01/2014 14:38



Euh! Ce n'est pas Valy qui a perdu son job pour la villa Médicis ... C'est Julie! Précision utile : il n'était, de toutes façons, pas rémunéré. Deuxième précision : A l'évidence, quoi qu'en
disent le patron de la villa Médicis et la ministre concernée, c'est, EVIDEMMENT, la situation particulière PRIVEE de Julie qui lui a valu que soit envisagée, pour elle, cette nomination. Et
c'est, EVIDEMMENT, à cause des révélations de Closer que cette nomination n'a finalement pas été officialisée.


 


Je ne comprends pas à quoi vous faites référence dans votre alinea sur les petits commerçants et artisans. Merci de préciser.


 


En ce qui concerne l'Europe, je n'y ai fait aucune allusion tout simplement parce que RIEN ne m'a interpellé ... Je suis, vous le savez bien, un militant européen. Je suis contre la sortie de la
France de l'euro et encore plus contre la sortie de la France de l'Europe. Mes positions n'ont pas changé ...


TOUTEFOIS, je confirme que je n'exclus pas de voter pour le FRONT NATIONAL aux deux prochains scrutins (municipales et européennes), en Mars et en Mai prochain. CONTRADICTIONS? Non! Il s'agit,
pour moi, de PROTESTER et uniquement cela! Donc, je me sers du bulletin qui, aujourd'hui, marque le mieux la protestation efficace ... Un vote pour le clown Cheminade est, de ma part, exclu. Un
vote "Besancenot ou équivalent" est exclu également. Ce n'est pas le moment de redonner du nerf à l'extrême gauche! Cela fait au moins 25 ans que je souhaite l'extinction de cette extrême gauche!
Il ne reste donc que le FN ... si ...


 


Si je constate un engagement de responsabilité devant l'Assemblée Nationale, lequel entrainera probablement le dépôt d'une motion de censure, ceci pourrait m'amener à choisir le vote blanc à
condition que les bulletins soient à disposition sur la table administrative des bureaux de vote.


Si la motion de censure était adoptée (au moins la moitié des membres de l'Assemblée Nationale doivent, pour cela, la voter NOMINATIVEMENT), il faudrait alors dissoudre l'Assemblée Nationale...
Perspective très interessante à plus d'un titre!


 



Jean Rivaud 16/01/2014 11:03


"...un accroissement du déficit de la balance du commerce extérieur"


Cette évidence n'est pas encore entrée dans les cervelles des dirigeants !


Il en est une autre: lorsqu'il est dit que la baisse de la parité euro/dollar favorise nos exportations, d'accord, mais
elle renchérit les importations (énergie..) et comme nous importons davantage, le solde est négatif pour la balance commerciale.



Jacques Heurtault 16/01/2014 12:03



Vous avez tout à fait raison! C'est d'autant plus vrai que 80% de notre commerce "extérieur" est "intra-communautaire" et se fait donc ... en euros!



Jean Rivaud 16/01/2014 10:52


Cotisations salariales/patronales: je n'ai jamais compris la différence entre les deux !


Pourquoi, par exemple, celle sur la vieillesse se partage entre 5,67% (salarié) et 8,29% (employeur) -Qui décide et sur quels critères de la proportion ?


Cela change quoi, aussi bien pour le salarié que pour l'employeur, que le débours soit dans une colonne ou dans l'autre ?


On pourrait aussi bien soutenir que toutes les cotisations sont à la charge du patron que de son employé. Pour ma part, il me semble préférable que toutes apparaissent globalement déduites du
salaire brut, sans distinction.

Jacques Heurtault 16/01/2014 11:58



Je suis parfaitement d'accord avec vous sur votre conclusion! Il faut tout de même avoir présent à l'esprit que pour faire rentrer de l'argent dans une caisse il faut d'abord convenir d'une
assiette de calcul et d'un taux...


En 1946, il n'y avait aucune cotisations pour les salariés. Tout était "patronal". Revenir à cette situation est exclu car cela reviendrait à augmenter le pouvoir d'achat des salariés d'environ
23%. Passer au "tout salarié" est aussi exclu car cela reviendrait à baisser le pouvoir d'achat de ceux-ci d'environ 50%!


Très objectivement, conduire la mise en oeuvre technique d'un tel projet est une vraie gageure!


La méthode qu'entend utiliser Hollande, c'est :


1. On diminue, quoi qu'il arrive, les charges des entreprises en cessant de leur demander de financer la politique familiale.


2. On fait des "économies" dans la gestion de l'Etat ...


Le premier objectif est facile à atteindre ... Un simple décret doit suffire!


Quant au deuxième, c'est une toute autre paire de manches! Pour l'instant, le mieux qu'ils parviennent à faire, c'est "diminuer l'augmentation" des dépenses! Alors que les dépenses augmentent
automatiquement de 20 milliards par an (soit environ 6% alors que l'inflation est presque nulle!), elles n'augmenteraient plus que de 5 milliards! Soit! Mais c'est quand même cinq milliards de
hausse!!