Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Intermittents du spectacle : bientôt la fin?

1 Mars 2014, 14:30pm

Publié par Jacques Heurtault

Je me suis déjà exprimé à plusieurs reprises sur le sujet : je suis - clairement - FAVORABLE à la disparition du régime spécifique d'indemnisation du chômage des intermittents du spectacle, aussi bien pour les artistes que pour les techniciens.

 

Je préconise l'intégration-fusion pure et simple du régime très avantageux des "intermittents du spectacle" dans le régime général, ne serait-ce que parce que je suis, par principe, hostile à tout ce qui ressemble de près ou de loin à des régimes spéciaux, dans tous les domaines! Un seul code du travail, le même pour tout le monde. Si une branche d'activité veut rajouter des dispositions particulières notamment en compensation de certaines sujétions elles aussi particulières, je n'y vois aucun inconvénient ... A UNE condition : il faut que ces avantages particuliers soient financés par les bénéficiaires eux-mêmes! Je trouverai particulièrement scandaleux que l'on puisse demander à tous les salariés du secteur privé de financer les avantages plus que substantiels des intermittents du spectacle en oubliant de "mettre à contribution" les autres salariés, donc les fonctionnaires et d'une manière générale tous ceux qui ne cotisent pas au régime "assurance chômage" au motif qu'ils ne sont pas exposés au chômage! Un comble doublé d'un authentique scandale ...

 

Si la branche particulière du spectacle veut s'offrir un régime particulier, pourquoi pas un régime additionnel autofinancé?

 

La meilleure solution, c'est la modification radicale des modalités de financement de "l'assurance chômage" ... L'outil existe déjà! C'est la CSG ..., payable par tout le monde sur la totalité des revenus! cet outil est merveilleux ... Aussi ne faut-il pas craindre de s'en servir en mettant, au passage, "un peu" d'ordre dans le bazar administratif qui, décidément, ronge ce pays par tous les bouts!

Commenter cet article

GM 04/03/2014 19:43


D'accord : qu'on rachète donc à 110 %.


Avec quel impôt au juste ?


Et pour en faire quoi sinon faire grimper le marché du foncier ?


Des HLM ?


 


La ville de Paris a déjà claqué 26 M€ avenue George V pour 21 appartements à transformer en HLM...


On se demande avec quel pognon, puisque le budget 2014 est intenable sans augmentation de 30 % de la taxe d'habitation...


 


On va finir tous locataires de l'Etat à se régime là, avec notre propre pognon piqué à travers les impôts !


 


Un vrai collectiviste notre conseiller omnipotent.


Et vous savez que ça mène à la ruine, n'est-ce pas comme on pu le démontrer tous ces régimes dans un passé encore récent...


 


Bien à vous !

Jacques Heurtault 04/03/2014 20:18



Je ne dis pas que l'Etat doit racheter! Je dis simplement qu'il est de l'intérêt du propriétaire de déclarer plutôt au dessus de la valeur marchande qu'en dessous! Si, d'aventure, l'Etat rachète,
il revend aussitôt et fait un petit bénéfice de 10% (moins les frais ...).


Je vous confirme que nous avons la même opinion sur les régimes collectivistes ... Ils mènent à la ruine!


En fait, nous convergeons sur beaucoup de points mais nous avons chacun nos modes d'expression propres.



GM 04/03/2014 11:58


Bé si on taxe 110 %, ça ouvre-t-il le droit de minorer d'autant, non ?


 

Jacques Heurtault 04/03/2014 14:22



On ne taxe rien à 110%! On taxe sur la valeur déclarée par le propriétaire. TOUTEFOIS, l'Etat disposera du pouvoir de RACHETER le bien pour 110% de la valeur déclarée!


Je connais déjà vos objections ... S'il faut inscrire cette possibilité de rachat dans la Constitution, alors, je finirai par le proposer  ... pour que tout soit clair! Tout le monde DOIT
payer ses impôts! Gare aux fraudeurs!



GM 04/03/2014 11:39


Vous vous contredisez : "Je taxe (sans déductions des dettes)" affirmez-vous dans la réponse précédente !


 


Pas grave, ça m'arribe aussi (rarement toutefois)

Jacques Heurtault 04/03/2014 11:54



Vous pinaillez! Vous connaissez bien ma position sur ce sujet : Un bien, sauf les cas très rarissimes où il n'appartient à personne (cf je ne sais plus quel article du Code civil), appartient à
quelqu'un. Ce bien a une valeur qui n'est évidemment pas sa valeur nette déduction faite des emprunts que son propriétaire a éventuellement contracté pour s'en porter acquéreur. donc, le
propriétaire du bien paie un impôt calculé sur la valeur marchande de ce bien.


Souvenez vous : je préconise que l'Etat puisse acquérir le bien pour 110% de la valeur déclarée par le propriétaire ... Ce mécanisme n'a pas pour objet de faire de l'Etat le plus gros
propriétaire de France! Que ferait-il de tout ça? Il a pour objet de conduire, en douceur, le propriétaire à majorer la valeur plutôt qu'à la sous-évaluer ...



GM 03/03/2014 19:35


ce qui revient à taxer les dettes deux fois !


Une fois chez le cfréancier et une fois chez le débiteur.


Non seulement c'est profondément débile, mais en plus ce serait du vol !


Et vous le savez bien...

Jacques Heurtault 03/03/2014 23:10



Je ne taxe aucune dette en tant que telle ... Je taxe les biens dont sont propriétaires les personnes, qu'elles soient physiques ou morales!


Vous savez bien que, par ailleurs, je préconise la réduction considérable des impôts sur les entreprises ... Pour moi, l'impôt n'est pas une machine à punir, c'est une machine à produire de
l'argent intelligemment pour faire fonctionner la machinerie que l'Etat seul doit avoir le droit de faire fonctionner (Armée, Police, Justice, Collecte des impôts, ...)



GM 03/03/2014 18:19


Oui depuis 1929, je crois.


Mais vous y échappez en n'ayant rien à vous ... officiellement et par personnes morales interposées.


 


La meilleure reste "la Comtesse", qui possédait plus de 1.000 hectares de maquis Corsu, à travers une assocation...


Je ne vous raconte pas le prix du fauteuil de président quand elle a voulu en céder l'usage.


En plus, ce genre de chose, il n'est prévu nulle par de l'imposer dans le CGI.


Et ça peut changer de main plusieurs fois sans que ce soit illégal ni même soumis à des droits d'enregistrement : Magnifique, si vous saviez !

Jacques Heurtault 03/03/2014 18:25



Vous voyez bien que mon idée de taxer tous les patrimoines (sans déduction des dettes!) possédés par TOUTES les personnes qu'elles soient morales ou physiques est VRAIMENT excellente!



GM 03/03/2014 17:57


Là j'ai compris pourquoi je ne m'assure pas  !


Je ne suis jamais malade et même durant mes période de chômage (du régime des salariés) je gagnais ma vie (parfois mal) en m'assumant tout seul par ailleurs...


D'ailleurs, en qualité de mandataire social, je n'ai plus droit au alloc'-chôme-du depuis au moins 20 ans.


Donc, je ne cotise pas pour autant.


 


Notez que je cotise pour mes esclaves-salariés ; Au moins, ça me donnje le droit de les foutre à la porte quand je l'entends, quitte à prendre quelques précautions de fond et de forme pour
limiter les dégâts.


 


Vous savez, un peu comme ce plouc qui roule en 16 CV fiscaux avec un malus écologique épouvantbale : Il prétend avir acheter son droit à polluer la planète !


 


Bon, là-dessus, va falloir que je songe sérieusement à voter "avec les pieds" pour éviter de me faire arnaquer en "solidarité", pour ne pas l'avoir trop vue quand il a s'agit d'y faire appel ...
pour des prunes et une perte de temps indéniable, faut dire.

Jacques Heurtault 03/03/2014 18:12



Mouais ... Mouais ... Il faudra taxer sur les signes extérieurs de richesse supposée ... Il doit bien y avoir un truc de ce goût-là dans le CGI?



GM 03/03/2014 17:15


Un peu contradictoire de vouloir passer sous le boisseau tout le monde au même régime et de vouloir financer ça par la CSG généralisée.


Ou j'ai mal compris, ou ce n'est pas ça que vous dites...

Jacques Heurtault 03/03/2014 17:42



Vous avez mal compris. Donc je suis responsable car j'ai du, sans m'en rendre compte, ne pas vous donner suffisamment d'explications.


1. Le chômage est assimilable à une maladie de toute la société.


2. Il faut donc que la logique de l'assurance soit abandonnée au profit de la logique de la solidarité.


3. C'est, tout naturellement, que la CSG devient LA source de financement de cette solidarité.


4. La "didtribution" prend la forme d'un % des revenus qui auront été amputés du fait du chômage pendant un temps limité. Par exemple UN AN ... (Pas plus!).


5. Ceux qui en veulent plus pour diverses raisons doivent se payer eux mêmes ce plus soit individuellement soit collectivement.


Est-ce plus clair maintenant? N'hésitez pas à questionner!



Jean Rivaud 01/03/2014 19:52


Est-ce que ces professions du spectacle ne sont pas trop encombrées? Faire le travail qui vous plait, c'est évidemment souhaitable individuellement, mais qui accomplira les tâches pénibles,
répétitives, moins valorisantes et peu payées: les émigrés bien sûr! Mais leurs descendants y sont aussi peu enclins que les "gaulois"
et ils viennent grossir les effectifs.


 

Jacques Heurtault 02/03/2014 00:38



Oh, oui! Elles sont très, très encombrées! Le régime d'indemnisation est tellement avantageux qu'il y a beaucoup de vrais intermittents ... qui travaillent vraiment ... par intermittence! Il se
dit que le taux de chômage est de l'ordre de 85% ... Ce chiffre est probablement exagéré mais le vrai chiffre que je ne connais pas est très élevé.


Il faut réformer en profondeur!