Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

J'ai fait mon choix : ce sera François Hollande.

17 Avril 2012, 10:18am

Publié par Jacques Heurtault

Voilà! Mon choix est fait! Ce sera François Hollande et personne d'autre ... Pas même le vote blanc qui m'a tenté pendant de nombreux mois ...

 

Je vais, ici et maintenant (la formule est célèbre!), vous expliquer pourquoi.

 

1. Pour d'évidentes raisons, j'ai toujours exclu de voter pour l'un des cinq "petits candidats". Je persiste à penser que leur présence dans la compétition est une anomalie de nos mécanismes institutionnels. Il n'est pas normal que Nathalie Artaud - dont il faut pourtant reconnaitre qu'elle a du caractère et des choses à dire - soit candidate dans une compétition de cette importance. Même pour les Jeux Olympiques, il y a une sélection préalable. Simple question d'organisation ...

 

2. Même appréciation pour Philippe Poutou - bien qu'il ait été fortement applaudi sur le plateau de France 2 l'autre soir, ce n'était pas pour marquer une adhésion à ses idées qu'au demeurant je désapprouve formellement. Toutefois, c'est un vrai ouvrier ... Pas un erzatz de circonstance ni un Besancenot certes jovial mais très dangereux car très imprégné de l'approche trotskiste ...

 

3. Pareillement, je suis en désaccord catégorique avec Nicolas Dupont-Aignan. Il est souverainiste. Il a voté NON au référendum sur le Traité Constitutionnel Européen. Il est cohérent. Je le respecte en tant qu'homme politique. Ce n'est pas suffisant pour juger normale sa présence dans cette compétition quoiqu'elle soit plus légitime que la présence des deux précédents. Lui, au moins, est député et maire d'une ville de plusieurs dizaines de milliers d'habitants (Yerres, Essone).

 

4. Que dire de Jacques Cheminade? Il a été loyal. Il a dit qu'il se présentait dans le seul but de pouvoir parler car il a des choses à dire. Je fais partie de ceux qui estiment qu'il a effectivement des choses intéressantes à dire si on veut bien mettre de côté sa conquête de la planète Mars. Pour autant, ce n'est pas suffisant pour concourir ...

 

5. Quant à Eva Joly, Dieu merci, elle va se ramasser une gamelle magistrale et je m'en réjouis d'avance. Non seulement elle raconte des conneries, bien pire que Artaud ou Poutou mais elle est vraiment dangereuse! Une idéologue pur fiel qui délire ...

 

Reste les cinq "grands candidats" ... Les seuls qui devraient être présents ...

 

1. Marine Le Pen ... Impossible! Je n'ai, n'en déplaise à certains qui pourraient penser le contraire, aucune affinité avec l'extrème-droite. Ni de près ni de loin!

De toutes les façons,  elle a, très logiquement appelé à voter NON au Traité Constitutionnel Européen ...

Je pense qu'elle pose de bonnes questions, de vraies questions que se posent beaucoup de gens ... Mais je sais bien quelles sont les forces politiques qui se tapissent derrière! Le Pen fille, c'est comme Le Pen père ... Nécessairement! C'est donc Pétain, Mussolini, Franco, Primo de Rivera, Peron, Salazar, Hitler , l'extrème droite de toujours ... Non, merci!

 

2. Jean Luc Mélenchon ... Il a voté NON au Traité Constitutionnel Européen. Rédhibitoire! Il parle bien ... Il porte une colère authentique. Il joue un rôle utile en ce sens qu'il vaut mieux que les électeurs en colère votent Mélenchon plutôt que Le Pen. Mais il a dit aussi qu'il ne participerait pas à un gouvernement qu'il ne dirigerait pas. Il est loyal. On sait à quoi s'en tenir. Il n'y a pas d'entourloupe. Il a juste un défaut : je ne suis pas d'accord avec ses solutions!

 

3. François Bayrou ... C'est lui qui avait obtenu mon suffrage en 2007, au premier tour. Je pourrais, sans me déjuger, faire de même Dimanche prochain. Ce serait la marque d'une cohérence et d'une continuité. Je n'en ferai rien. Désolé, François ... Mais, Dimanche tu n'auras pas mon suffrage. La raison en est toute simple : je veux que se construise dans ce pays une puissante force de centre-gauche par une alliance contractuelle entre la gauche sociale et démocrate (plutôt que social-démocrate) et le centre ...

Tout indique que tu ne feras pas ce choix. A l'évidence, tu t'apprêtes à appeler à voter "blanc" pour le second tour ... Pourtant, rejoindre la majorité présidentielle qui semble se dessiner ouvrirait des perspectives intéressantes pour la construction de ce contrat de centre-gauche ...

Sois sûr d'une chose, si tu fais le choix de soutenir Sarkozy, s'en sera fini de toute perspective de voter une nouvelle fois pour toi ou pour tes amis, y compris aux législatives qui vont suivre en Juin prochain ... Je ne pardonnerai pas! Jamais!

 

4. Nicolas Sarkozy ... Il a fait beaucoup de réformes ... qui ne seront pas remises en cause par son probable successeur. Il a aussi fait un certain nombre de réformes qui devront être effacées, absolument. Je pense en particulier à cette aberration de la défiscalisation des heures supplémentaires ... Monstrueux! Comment peut on pousser les gens qui travaillent à temps plein à faire des heures supplémentaires alors que le chômage explose? C'est tout simplement intenable! C'est une insulte à l'agent de Pôle Emploi que j'ai été!

Mais le principal argument que je développe contre le Président sortant, c'est sa méthode de travail! Cette exploitation systématique des angoisses des gens, ce populisme qui ne veut pas dire son nom ... Ces raffales de lois en tout genre sous la poussée des évènements, sous les effets de l'émotion soigneusement cultivée par les médias .... NON! Ce n'est pas comme ça que l'on gouverne ... D'ailleurs, il n'incombe pas au Président de gouverner! Si on veut qu'il en soit ainsi, il faut réformer les institutions. De l'ordre et de la méthode! Stop à la diarrhée législative et réglementaire ... La diarrhée, c'est de la merde! Pas de merde dans la gestion du pays! Il y en a naturellement de trop. Inutile d'en rajouter ...

 

5. François Hollande ... C'est le dernier! Celui qui reste après avoir éliminé tous les autres ... Ses 60 propositions ne sont pas un puissant exercice de style et de réthorique ... Une impression de "vite fait" sous la pression du chaos socialiste, ce parti ne parvenant pas à faire vraiment peau neuve et à devenir vraiment social-démocrate (ce qui serait un grand progrès pour moi qui veut une gauche non pas social-démocrate mais une gauche sociale et démocrate, ce qui n'est pas tout à fait la même chose!).

Au moins a-t-il deux grandes qualités : Il est constant. Sous cet angle c'est le contre-pied de Sarkozy. C'est bien! C'est même très très bien ... Il est aussi habile négociateur. Il saura faire face, comme Mitterrand, aux aléas de la conjoncture politique, laquelle va aller cahin-caha, inévitablement, dans la période qui s'ouvre. Il a une ligne. Il ne flotte pas. Et, si on veut l'empêcher de passer par la porte, il parviendra à passer par la fenêtre.

 

Je donnerai donc ma voix à François Hollande car il ne faut pas, à aucun prix, que Sarkozy puisse continuer à faire des zig et des zag médiatiques en fonction de ses pulsions personnelles. Une telle attitude est incompatible avec la fonction!

Commenter cet article

Jean Daumont 21/04/2012 15:29


Il suffit de citer plus compétent que nous :


 






La démocratie est un mauvais système, mais elle est le moins
mauvais de tous les systèmes."





Winston Churchill






Jacques Heurtault 21/04/2012 18:39



Exact! C'est mieux dit en plus court ...


Cependant, je pense que la politique n'est pas une affaire de compétence. De nos jours, il y a des personnes compétentes dans tous les partis. Encore que ...


La politique, c'est d'abord une affaire de choix et, il faut bien le dire, d'idéologie.


Veut-on une société dont les membres sont plus solidaires entre eux ou bien une société dont les membres sont plus individualistes? Ce choix étant fait, ce n'est qu'après que l'on doit se
préoccuper de l'efficacité des dépenses.


A l'évidence, les inégalités se sont énormément creusées pendant le quinquénat qui s'achève. Ce ne serait pas trop grave si l'enrichissement d'un assez petit nombre ne s'était pas fait par
l'appauvrissement d'un bien plus grand nombre.


Je le dis avec d'autant plus de force que mon patrimoine personnel s'est sûrement accru ... en dormant! Pendant ce temps, des millions de gens se retrouvent sans boulot. Cela m'est insupportable.


J'ai longtemps hésité. J'aurai pu, de nouveau, choisir Bayrou. Son refus ostensible d'envisager une alliance (mesurée!) avec la gauche moderne, sociale et démocrate m'a conduit à
l'abandonner...pour le moment.



Jean Daumont 21/04/2012 09:37


   Bah !...Personnellement, j'en ai tellement entendu depuis 50 ans qu'en qualité de vieux radoteur, je ne crois plus en rien, et notamment en qui que ce soit, même plus au Père Noël
!...

Jacques Heurtault 21/04/2012 10:33


Me vient à l'esprit une question simple : La démocratie est-elle le meilleur système de gouvernance des nations? Je crois quand même que oui ... Est-ce, pour autant, un bon système de gouvernance?
Je crois, hélas!, que non! Le problème, c'est que les autres systèmes de gouvernance - tous les autres - sont pire! Il va donc falloir qu'on se contente de ce que l'on a et que l'on fasse ce que
l'on peut!


Zeus 20/04/2012 10:21


En réponse à votre question je dirais que Méllenchon c'est la gauche plus radicale (mais pas l'extrème gauche).D'ailleurs vous le soulignez dans votre article du 18avril :je cite"la gauche plus
radicale (Hamon,Méllenchon,Emmanuelli...)"

Jacques Heurtault 20/04/2012 12:13



Ok!



zeus 19/04/2012 09:18


L'extrème gauche n'est pas représentée par "vos" 5 candidats.Je ne situe pas Mélenchon à l'extrème gauche et l'écologie qui a fait de très bons scores à d'autres élections,mème si E Joly fait une
mauvaise campagne présidentielle,n'y est pas non plus prise en compte.Le système que vous proposez me semble bien compliqué!comment vérifier des millions de signatures?comment etre certain que le
meme électeur ne signera pas plusieurs fois,quel chantier!votre système serait-il un 1er tour ?

Jacques Heurtault 19/04/2012 10:08



La question n'est pas de savoir si l'extrême gauche est ou n'est pas représentée mais de savoir s'il est légitime que telle ou telle force politique, (quelle qu'elle soit), qui, de toute
évidence, n'a pas, jusqu'à présent, été capable de faire un score raisonnable (disons environ 5%), puisse être présente dans une compétition de cette importance dont le coût est intégralement
pris en charge par les pouvoirs publics. Ma réponse est NON! Je crois comprendre que nous divergeons sur ce point.


Le système des signatures que je préconise n'est rien d'autre que celui qui est en vigueur pour le référendum d'initiative populaire ... Seriez vous contre le référendum d'initiative populaire?


En fait, je préfère un système de parainnage comme ma première proposition où les élus interviennent à proportion du poids qu'ils ont eux-mêmes acquis dans une élection précédente (celle qu'ils
ont gagnée précisément).


Dans le système de parainage actuellement en vigueur, le maire d'une commune de 50 habitants pèse autant que celui d'une ville de 2 millions d'habitants. Ce n'est, à mes yeux, pas du tout normal.


Pour la clarté du débat, il est juste que les grandes sensibilités politiques soient représentées dans la compétition. Il faut savoir s'arrêter à ces grandes sensibilités pour éviter une
cacophonie inutile.


Si Mélenchon n'est pas d'extrême gauche, où est-il?


Vous parlez de "l'écologie" ... Il serait plus juste de parler "DES écologies" car il y en a manifestement plusieurs. A aucune éléction présidentielle, "Les Verts" n'ont réalisé un score non
ridicule (sauf avec Noël Mamère, 5,5%). Il doit bien y avopir une raison! Pourquoi "Les Verts", disposant d'un candidat faisant un bon score, n'ont-ils pas continué à présenter ce même candidat?
L'explication est toute simple : cette mouvance politique est profondément sectaire et hyper-idéologisée. Il s'ensuit une réduction de son influence à une peau de chagrin. Les électeurs votent
"écolo" dans des élections qu'ils considèrent comme mineures (ce en quoi ils ont grand tort!), par exemple les élections européennes. Lorsqu'ils font des bons scores par ailleurs c'est parce
qu'ils sont propulsés sur une autre liste et qu'ils "sucent" des voix qui n'ad'hèrent pas à leur projet politique.



Zeus 18/04/2012 21:22


Et que proposeriez-vous pour sélectionner les candidatures dites "normales"?

Jacques Heurtault 19/04/2012 00:55



Il y a plusieurs méthodes, éventuellemment cumulatives (on applique deux méthodes et on tient le résultat pour positif si la sélection s'avère positive avec une seule).


1. Chaque élu parrain pèse pour le nombre de voix qui l'a élu car, dans une certaine mesure, il représente ses électeurs qui sont supposés faire le même choix que lui. On additionne toutes ces
voix et si elles franchissent un certain seuil, le parrainé est autorisé à se présenter.


2. Chaque électeur dispose du pouvoir de parrainer un postulant à la candidature et il faut avoir un certain nombre de signature pour franchir le cap, par exemple un million voire deux millions.


On peut aussi convenir que pour pouvoir se présenter à la magistrature supprême, il faut avoir déjà fait ses preuves dans des élections de niveau inférieur (député, sénateur, député européen,
conseiller régional, conseiller général, maire d'une commune de plus de 9.000 habitants ... auquel cas un nombre de parrain moindre serait nécéssaire ...


L'idée de base est que l'échiquier politique soit normalement couvert de l'extrême droite à l'extrême gauche, ce qui est le cas avec les cinq principaux candidats.



Jacques 17/04/2012 23:01


Je ne suis pas d'accord avec votre phrase sur N.Arthaud:


 


"Il n'est pas normal que Nathalie Artaud ... soit candidate dans une compétition de cette
importance."


jf.

Jacques Heurtault 18/04/2012 00:03



Certes ... Mais, vous, pourquoi estimez-vous normal qu'elle soit présente dans la compétition? Cinq candidats couvrant tout l'échiquier politique, de l'extrême droite à l'extrême gauche, c'est
plutôt bien, non? Faire de la pub ... tout simplement! Voilà la seule raison de sa candidature ...



Jacques 17/04/2012 18:05


Belle analyse.


Même si je ne suis pas d'accord avec vous à propos de Nathalie Arthaud et d'Eva Joly.


Quant à Bayrou, bravo à vous.


Pour ma part, je l'ai toujours rendu responsable de l'élection de Sarkozy en 2007 ( et donc de la cata qui a suivi pendant cinq ans) par son refus de toute entente - même à minima - avec Ségolène
Royal.



Espérons donc que le scrutin à venir remettra à l'heure la belle montre "Patek" de M. Sarkozy, celle qu'il cache maintenant en serrant les mains des ses supporteurs....


 


jf.

Jacques Heurtault 17/04/2012 19:30



Qu'est ce que j'ai dit au sujet de Nathalie (qui n'est pas mon guide!) Artaud qui suscite votre désaccord? Merci de m'apporter des précisions.


Je suis moins étonné de notre désaccord sur Eva Joly. Je passe. je n'ai rien à rajouter à son sujet! J'espère qu'elle ramasser une gamelle, une vraie ...


Je suis, par contre, en total désaccord avec vous sur le rôle que Bayrou aurait joué pour faire élire Sarkozy en 2007! Souvenez-vous : Ce sont les socialistes les plus à gauche qui, surtout, ne
voulaient pas que Bayrou et Ségo se rapprochent ... Bayrou était catalogué à droite par les mêmes! "ils" prétendaient que c'était au P.S d'en décider! Si Hollande me tient un langage comme ça
entre les deux tours, il perd ma voix! Dans ces conditions, Bayrou a dit, en filigrane, que, lui, personnellement, ne voterait pas Sarkozy... Que pouvait-il dire de plus face à ces abrutis
socialistes qui prétendent définir ce que doit être la gauche et même le peuple de gauche! Un comble...)! J'en profite pour les mettre en garde! Si ils continuent à baver contre Bayrou, je peux
encore changer mon vote, dimanche prochain ...


La question est d'importance! Elle est même l'axe stratégique que je veux voir se développer. Il se résume de la manière suivante. Aux deuxièmes tours (notez le pluriel!), le choix doit être
entre l'alliance du centre et de la gauche responsable d'une part et la droite plus ou moins alliée avec l'extrême droite d'autre part. Avec une telle construction, la gauche plus ou moins
irresponsable doit donc avoir le choix entre une alliance dite par eux comme étant "de droite" (en réalité de centre gauche!) et une autre alliance vraiment à droite! Simple comme bonjour ... Je
tiens pour acquis que bon nombre de ces "stratèges" choisiront l'alliance "droite/extrême droite" tout comme, en 1974, à la Présidentielle, sur instruction du PCF, des militants et des électeurs
fidèles ont choisi délibérément Giscard contre Mitterrand. "Ils" nous ont fait le même coup aux législatives, à Nogent, à la même époque! Bargero, maire communiste de Champigny, a fait réélire
Nungesser contre le candidat socialiste qui avait, sans cela, toutes les chances de battre ledit Nungesser ... Authentique!


Rien de spécial à dire sur la montre de Sarko ... Pour moi, c'est un argument sans intérêt ...



Zeus 17/04/2012 13:07


Pour la clarté du débat,pourriez-vous nous dire la différence précise que vous établissez entre une gauche "social- democrate"et une gauche sociale et démocrate?je vous en remercie

Jacques Heurtault 17/04/2012 14:16



Bonne question! Il y a une diddérence, effectivement.


La social-démocratie, c'est une construction historique précise : l'existence d'un lien organique ou quasi-organique entre les organisations syndicales (le singulier serait plus approprié) et les
partis de gauche (là aussi, le singulier serait plus approprié; bien plus approprié même que pour les syndicats!)


Cela remonte à la fondation du "mouvement ouvrier", à l'époque du "manifeste communiste" de Karl Marx, à la "première internationale" puis à la "deuxième internationale" (qui existe toujours et
qui rassemble les partis socialistes et sociaux-démocrates du monde entier et dont le siège est à Vienne; Pierre Mauroy en fut le président).


Bref. La gauche social-démocrate fait référence à toute l'histoire du "mouvement ouvrier", y compris la querelle institutionnelle entre les socialistes et les communistes ...


 


La gauche sociale et démocrate, c'est un autre concept. C'est la mouvance politique qui se situe au centre-gauche, qui est profondément démocrate, c'est à dire respectueuse de la volonté du
Peuple, pas seulement du "peuple de gauche" (concept qui n'a d'ailleurs aucun sens!) et qui place l'économie au service du peuple et non le peuple au service de l'économie ... Elle est totalement
libérée de la vison "de classe" qui habite doctrinalement (pour ne pas dire doctrinairement) la gauche "classique" c'est à dire "archéo".


Ces explications vous conviennent-elles?