Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Jean Claude Besset : les Verts lui font voir rouge!

7 Décembre 2010, 19:25pm

Publié par Jacques Heurtault

Je ne connais pas Jean-Claude Besset. J'ai, par contre, bien compris que les extrêmistes écologistes ont le souci de se rendre présentables aux yeux de l'opinion publique ...

 

Daniel Cohn Bendit, dont j'admire la gouaille et le comportement un tantinet provocateur, après son éclatant succès politique personnel lors des élections européennes (il s'en est fallu de peu qu'Europe Ecologie ne passe devant le Parti Socialiste!), après avoir eu l'idée, géniale, en créant Europe Ecologie, de tenter de prouver que l'écologie n'était ni de droite ni de gauche mais, simplement, de pur bon sens (donc plein d'avenir car la notion de "bon sens populaire" n'a pas été inventé par je ne sais quel olibrius), vient d'émettre son jugement personnel sur cette affaire qui va avoir des retombées politiques certaines ...

 

"C'est, nous dit-il, un sérieux avertissement!"

 

Quand on a l'habitude de décrypter les expressions politiques, on comprend immédiatement que Les Verts ont intérêt à bien se tenir! Il faut que Les Verts, complètement vérolés par l'extrême gauche, cessent de prétendre être les seuls à vouloir faire de l'écologie ... Il est clair, en effet, que, pour bon nombre d'écolos (on devrait plutôt dire "pseudo-écolos"), l'écologie est devenue un simple prétexte d'action contestataire ... Ils en arrivent même à prendre la défense des "sans-papiers"! Quel rapport avec l'écologie? Aucun, évidemment ...

 

Le plus simple est que vous preniez connaissance de la lettre de Jean-Claude Besset ...

 

Début de citation :

 

J'ai décidé de renoncer à toute responsabilité au sein d'Europe Ecologie-Les Verts. Cette décision est mûrement réfléchie. Elle n'est le fruit ni d'un coup de tête ni d'un coup de blues. Elle révèle l'impuissance que je ressens de plus en plus douloureusement face à une situation de conflit interne qui m'apparaît, en l'état, dominante, indépassable, broyeuse d'énergie et d'espérance. Elle vise aussi à dissiper l'illusion fédératrice que ma présence entretient dans la direction du mouvement, entre marteau et enclume.

 

Autrement dit, j'avoue l'échec, personnel et collectif : je ne souhaite plus m'épuiser à construire des passerelles alors que l'essentiel des préoccupations consiste à entretenir les suspicions ou à rêver d'en découdre pour affaiblir tel courant, détruire tel individu ou conquérir tel pouvoir. Je n'assumerai pas plus longtemps la fiction et l'imposture d'un rôle revenant à concilier l'inconciliable.

 

Si ma mise à l'écart volontaire, dont je pèse amèrement le sens négatif aux yeux des militants sincères, peut servir à quelque chose, c'est de dissiper le rideau de fumée et chasser l'hypocrisie: que les masques tombent ! Que les couteaux sortent s'ils doivent sortir ou que les convictions l'emportent enfin sur les ambitions, mais qu'au moins il se passe quelque chose, qu'Europe Ecologie-Les Verts échappe à ce climat délétère de guerre froide et de paix armée !

 

I have a dream... Oui, j'avais fait le rêve que les Assises de Lyon, le 13 novembre, seraient une date « constituante », consacrant l'aboutissement d'une démarche de dépassement collectif pour construire une force alternative, responsable et désirable, indispensable aux enjeux de l'époque. Cette journée devait marquer les esprits au point de les transformer grâce à un sentiment d'appartenance commune, emportés par une dynamique qui submergerait les inévitables aigreurs, les petits calculs, les préjugés stupides, les médiocrités recuites. J'ai cru que la force de l'essentiel l'emporterait sur les turpitudes usuelles. Qu'il y aurait donc un avant et un après Lyon...

 

Je me suis trompé. Lourdement. Il est impossible de parvenir à faire la paix entre ceux qui aspirent à la guerre.

 

Il y a bien un après Lyon... mais, à l'image du nom retenu (Europe Ecologie-Les Verts), il reproduit ce que nous avions eu tant de mal à contenir dans l'avant Lyon : le scénario des crispations et des jeux claniques, la comédie du pouvoir, le monopoly des territoires. Règlements de compte, délices du déchirement, obsessions purificatrices et procès en sorcellerie saturent à nouveau l'espace, au point de rendre l'air interne irrespirable et le travail politique secondaire.

 

La fusion-dépassement n'a pas eu lieu. Le fossé des défiances reste plus béant que jamais entre ceux supposés vouloir rester en famille et ceux suspectés de chercher le divorce pour la recomposer, rendant impossible toute entreprise commune. D'un côté, le parti où nombre de Verts verrouillent une reproduction à l'identique, avec les mêmes têtes, les mêmes statuts, les mêmes pratiques, les mêmes courants, la même communication pseudo radicale, la même orientation servile vis à vis de la gauche; de l'autre côté, la Coopérative que certains veulent instrumentaliser en machine de guerre contre le parti. Dans ces conditions, aucune discussion sereine, aucun désaccord rationnel ne peut exister. Chaque choix est hypothéqué, chaque initiative s'avère lourde de conflits.

 

Par bonheur, la dramaturgie de nos luttes fratricides en reste aux simulacres. Elle ne tue pas vraiment mais elle use, elle ronge, elle épuise, elle désespère. Certains bâtisseurs, comme mon vieux complice Pascal Durand, ont déjà pris leurs distances. A mon tour de déclarer forfait et de refuser d'assumer plus longtemps un rôle d'équilibre alors qu'on me somme chaque instant de choisir un camp, de dénoncer machin ou de sacrifier truc, de justifier le moindre acte des « autres », de prendre parti dans le choc des ego, de participer au grand concours des détestations, bref de faire tout ce que je déteste.

 

J'ai contribué à construire un mouvement que je juge désormais métastasé et auquel, pas plus que quiconque, je ne sais apporter de remèdes. Je n'entretiens aucun ressentiment, j'apprécie les qualités individuelles des un(e)s et des autres, je ne regrette rien du chemin. Mais, sous l'impact de trop fortes pesanteurs internes engendrées par les coutumes du vieux monde politique dont toutes – je dis bien toutes! - les sensibilités d'EELV portent les stigmates, la mayonnaise collective a tourné et déprécie maintenant les énergies.

 

C'est humainement insoutenable. C'est en tout cas à mille lieux du projet qui m'habitait. Je renonce donc sans rien sacrifier de mon espérance dans l'écologie politique comme horizon de survie et d'émancipation. Sous réserve, peut être, d'un sursaut durable et d'un ressaisissement collectif que mon retrait pourrait favoriser.

 

6 décembre 2010

Jean-Paul Besset

 

Fin de citation.

 

C'est suffisamment clair! Nul besoin d'en dire plus!

 

Pourtant, l'expérience m'a montré qu'il était parfois bon d'enfoncer le clou ...

 

Voici donc l'interview de Daniel Cohn Bendit lui-même sur le sujet ... (extrait de "20 Minutes")

 

Début de citation :

 

INTERVIEW - Le député européen approuve la démission de Jean-Paul Besset du mouvement écolo...

Jean-Paul Besset, proche de Nicolas Hulot, démissionne de la direction d'Europe Ecologie-Les Verts. Dans un courrier interne que s'est procuré Marianne2.fr, ce proche de Nicolas Hulot fustige les «règlements de compte, délices du déchirement, obsessions purificatrices et procès en sorcellerie (qui) saturent à nouveau l'espace, au point de rendre l'air interne irrespirable et le travail politique secondaire».

Un coup dur pour le nouveau mouvement, puisque Besset était censé chapeauter le parti avec Cécile Duflot et être le point d'équilibre entre les «europe-écologistes» et les Verts. Pour 20minutes.fr, Daniel Cohn-Bendit réagit au coup de sang de son ami :


Comment réagissez-vous à la lettre de démission de Jean-Paul Besset?


Ca fait quinze jours que je suis au courant. Moi je trouve ça très bien. Ca participe à une clarification nécessaire. On ne décrète pas une fusion [Les Verts et Europe-Ecologie ont fusionné le 13 novembre lors d’un congrès à Lyon] comme ça. C’est un processus lent. Il faut savoir dire adieu à ses propres idées, à sa propre culture et ce n’est pas facile. Le congrès de Lyon n’était qu’un écran de fumée.


Est-ce-déjà la fin d’Europe Ecologie – Les Verts?


Aujourd’hui, c’est quitte ou double! La lettre de Jean-Paul va nous obliger à nous responsabiliser. Ca peut être salvateur pour notre mouvement. Mais si on ne prend pas conscience du truc, cela peut poser problème. Je pense que les mots utilisés par Jean-Paul reflètent la réalité au sein du mouvement. Et on ne peut pas être désespéré face à la réalité.


Mais, ce matin sur BFM, Cécile Duflot a attribué ce départ à un simple «coup de mou»…


Coup de mou? C’est bien trop faible. C’est plus un avertissement que nous donne Jean-Paul…


Un avertissement pour vos adhérents et vos électeurs?


Surtout pour nos adhérents. Il faut leur laisser le temps de prendre connaissance et conscience des problèmes. Les électeurs, on a encore du temps d’ici à 2012 pour les trouver. En ce moment, ils font leurs courses de Noël.


Les dirigeants du parti ont-ils prévu de se réunir à propos de cette lettre?


Mais tout le monde est au courant depuis quinze jours. Et moi, je trouve qu’on avance quand même. Mes discussions avec Cécile [Duflot] et Jean-Vincent [Placé] sont beaucoup plus simples depuis… On est obligé de se parler franchement et ce n’est pas une mauvaise chose. Maintenant, je n’ai pas de boule de cristal : je ne peux donc pas prédire l’avenir.


Propos recueillis par Vincent Vantighem
Fin de citation.

Commenter cet article

GM 10/01/2011 11:18



Vous trouverez ça sur "gogol" : Y'a même un post sur wikipédia, assez bien détaillé : http://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_Bilderberg


 


Pour mieux en rire, vous pouvez aussi suivre ce lien : http://secretebase.free.fr/complots/organisations/bilderberg/bilderberg.htm


 


Bonne lecture...



Jacques Heurtault 19/01/2011 07:10



Merci!



GM 06/01/2011 09:23



Mais qu'est-ce que ça change au monde quand 20 millions de bulletins, à quelques dizaines de milliers près, font basculer une majorité ?


Expliquez-moi l'épisode de la fin du siècle dernier, quand "Yoyo" fait un véritable "180°" sur lui-même et sur divers plans politiques, notamment en ce qui concerne l'Europe et surtout
l'atlantisme ?


Qu'est-ce qui s'est donc passé sinon les deux tempêtes centenaires de décembre 99, phénomène encore inexplicable dix ans plus tard par les meilleurs climatologues d'aujourd'hui qui constate que
rien absolument rien ne laissait présager ni leur violence ni le "coup-double" ?


C'est juste "un fil rouge" parmi d'autres, qui n'a rien de "scientifique" et relève seulement de l'intuitif.


Parce qu'aucun citoyen de ce pays, pas même moi, ne peut expliquer quoique ce soit...


Vous aurez noté aussi que dans la foulée, "Yoyo" a eut été invité à participer aux travaux du groupe Bilderberg... Après ! Etonnant, non ?



Jacques Heurtault 10/01/2011 10:49



Pouvez-vous nous expliquer ce qu'est le groupe Bilderberg ... Merci!



GM 05/01/2011 10:22



S'il n'y avait qu'eux, ça irait encore...


Mais quand ceux-ci s'allie avec la CIA pour renverser un Allende, quand d'autres te vous font une alliance contre nature entre sioniste et famille Séoud (la cible originelle d'Al Qaïda, vous
rappelle-je...), que les frères-trois-points vous mette à genou une nation comme la "Gauloisie ruinée" en jetant l'argent par les fenêtres, la laissant tomber entre les mains des "banquiers
souverains", vous croyez que ça pèse combien votre bulletin dans une urne ?



Jacques Heurtault 05/01/2011 19:34



Ca pèse le poids de UN bulletin ... Avec 20 millions de bulletins, ça devient une confortable majorité ... Evidemment, il y a du travail à faire pour y parvenir ... Je suis bien obligé d'en
convenir!



GM 04/01/2011 11:30



Asservir le plus grand nombre, voire la totalité de l'humanité.


Ca saute aux yeux, non ?



Jacques Heurtault 04/01/2011 22:31



Pas vraiment ...


Mais, assurément, il y a de vrais fachos au sein de la mouvance "écolos" ... Des gens que je ne veux à aucun prix voir accéder au pouvoir ...



GM 03/01/2011 18:05



Un jour, et ce temps n'est plus très lointain, on apprendra qu'ainsi les quelques dizaines de "mouvements activistes" qui oeuvrent dans le sillage des quelques 7 (ou 5, ou 8) principales "forces
de l'ombre", travaillent en fait, au gré des alliances, mais dans la main, poursuivant des buts similaires.


Je dis "pas très lointain", parce qu'on va les voir à l'oeuvre partout sur la planète, s'activer à changer leurs alliances...


On en serait au temps où Chronos (celui qui bouffait ses gosses de peur que l'un d'eux prenne sa place, et c'est Zeus qui l'a viré) est en échec total.


On le voit bien d'un côté, il y a vingt ans avec l'échec de l'économie planifiée soviétique (et bloc de l'Est), l'échec d'hier de "l'ultra-libéralisme" et ses dictatures des marchés", qui ni
l'une ni l'autre n'apporte de solution idélogique, voire même pragmatique, à l'essence humaine qui n'est faite que de Liberté.


 


Va surgir, forcément, une synthèse prodigieuse de ces temps incertains et c'est demain !


 


Mais pour aujourd'hui, je ne vous souhaite qu'une excellente année !


Pace e salute, dit-on chez moi !



Jacques Heurtault 03/01/2011 18:42



Mais quels sont-ils, selon vous, ces buts similaires? Pour moi, les choses sont plus carrées ...


 



Jean-Pierre 03/01/2011 14:51



Forcément, c'est plus facile de faire carrière dans les « cabinets » quand on est au PS qu'à LO ou au NPA... :-)



Jacques Heurtault 03/01/2011 18:33



Mais quand on est, comme Jospin, à la fois, dirigeant du P.S. et membre d'une organisation trotskyste, ça devient simple ...



GM 31/12/2010 10:37



Chez les "anars" ! Y'en a plein partout dans la mouvance de "gôche" et quelques-uns chez les "nazillons" et les "alter".


Tout le monde sait ça !


Dans le sillage d'action directe, brigade rouge, et autres mouvements "natio". Je sais, j'en connais...


La gangrène des démocraties avancées, qui avance à visage couvert, surfant sur les facilités liées à la démocratie élective.


Pas en Iran ni en Corée, ni même en Chine, soyez-en sûrs...



Jacques Heurtault 03/01/2011 17:48



J'en suis absolument sûr! Il s'est dit, ici ou là, que les attentats de Bologne étaient en réalité fomentés par l'extrême droite ... Le paroxysme en a été l'assassinat d'Aldo Moro qui était sur
le point de conclure une alliance historique avec le Parti Communiste Italien dirigé, à l'époque, par Enrico Berlinguer, une personnalité hors du commun qui a su faire culminer son parti à 33%
des voix! Pas grand chose à voir avec Marie Georges Buffet qui l'a ramené à moins de 3% des voix en France!


Les extrêmes se rejoignent, c'est bien connu!



GM 28/12/2010 17:49



Il n'est pas le premier à claquer la porte...


Ne restera plus que les strokystes et les situationistes...



Jacques Heurtault 30/12/2010 18:40



Ils se situent où exactement les situationnistes? Les trotskos, le PS en est plein! A commencer par Jospin qui , incapable d'assumer ses choix politiques, a soutenu mordicus qu'il n'avait jamais
été trotskiste.



jacques 09/12/2010 10:44



Bof...Vous avez bien du temps à consacrer à ce genre de phénomène.....


Benhamias avait lui aussi démissionné avec perte et fracas des Verts...Ca n'a pas changé le cours de l'histoire.....Et Benhamias est aujourd'hui au Modem...


Ce sera pareil avec Besset.....


D'autant que comme Behamias, ce monsieur n'a pas l'air de vouloir rendre son mandat de Député Européen au Parti sous létiquette duquel il a été élu !


 


jf.


 



Jacques Heurtault 09/12/2010 22:36



Cette fois-ci, Cohn Bendit approuve clairement la démarche ...



Rivaud 07/12/2010 20:42



les"verts" d'Antoine Waetcher ont été noyautés et subit l'entrisme des gauchistes, d'abord en IDF. C'était il y a 20 ans. Malheureusement Waetcher n'avait pas le charisme et la
volonté, le parti qu'il a créé est toujours resté marginal. Qui, à part en Alsace, le connait ? Quant au rapport avec les sans-papiers, j'en vois un: la protection des forêts...



Jacques Heurtault 08/12/2010 23:08



Ah! Ah! Ah! J'aime les gens qui ont de l'humour ...