Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

L'Armée, toute l'Armée, n'existe pas pour elle-même!

14 Juillet 2013, 10:55am

Publié par Jacques Heurtault

C'est un principe républicain qu'il faut affirmer et réaffirmer!

 

Il s'ensuit qu'un militaire, quel que soit son rang hiérarchique, doit une ABSOLUE obéissance aux institutions politiques ... Tout spécialement au Gouvernement qui est l'institution politique exécutive par excellence.

 

Il s'ensuit que toute transgression de ce principe par un militaire, quel que soit son rang, doit se traduire par, au minimum, une mise à pied conservatoire, une suspension de son commandement avec effet immédiat.

 

On entend, on lit, ici où là, que les crédits alloués à l'Armée sont en diminution. C'est un fait. Les moyens dont va disposer l'Armée dans les années à venir, vont-ils être sérieusement rognés voire carrément sévèrement diminués? Cela semble aussi un fait.

 

Faut-il s'en plaindre? S'en alarmer? S'en réjouir? Ce sont là de fausses bonnes questions!

 

Il est tout à fait clair que les crédits alloués à l'Armée doivent être en rapport avec les missions que le Gouvernement est amené à lui ordonner d'exécuter. Simple question de logique et de cohérence ... A quoi servirait-il de fournir des crédits à une structure qui, lorsqu'on lui en donne l'ordre, s'avèrerait incapable d'accomplir AVEC SUCCES les missions qui justifient l'octroi des crédits? Si tel était le cas, autant supprimer purement et simplement lesdits crédits!

 

Quelles doivent être les missions de l'Armée? Voilà une vraie bonne question!

 

1. Défiler sur les Champs Elysées? Non!

2. Intervenir en dehors de nos frontières? Il faut voir ...

3. Participer, dans la limite des ordres reçus, à la défense des intérêts de la France? Certainement!

 

Il s'ensuit que le format de nos unités combattantes doit être constamment adapté aux exigences définies par le Gouvernement. S'il faut dissoudre une unité parce qu'il s'avère que son existence n'est plus utile, cela ne doit pas poser problème. Maintenir une unité combattante au motif que le casernement crée de l'emploi dans la zone urbaine d'implantation est une aberration! Renoncer à prendre une telle décision est un manque de courage politique.

Quant à renoncer pour ne pas déplaire à tel ou tel commandant militaire, ce n'est ni plus ni moins qu'une lâcheté voire une trahison ...

 

Dans un tout autre ordre d'idée, exact contrepoids au "corpus" que je viens de défendre, salir notre Armée, salir nos soldats dès lors que l'une et les autres exécutent correctement les missions selon les ordres reçus, c'est ni plus ni moins qu'une atteinte à la République elle-même!

De tels agissements doivent être sanctionnés avec la même sévérité que d'éventuels mouvements d'humeur émanant  de n'importe lequel de nos militaires. Pas plus mais aussi pas moins!

Commenter cet article

RIVAUD 15/07/2013 12:57


L'armée francaise est certainement une des meilleures du monde vu son nombre d'officiers généraux...

Jacques Heurtault 15/07/2013 13:47



Ah! Ah! Ah! Ah!


Reconnaissons qu'elle ne doit pas être si mauvaise car, en Irak, pendant la 1ère guerre du Golfe, il n'y a eu que deux tués. Au Mali, il y en a eu 5 (je crois ...). En Afghanistan, il y en a pas
loin d'une centaine (guerre de guéilla face à un ennemi difficile à repérer. En Yougoslavie, presque autant pour la même raison aggravée par l'insuffisance du mandat de l'ONU...


Je ne sais ce qu'il en est dans les autres pays, mais, en France, par principe, les généraux ne sont JAMAIS mis à la retraite. Ils restent inscrits à l'effectif et sont placés dans le cadre de
réserve. Il s'ensuit que, mathématiquement, le nombre de généraux de l'armée est très élevé. Sans doute conviendrait-il de fixer une limite d'âge. Pourquoi pas 70 ans? Voire même 75 ans sous
réserve de se soumettre à une visite médicale périodique. Il semble raisonnable d'admettre qu'un général atteint de la maladie d'Alzhameir ne puisse exercer aucune responsabilité d'aucune sorte
...