Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

"La face noire de l'olympisme" par Roger-Pol Droit Les Echos.

21 Février 2014, 14:20pm

Publié par Jacques Heurtault

C'est sous ce titre que Roger-Pol Droit publie une tribune dans le quotidien "Les Echos" de ce jour 21 Février 2014.

 

Rien moins que sidérant! J'ai du relire plusieurs paragraphes pour être sûr d'avoir bien compris ... On y apprend, entre autres, que Hitler en personne a soutenu une candidature de Coubertin pour un Prix Nobel ...

 

Avant d'aller plus loin dans les commentaires, je vous laisse lire l'intégralité de la tribune. Prenez la précaution de vous asseoir ... On ne sait jamais! Ne lisez surtout pas en marchant dans la rue car vous risquez de vous "payer" un lampadaire ...

 

 

Début de citation :

 

Hiver comme été, les Jeux Olympiques sont toujours une fête. En tout cas pour tous ceux qui aiment les sports, le risque, la compétition, le dépassement de soi et même le spectacle des rivalités multiples, notamment nationales, qui ne sont jamais loin des podiums. Rien à redire. Si on ne partage pas ces enthousiasmes, il n'existe pas de raison valable pour les critiquer, encore moins de gâcher le plaisir visible qu'ils procurent à tant de gens. En revanche, on a le droit de sourire, si ce n'est le devoir de s'esclaffer franchement à propos de la Charte Olympique et de sa prétention : « L'Olympisme est une philosophie de vie. »

La lecture de cette charte ne révèle que banalités consensuelles et creuses. Ce serait évidemment sans importance si, derrière ces belles paroles, un large pan de l'histoire - de l'esprit Olympique, de la flamme inauguratrice, de Pierre de Coubertin lui-même, le fondateur mythique - n'était étroitement lié au fascisme, au racisme et au sexisme.

Commençons par la bluette. La Charte Olympique actuelle proclame son soutien, difficile à critiquer, envers « une société pacifique, soucieuse de préserver la dignité humaine » (Principes, 3). Elle affirme également qu'un « monde pacifique et meilleur » peut se construire avec l'aide de « l'esprit Olympique, qui exige la compréhension mutuelle, l'esprit d'amitié, la solidarité et le fair-play » (Principes, 6). Bien que pareilles déclarations évoquent plus l'eau tiède que la philosophie, personne ne jettera la pierre aux rédacteurs, ni aux défenseurs de bonnes intentions aux contours tellement flous. La situation se complique dès qu'on met le nez dans les archives. On y découvre que l'esprit des Jeux ne fut pas toujours si doux…

« Les Jeux Olympiques sont une lutte rude et farouche, ne convenant qu'à des êtres rudes et farouches. Qu'on ne vienne pas me parler d'Olympiades pour les femmes ou les enfants, les faibles pour tout dire. » Ces assertions viriles sont signées Pierre de Coubertin lui-même, dans le journal « L'Auto » du 4 septembre 1936, juste après les Jeux de Berlin, organisés par Hitler à la gloire du Reich. Le baron fondateur de l'Olympisme moderne y affirme d'ailleurs n'avoir pas d'objection envers « la glorification du régime nazi » que devinrent ces Jeux, car ce fut « le choc émotionnel qui a permis le développement immense » du mouvement Olympique !

Ce n'est pas une déclaration unique, ni un propos de circonstance. A Stockholm, en 1912, le baron soutenait déjà que « le rôle des femmes devrait être avant tout de couronner les vainqueurs ». L'homme se déclarait volontiers « colonialiste fanatique » et n'hésitait pas à se rêver en fondateur d'un culte nouveau : « La première caractéristique essentielle de l'Olympisme ancien aussi bien que de l'Olympisme moderne, c'est d'être une religion. » Si on cherche le contenu de ce culte, il n'est pas innocent : « En ciselant son corps par l'exercice comme le fait un sculpteur d'une statue, l'athlète antique honorait les dieux, explique Pierre de Coubertin. En faisant de même, l'athlète moderne exalte sa patrie, sa race, son drapeau. »

On ne s'étonnera pas que Hitler en personne ait soutenu une demande de prix Nobel pour Pierre de Coubertin. Le Führer lui proposa même de le pensionner, ce que ce champion eut le bon goût de décliner. Il intégra en revanche dans sa religion le rituel de la flamme - torche allumée par le soleil, prêtresses néopaïennes et parcours symbolique -, dont il faut savoir qu'il était tout à fait absent des Jeux antiques, comme des premiers Jeux modernes. C'est une invention de l'officier allemand Carl Diem (1882-1962), grande figure du mouvement Olympique, qui fut instaurée seulement en 1936, pour les Jeux de Berlin. Il échoua toutefois à faire de la marche militaire sac au dos une discipline Olympique… Ca ne s'invente pas !

Qu'on ne se méprenne pas. Il n'y a pas à condamner le sport, ni à croire que l'Olympisme est un fascisme qui s'ignore. Ce serait simpliste. Mais il s'agit de savoir qu'existe une part d'ombre dans cette vaste histoire. Sur sa face noire, qui n'est pas la seule, l'Olympisme a eu partie liée aux totalitarismes, aux régimes dictatoriaux, aux idéologies les moins égalitaires et les moins démocratiques. Ce n'est pas fini.

Roger-Pol Droit

Fin de citation.

 

Ne m'en veuillez pas... Je vous avais prévenu!

 

J'ai surligné en gras ce qui m'apparait comme le plus révélateur ...

 

Franchement, j'en tombe sur le cul! Roger-Pol Droit n'est ni un fanatique, ni un décliniste ni je ne sais quoi d'autre ... C'est un philosophe, tout simplement! Autrement dit le contraire d'un B.H.L.

 

Je comprends mieux, maintenant, pourquoi le sport ne m'a jamais vraiment passionné et encore moins la compétition sportive. Je comprends encore mieux pourquoi l'idée de participer, sur les gradins d'un stade, à un match de foot entre Marseille et Valenciennes ne m'a jamais traversé l'esprit ... pourquoi, la seule fois où, parce que j'y avais été invité, j'ai suivi, dans la tribune présidentielle, une Coupe de France de foot, je me suis senti très mal à l'aise!

 

Merci! Merci mille fois, Roger-Pol Droit d'avoir en si peu de lignes aussi bien illuminer ma lanterne!

 

 

Commenter cet article

GM 21/02/2014 19:29


Mais si ça existe : https://www.google.fr/#q=pierre+de+coubertin+et+hitler


Il suffit de chercher !


Et pourtant Dieu sait si je ne suis pas doué pour ce genre de choses.


 


Maintenant, il faut replacer aussi dans le contexte, sans ça vous prendrez toujours les vessies qu'on vous présentera pour des lanternes éclairant l'huamnité de ses lumières.


 


Aux JO de 36, ce n'est pas lui qui a choisit l'allemagne. Qui d'ailleurs n'était pas encore nazi au moment du choix.


Et il a en face de lui un agité du citron en uniforme, élu démocratiquement...


Il pouvait faire quoi ? Une quenelle peut-être !


"Valse" l'aurait fait coffrer !


 


Rappelez-vous les ministres anglais et "Gaulois" qui pactisaient encore quelques années plus tard en toute candeur...


Pourtant là, les chars avaient déjà changé la nature du régime... Et ils nous sont revenus nous assurant que la paix avait été sauvée, non ?


 


Pol-machin, il en fait un peu trop pour ne pas ressembler à BHL, là.


C'est stupide de sa part pour être bien trop facile ... après-coup.


La "Gauloisie", vous rappelle-je, a été pétainiste dans une très large majorité, très large, jusqu'en 44.


Alors bon, un peu d'eau dans le vin d'autrui, SVP.


 


Même si je ne défends nullement ni la collaboration ni le nazisme.


Mon grand-père, qui a vécu cette époque en disait : "Das war krieg !"


C'était la guerre et votre destin, celle de votre famille pouvait basculer d'un moment à l'autre, sans crier gare !


Mon autre grand-père, il s'en était même fat une philosophie : Aux alertes aériennes où s'acharnaait les anglais contre les usines de Billancourt, il ne descendait même pas aux abris.


Une bombe a traversé sa chambre et la maison où il vivait et n'a d'ailleurs explosée que plus tard, avec les charges de démineurs...


 


Sans ça, je ne serai même pas là pour vous le dire.

Jacques Heurtault 22/02/2014 00:30



Pas sur Wikipedia (ou alors j'ai parcouru trop vite).


Franchement, poser une requête sur "Coup de Gueule/Google" à propos de "de Coubertin/Hitler" ne m'aurait jamais effleuré l'esprit sans ce bénéfique article de Roger-Pol Droit.



guillaume 21/02/2014 18:22


Je partage votre indignation,mais vous oubliez  de vous indigner concernant ses propos sur les femmes!

Jacques Heurtault 21/02/2014 18:58



Esprit de chicane ou bien lecture "dirigée"? J'ai surligné des propos particulièrement misogynes!


Sans doute aurais-je du insister en disant AUSSI le caractère inadmissible de cette misogynie ... Mea culpa!


Notez cependant que la misogynie, pour scandaleuse qu'elle soit, ne peut en aucun cas se comparer avec la monstruosité nazie! Simple question d'échelle ... ëtre macho à cette époque était presque
"normal" à tel point que cela pouvait ne pas se remarquer. Être nazi ou faire l'apologie du nazisme a, par contre, été soigneusement DISSIMULE ... Personnellement, j'ignorais tout de ce
positionnement coubertinesque! Et vous?



Lubomyr 21/02/2014 16:24


Le "sport" professionnel et de haut niveau ne représente plus maintenant que le l'exaltation de la compétition:


- Compétition entre villes ou régions pour le foot professionnel.


-Compétition nationaliste entre états pour l'organisation des JO ou du mondial de foot : toujours plus haut, plus fort, plus cher.


-Compétition économmique : on nous l'a assez dit que ces JO étaient ceux qui avaient couté le plus cher, tout en faisant l'impasse sur les morts et les conditions de travail désastreuses sur
les chantiers - Ils'agit là d'un singulier racourcissement de la vie économique mondialisée.


-Compétition de l'inutile : les retombées pour les pays organisateurs de ces gabegies ne sont jamais proportionnelles aux investissements consentis.


Une dernière remarque : les journaleux de France Noeud et de Tarata Trois s'extasient devant le record de médailles françaises mais ils oublient les dures lois des mathématiques : 15
médailles aujourd'hui avec 98 compétitions, c'est quand même moins bien que les 9 médailles de 1968 avec 34 compétition; Et en plus nous n'avons pas brillé dans les épreuves majeures en
alpin ; alors assez avec les cocoriccos dont on nous abbreuve!!!!

Jacques Heurtault 21/02/2014 17:04



Ok sur cette analyse du "sport" de compétition tel qu'il est devenu aujourd'hui!


Ma critique - plus précisément - ma véritable découverte (et c'est sur cela que porte la tribune de Roger-Pol Droit!), ce sont les relents de nazisme qu'a véhiculé de Coubertin.
C'est là qu'il est le scandale!



GM 21/02/2014 16:19


Mon Dieu :


Comme si l'olympisme (ou le psort d'une façon générale) pouvait ne naître que de fanatismes rances ?


Mais enfin, Monsisur mon conseiller spciél, tout le monde s'ait qu'on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs et que l'olympisme en est, au moins autant que la SDN devenu par la suite un
outil de paix avec l'ONU.


Et que la dernière guerre mondiale s'est arrêtée le surlendemain de Nagasaki détruite par la seule bombe au plutonium enrichie de l'histoire de l'humanité.


 


Franchement, Monsieur mon conseiller, s'il vous plaît !

Jacques Heurtault 21/02/2014 16:27



Stop! Pas de confusion ... Moi, j'ignorais complètement que le baron Pierre de Coubertin avait émis de telles idées! Je n'avais qu'une image très positive dudit baron ... Preuve (une de plus!)
que les journaleux ne font pas leur travail d'investigation correctement!


Je trouve ça parfaitement scandaleux!


P.S. : Je viens de parcourir le wikipedia sur de Coubertin ... Pas un mot sur ses accointances avec Hitler!


Double scandale ...