Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Le passé trouble de certains leaders polititiques ukrainiens ...

27 Février 2014, 10:20am

Publié par Jacques Heurtault

Dans un article signé de Ian Hamel, correspondant de l'hebdomadaire Le Point à Genève, on apprend que Ioulia Timochenko n'est pas obligatoirement la pure égérie de la révolution orange en Ukraine.

 

On sait, depuis quelques jours, qu'elle ne postulera pas aux fonctions de Premier Ministre. Pour l'instant, elle n'a pas encore fait état son éventuelle candidature à la Présidence de la République en Ukraine ...

 

Il est vrai qu'après avoir été incarcérée pendant plus de deux ans dans des conditions vraisemblablement pas très bonnes dans une prison, elle a déclaré avoir besoin de soins de santé. Elle l'avait déjà fait savoir avant les évènements ayant conduit à la mort de près d'une centaine de personnes sur la place Maïdan (dont plus d'une dizaine de policiers, il faut le préciser).

 

Il y a peut-être d'autres raisons. C'est ce que Ian Hamel nous suggère en portant à la connaissance du public des éléments d'interrogation que je ne suis évidemment pas en mesure de vérifier.

 

Il n'empêche qu'on attend des réponses ... car il y a des questions.

 

Voici ce qu'en dit, pour l'essentiel, Ian Hamel :

 

Début de citation.

 


Diplômée d'économie de la faculté de Dniepropetrovsk (la troisième ville d'Ukraine), Ioulia Timochenko n'a pas mis longtemps à assimiler toutes les subtilités de la finance internationale. Un an après l'indépendance du pays, elle crée à Chypre, le 8 octobre 1992, la société Somolli Enterprises, qui va rapidement accueillir 140 millions de dollars.

La manne provient de United Energy Systems of Ukraine, une compagnie justement dirigée par Ioulia Timochenko qui achète du gaz à la Russie et le distribue dans la région de Dniepropetrovsk. Elle a été placée à ce poste stratégique par Pavel Lazarenko, ministre de l'Énergie, puis Premier ministre de l'Ukraine en 1996-1997. "Dans les demandes d'entraide judiciaire envoyées dès mars 1997 par Kiev à Berne, elle est même présentée comme sa maîtresse", se souvient un magistrat suisse.

Ioulia Timochenko, la trentaine, est alors brune, sans ses tresses typiques. "Elle a été relookée depuis par des conseillers occidentaux, sans doute des Américains, pour jouer les paysannes ukrainiennes", constate Emilia Nazarenko, correspondante à Genève du quotidien ukrainien Den. Avant de devenir l'égérie de la révolution Orange, Ioulia Timochenko penchait davantage pour le grand voisin russe.

Quant à Pavel Lazarenko, soupçonné de détournements de fonds, il préfère prendre la fuite. En décembre 1998, il est arrêté à Bâle (Suisse) en possession d'un passeport... panaméen. Le juge d'instruction genevois Laurent Kasper-Ansermet, en charge du dossier, est contraint de jouer au Petit Poucet pour tenter de localiser les fonds détournés. L'argent part de Chypre vers quatre cantons suisses, Fribourg, Genève, Vaud et Zurich.

L'un des comptes bancaires concernés a été utilisé pour plus de 2 500 opérations ! Les millions se dispersent ensuite en direction de la Pologne, des États-Unis et de la petite île d'Antigua, dans les Caraïbes. Finalement, Pavel Lazarenko devient en 2000 le premier homme politique condamné en Suisse pour "blanchiment" ! Arrêté ensuite aux États-Unis, l'ancien Premier ministre écope de 9 ans de prison en 2006 en Californie, également pour "blanchiment". Au départ, Ioulia Timochenko apparaît dans la procédure américaine comme "co-conspiratrice", mais, fort curieusement, elle est ensuite blanchie.

Il est vrai qu'entre-temps en Ukraine, à la tête du Bloc Ioulia Timochenko - une coalition de partis de centre droit -, elle est devenue l'égérie de la révolution Orange, considérée comme pro-occidentale. Les Occidentaux vont se mobiliser quand le régime de Viktor Ianoukovitch, vainqueur de l'élection présidentielle de 2010, la jette en prison et la condamne à sept ans de détention. "Mais la libération de Timochenko ne doit pas faire illusion. Elle reste toujours très contestée. Fort peu d'Ukrainiens voteraient aujourd'hui pour elle", assure la journaliste Emilia Nazarenko.

Les ennuis de La princesse du gaz, pour reprendre le titre du livre du journaliste allemand Frank Schumann, paru en 2013, ne sont pas pour autant terminés. Un cabinet d'avocats londonien mène actuellement des investigations, notamment en Suisse et aux États-Unis, pour retrouver les centaines de millions de dollars qu'aurait cachés Ioulia Timochenko.

 

Fin de citation.

 

Les relations intimes entre l'égérie de la révolution orange et l'ancien Premier Ministre ukrainien me m'intéressent pas. Il convient, par contre, d'insister sur le fait que son ex-Premier Ministre d'ami purge une peine de 9 ans de prison depuis 2006, en Californie pour blanchiment d'argent. Il est vrai que, aux Etats Unis, les juges ont tendance à avoir la main lourde ... mais 9 ans, ce n'est pas rien non plus. Il n'y a pas de fumée sans feu.

 

Je me risque à penser que, à un moment donné, Ioulia Timochenko a été "fabriquée" comme vecteur de certains intérêts occidentaux pour faire basculer définitivement l'Ukraine dans le camp occidental. Il s'en est suivi une lutte avec ses anciens amis pro-russes (car, en Ukraine, il y a encore moins de 15 ans, tout le monde ou presque était pro-russe. Comment faire autrement quand, cinq ans auparavant, l'Ukraine n'était rien d'autre qu'une partie de l'Union Soviétique?

 

Clairement, la "partie" n'est pas terminée . Je ne me risquerai pas à dire qui sera le vainqueur . Je ne sais même pas qui je dois souhaiter voir devenir vainqueur ... Je sais, par contre, que quand on réveille un ours endormi, il peut devenir très dangereux. L'ours est l'animal fétiche de l'Union Soviétique. Si l'Union Soviétique est bien morte, l'ours, lui, bouge encore!

Commenter cet article

GM 27/02/2014 11:07


En aparté, on signale des "exercices" de l'armée russe à la frontière de l'Ukraine...


Ce sont justes de exercices, n'est-ce pas !


 


Remarquez, ils avaient fait la même chose pour le Géorgie du temps de "Bling-bling" qui avait pris son "Air-Karla-One" (même si ce n'était pas encore elle ni même l'Airbus présidentiel) pour
aller "sauver" la Liberté !

Jacques Heurtault 27/02/2014 12:21



Ca va pèter, hélas!



guillaume 27/02/2014 10:56


De la corruption chez les dirigeants Ukrainiens?ce n'est pas un scoop!!c'est d'ailleurs pour cela que le peuple est dans la rue,revendiquant un ETAT DE DROIT!A l'ouest mais aussi à l'est.Ce sera
long et compliqué vue la situation du pays.Surtout que cela ne plait pas à Poutine qui craint la "contagion" dans d'autres anciennes républiques et chez lui aussi!qu'attendez-vous de l'ours?

Jacques Heurtault 27/02/2014 12:20



Je n'attends rien de Poutine ... Je crains simplement que la situation n'échappe à tout le monde!