Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Majoration des taux de TVA ...On peut y aller!

13 Juillet 2012, 17:33pm

Publié par Jacques Heurtault

J'ai, a priori, quelques doutes sur la source d'information Wikipedia... Vu son mode de fonctionnement et son mode d'alimentation, on ne peut pas affirmer que cette souce documentaire est fiable.

 

Pourtant, quand il est explicitement fait référence à la source primaire au sein même de l'article "Wikipedia" et que cette source est aisément consultable grace à un lien qui y renvoie directement d'une part et que cette source s'avère être l'INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques) d'autre part, il faut bien tenir pour valables les informations que l'on y trouve.

 

C'est donc l'attitude que j'ai adoptée.

 

Il s'agit d'un tableau retraçant les évolutions successives des différents taux de TVA applicables.

 

On découvre ainsi - je l'avais complètement oublié - que, en 1970, il y avait 4 taux de TVA en vigueur

- le taux dit réduit qui était de 7,5% ... Il n'y avait pas de "taux particulier" ou "super-réduit" à 2,1% ni à 5,5%.

- le taux intermédiaire qui était de 17,6% ... Mais oui! Je dis bien le taux "intermédiaire".

- le taux normal à ...23%! Curieusement, je n'en ai aucun souvenir ...Pourtant, à l'époque, j'avais 21 ans. Je doute que l'INSEE raconte des salades.

- le taux majoré à 33,33% dont j'ai conservé un souvenir précis puisque la première voiture neuve arrivée à la maison (c'est à dire chez mes parents) - une 204 Peugeot - était taxée à ce taux, les voitures étant considérées comme des produits de luxe.

 

Aujourd'hui, il y a toujours quatre taux en vigueur.

- le taux "particulier" (ou super-réduit) à 2,1%

- le taux à 5,5%

- le taux à 7%

- le taux normal à 19,6%

 

Il saute immédiatement aux yeux que tous les taux ont diminué ... Si quelqu'un vous dit que non, vous pourrez, tout comme moi, le traiter de menteur.

 

Les Français sont "un peu" fâchés avec les maths ... même quand il s'agit de simples "règles de trois". C'est bien dommage mais c'est comme ça!

 

1. Prenons un produit dont le prix TTC (toutes taxes comprises) est de 100 euros. Imaginons que lui soit appliqué un taux (inexistant aujourd'hui!) de 33,33%. Quel en est le prix HT (hors taxes)? Je suis prêt à parier que plus de la moitié des lecteurs de cet article vont dire "66,66 euros" ... C'EST EVIDEMMENT FAUX! Le prix hors taxes est de 75 euros (car si on y applique le taux de TVA de 33,33%, on retrouve bien le prix TTC de 100 euros!).

Cela revient à dire que tout produit taxé à 33,33% alimente, au moment de son achat, les caisses de l'Etat de 25% de son prix de vente (et non pas 33,33!!) soit 25 euros ... seulement.

 

2. Prenons un produit dont le prix TTC est toujours de 100 euros. Imaginons que lui soit appliqué un taux (inexistant aujourd'hui!) de 25%. Son prix H.T. (hors taxes) sera de ... 80 euros (et non pas de 75 euros) soit 20 euros de TVA (et non pas 25 euros!).

 

3. Prenons un produit (pourquoi pas un livre?) qui vaut 20 euros TTC. Je veux bien convenir que ce n'est pas à la portée de toutes les bourses mais je ferai cependant remarquer que les "livres de poche" sont souvent vendus autour de 10 euros alors même qu'ils sont plus difficiles à lire (notamment pour moi qui suis vieux!) et qu'ils s'abiment très vite.

Parce que c'est un livre, le taux de TVA qui lui est appliqué est de 5,5% ... Soit! Son prix H.T. est donc de ... 18,96 euros soit 1,04 euro de TVA (ce qui, on en conviendra, n'est quand même pas monstrueux).

Si on lui avait appliqué le taux de 7% (perspective qui a fait couler des mètres-cubes d'encre d'imprimerie), le prix de vente serait passé à 20,29 euros soit une majoration de 29 centimes d'euros (ou encore 15 centimes d'euro pour un "livre de poche"). Autant dire rien du tout! Surtout pour les gens qui achètent beaucoup de livres car ils ont, tous, des moyens financiers bien plus importants que ceux qui achètent très peu de livres parce qu'ils lisent très peu.

Qu'ont-ils donc à venir "gueuler comme des putois qui puent", ces libraires braillards? (C'est vrai : un putois, ça "schlingue" comme c'est pas permis!). A qui veulent-ils faire croire qu'une majoration du prix d'un livre de 30 centimes d'euro va faire chuter les ventes au point de mettre en péril l'activité des libraires, des auteurs et des éditeurs? Il vaut mieux qu'ils n'essaient pas avec moi! Ils n'y arriveront pas ...

 

Le problème de la TVA est donc simple à résoudre ... Il est le suivant : Trouvera-t-on un jour un gouvernement ayant assez de "couilles au cul" pour prendre les décisions qui s'imposent de plus en plus comme de première évidence?

Commenter cet article

martin remy 27/07/2012 14:51


ben les libraires y braillent...y puent ?...mais pas les z'hoteliers restaurateurs et consorts...ne nous a rien couter cette baisse de la TVA dans ce secteur et des milliers d 'embauches bien sur
comme promis...j'aurais préféré avoir comme exemple autres choses que les libraires

Jacques Heurtault 27/07/2012 15:11



J'ai pris le cas des libraires parce qu'il m'a paru très emblématique de la relation des contribuables face à l'impôt.


1. Vis à vis de la TVA, les Français et les Françaises font, majoritairement, une sorte de fixation hostile. La TVA est catégorisée, une fois pour toute, comme un impôt injuste.


2. J'ai expliqué je ne sais combien de fois à divers interlocuteurs que "les riches" dépensent beaucoup plus d'argent que "les pauvres" et que, par conséquent, "les riches" alimentent, de ce
fait, par la TVA, les caisses de l'Etat dans une bien plus grande proportion. Rien y fait! Ca ne passe pas ... De nombreuses personnes sont, semble-t-il, réfractaires à l'arithmétique!


3. Il n'y a pas de raison que les restaurateurs protestent puisque, dans ce secteur, la TVA a baissé. Le but de cette baisse était de faire disparaitre la distorsion de concurrence entre les Mac
Do qui vendaient avec une TVA à 5,5% et les autres restaurants qui vendaient avec une TVA à 19,6% ...


 



Jacques 14/07/2012 21:52


Deux précisions historiques:


En 1995, Alain Juppé augmente le taux général de la TVA de deux points pour la porter à 20,6%


En mars 2000, Lionel Jospin ramène ce taux général à 19,6%


 


jf.

Jacques Heurtault 15/07/2012 00:17



Oui, j'en ai conservé un vague souvenir. Plus vivace pour la hausse de 1995 que pour la baisse de 2000.


La gauche fait une sorte de blocage idéologique sur la TVA. Je persiste à penser que c'est un bon impôt sous deux conditions :


1. Il faut qu'il y ait un taux UNIQUE car c'est plus simple et donc mieux compris


2. Ce taux ne doit pas être trop élevé. En particulier il ne doit pas dépasser 25% (ce qui fait une incidence de 20%; autrement dit, sur un produit valant 100 euros TTC taxé à 25%, on paie 20
euros de TVA et non pas 25!).


Si, d'aventure, on veut taxer certains produits "de luxe", on dispose de plusieurs autres moyens additionnels, notamment les droits "d'accises" (Alcool, tabac, carburants ...).


De toutes les façons, Hollande a promis de ne pas appliquer la hausse de la TVA et il tiendra cet engagement. Je me bats contre des moulins à vent...