Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

"Mariage pour tous" : ce qui devait arriver est arrivé!

15 Avril 2013, 10:57am

Publié par Jacques Heurtault

Dès le début, j'ai clairement annoncé ma position personnelle ...

1. Je suis absolument hostile à ce projet de réforme d'un des piliers du Code Civil.

Je tiens à ce que, dans cette matière plus encore que dans d'autres, on applique cette excellente règle adoptée par François Mitterrand : "Il faut laisser du temps au temps" ... C'est d'autant plus nécessaire que cette réforme ne concerne au premier chef que quelques milliers de personnes homosexuelles (on entend, ici ou là, dix milles personnes soit cinq milles couples; je veux bien que l'on admette dix milles couples soit 20.000 personnes).

 

2. J'ai clairement annoncé que j'avais voté, dès le premier tour de la présidentielle, pour François Hollande, désormais Président de la République jusqu'en Mai 2017. Pareillement, j'ai voté, dès le premier tour, pour la candidate qui s'est affichée comme soutien du même pour les élections législatives.

 

3. Je l'ai fait en connaissance de cause et je ne peux donc pas me prévaloir d'une quelconque manoeuvre. Le "mariage pour tous" est bel et bien l'un des engagements de François Hollande ...

 

4. J'ai donc, par cohérence, refusé de participer à quelque manifestation que ce soit contre ce projet. Je suis dans le même état d'esprit ...

 

5. On voit bien que la situation évolue en défaveur de François Hollande ... En défaveur de Jean Marc Ayrault, en défaveur de Christiane Taubira. Il faudrait être d'une époustouflante mauvaise foi pour soutenir le contraire. Des sondages nous disent que, désormais, une majorité de Français et de Françaises sont hostiles à ce projet.

- Ce n'est pas le moment, disent certains. Il y a des problèmes plus urgents à résoudre.

- Ce projet est en train de diviser le pays, disent d'autres, voire les mêmes. La plus élémentaire raison nous conduit à constater que c'est malheureusement vrai ...

 

6. Or, que constatons nous? Une sorte d'enfermement de la majorité en place, voire de crispation et de refus obstiné de témoigner de la moindre ouverture tendant à apaiser les esprits en appliquant la maxime de François Mitterrand citée plus haut "Il faut laisser du temps au temps" ...


7. Je ne suis pas étonné de cette radicalisation ... bien gauloise! Ce peuple français est profondément conservateur. Je l'ai dit, je le redis ... C'est une donnée sociologique dont il faut tenir compte ... Et la bousculade ne manquera pas d'être interprétée comme une sorte de viol idéologique! Même si le texte est, en définitive, adopté en l'état, le balancier politique reviendra, d'une façon ou d'une autre, de préférence au moment où on ne l'attendra pas ou plus ...

 

8. Monsieur le Président de la République, je vous abjure de renoncer à ce projet! Suivez en cela l'exemple de votre illustre prédécesseur de gauche François Mitterrand! Comprenant qu'il y avait un gros problème avec le projet de "Service Public Unifié de l'Education Nationale", il a su dire : "Stop! On arrête!". C'était un sage dont le rayonnement politique allait bien au dela de son camp ... Souvenez-vous de quelle belle façon Jacques Chirac en a fait un quasi éloge à l'annonce de son décès. Pareillement, ayez présent à l'esprit que ce même Jacques Chirac, bien que n'étant pas de votre camp, vous a quand même, implicitement, apporté son soutien contre le "sortant"!

 

9. Cette décision, éminemment politique, vous grandira aux yeux de l'opinion publique! Un couple de personnes homosexuelles, ce n'est pas, ce ne peut pas être la même chose qu'un couple de personnes de sexes différents ... Ce n'est pas moi qui le dit : c'est la nature, tout simplement! Dire, dans la loi, qu'un enfant aura "deux pères" ou bien "deux mères" en accordant le bénéfice de l'adoption plénière - ce qui fait perdre la paternité et/ou la maternité au père ou à la mère biologiques selon les cas d'espèce - est une monstruosité! Moi-même, j'ai donné mon accord, en tant qu'époux, pour que ma femme puisse adopter - sous le régime de l'adoption simple - ma propre fille née d'un précédent mariage. Je n'aurai pas permis l'aboutissement d'une procédure d'adoption plénière, sachant que cela aurait eu pour conséquence la "dématernisation" de ma première épouse ... Simple question de bon sens!

 

Monsieur le Président de la République, le moment est venu de revoir l'essence même de ce projet! Faites le avant d'essuyer un camouflet de la part du Conseil Constitutionnel ... Soyez sage! Soyez un Sage!

Commenter cet article

Loubomyr 27/04/2013 11:38


Nous ne pouvons pas changer de (ou le) pays, mais nous pouvons changer les règles, normes et lois de son fonctionnement. Vous voyez bien que les actuelles règles, normes et lois ne fonctionnent
plus, dévoyées et contournées par ceux qui devraient les faire appliquer ; alors oui, le changement, c'est urgent, sinon, gare à la casse !!!!!!


Des exemples de changement à inclure dans une nouvelle constitution? (dans le désordre, à classer selon affinité)


Proclamation de la nécessité du dévloppement durable.

Volonté de rattachement à une europe fédérale.

Mise en place d'une décentralisation réelle.

Réforme en profondeur de l'administration du Trésor et des grands corps afférents.

Réforme des ministères : redéploiement de la plupart, suppression de certains. (pourquoi un ministère de la culture, pourquoi un ministère des anciens combatants, pourquoi un ministère
pléthorique de l'agriculture avec un fonctionnaire pour dix foyers agricoles? .....)

Redéfinition du fameux mille feuilles administratif;

Intégration des communes pour obtenir un nombre comparable aux pays voisins.

Suppression du sénat, sorte de caisse de préretrate dispendiuse des élus.

Redéfiinition du mode électoral des députés avec dose de proportionnelle.

Réel statut de l'élu inpliquant suppression du cumul, interdiction du pantoufflage et dépistage du conflit d'interèt.

Interdiction du cumul des missions des banques.

Etc.....



Devant l'ampleur du travail pour le nettoyage des écuries d'Augias, ce ne sont pas des pseudo réformes umpistes ou des réformettes façon PS dont nous avons besoin, c'est d'un réell changement,
d'un grand appel d'air et d'un grand coup de balai. Vive la sixième république.


 


 

Jacques Heurtault 28/04/2013 14:40



Intéressant ... Très intéressant même!


Mais il faut aller un peu plus dans le détail ...


Je vous invite à vous y atteler. Mon blog vous est ouvert pour vos publications.



Loubomyr 27/04/2013 10:41


Je viens de lire toutes vos réponses aux différents lecteurs et vous y exprimez une fois de plus l'avis catégorique comme quoi la sociologie de la population française se trouve à droite. Si on
peut le comprendre à l'époque de la troisième république et du suffrage censitaire et uniquement masculin, on a du mal à l'accepter pour la cinquième avec tous les bouleversements (exode rural,
immigration et émigration, montée d'une classe moyenne, passage d'une économie de production et agricole à une économie de services,part grandissante de la jeunesse dans la population, rôle des
femmes, irrution d'internet ....) connus depuis soixante ans. En fait la France est à 45% à droite et 45% à gauche et seule une frange d'indécis (qu'on appellait le marais sous la glorieuse
révolution de 1789), seule cette frange fait pencher la balance tantôt à droite, tantôt à gauche (allant même jusqu'à tenter deux cohabitations) en fonction des promesses plus ou moins
abracadabrantesques des candidats en lice. Ajouttez à cela la tendance à voter contre le pouvoir en place (l'esprit frondeur est par contre une constante sociologique) plutôt que de voter pour un
projet et vous obtenez des résultats à 51,5% / 48,5%.


Non, la France de 2013 n'est pas ancrée à droite, elle est .... indécise et soumise aux risettes que leur font les politiciens. Le marketing politique a pris le pas sur la promotion des idées et
les citoyens consomateurs achetetaient encore de l'espoir lors des précédentes consultations électorales. La faillite de ce modèle technocratique, centralisateur, jacobin et
"communicationnel"conduit à la plus grande désaffection jamais vue pour un pouvoir en place ; il est quasi certain que l'équipe d'en face aurrait obtenu le même "satisfecit" tant la nuance entre
libéral-social et social-libéral est ténue.


Non, la France de 2013 n'est pas ancrée à droite, elle est ..... désespérée par une classe politique désespérante ayant conduit au blocage des institutions. 


Quand une voiture est usée on en change, et pour ne pas aller trop rapidement chez le garagiste, on en achète une neuve, même si cela induit des sacrifices, plutôt que d'en prendre une
d'occasion. Le raisonnement peut sans doute s'appliquer à notre constitution et aux institutions qui en décpoulent ........

Jacques Heurtault 27/04/2013 10:52



Non, je ne crois pas que l'on puisse changer de voiture et en acheter une neuve quand on parle des institutions du pays.


Nous ne pouvons pas changer de pays!


Pire, même ... Si nous acceptons l'idée même de vouloir changer de pays, d'aucuns finiront par vouloir nous mettre dans la tête qu'il faut changer le peuple ... Non, merci!


 



agent public 27/04/2013 02:47


Alors Heurtault, t'es enfin officiellement en retraite pour que tu poste soit enfin affecté à quelqu'un qui le mérite plutôt que d'avoir à subir un mange-merde comme toi, uniquement bon à donner
des leçons et à être médisant sur tes collègues

Jacques Heurtault 27/04/2013 09:46



Vous avez un style rédactionnel absolument époustouflant!


Je vous suggère de candidater pour un prochain prix littéraire ... A moins que vous ne préfériez l'Académie Française ...


Les écrivains travaillent souvent très tard le soir voire même la nuit ... Bravo pour la performance! 2H47 du matin ...



Jean Daumont 25/04/2013 11:24


Suite à votre réponse à mon précédent commentaire


 


  En avoir marre ne signifie pas être en colère ...En l'occurrence, j'en ai seulement assez de cette histoire de "mariage pour tous", problème privé n'intéressant qu'une minorité de Français
qui n'ont d'ailleurs à l'origine rien demandé ...Et qu'on n'aille pas jusqu'à considérer comme "normal" d'appliquer impérativement un des "60 engagements" - que FH comme candidat avait certes le
droit de présenter, mais qui ne constituent pas pour les Français un "sexalogue" à l'instar du "Décalogue" biblique...alors que FH n'a été finalement élu que par à peine plus de 50 % des votes
exprimés (beaucoup moins des inscrits) et que lui-même, dans son opuscule (page 39) "veut rassembler toute la France"...Quant à prendre l'exemple d'autres pays, d'abord les Français ne sont pas
des "moutons de Panurge", d'autre part, si on prend l'exemple intéressant de l'Espagne, les mariages homosexuels ne représentent que 1,8  % des mariages ...A ce niveau, il y a beaucoup plus
important que ce problème peu coûteux mais "médiatique", comme le redressement de l'économie et la résorption du chômage...

Jacques Heurtault 25/04/2013 12:10



Sans aucun doute, en avoir marre ne sigifie pas être en colère ... J'ai vu les choses d'une manière manifestement expansive et sans aucune légitimité à le faire ...


 


Maintenant, j'attends ... La décision du Conseil Constitutionnel va déterminer l'avenir ...


Compte tenu de la manière dont la "majorité" a bousculé la fin des débats, cette même "majorité" est capable, si une invalidation (même partielle) est prononcée, de "remettre le couvert" en
présentant une nouvelle mouture alors même que cette invalidation, si elle est prononcée, va forcément metre le feu aux poudres ...



Hélène 24/04/2013 16:44


J'ai 32 ans... et je suis pacsée (hétéro, d'ailleurs, comme beaucoup de pacsés, en fait, mais peu importe !)


D'après ce que j'ai ouï dire il y a très peu de chances que le conseil constitutionnel n'invalide quoi que ce soit, à suivre...


Je suis persuadée que le temps, comme vous dites, va jouer en cela que le mariage homosexuel ne sera plus que normal, et il n'y aura même plus débat sur la question, rien que dans quelques
semaines seulement... on verra... C'est ce qui s'est passé dans les 13 autres pays qui l'ont déjà adopté.

Jacques Heurtault 24/04/2013 20:52



On n'en parlera plus dans quelques semaines, dites-vous? Laissez moi vous dire que vous rêvez! Vous connaissez bien mal la réalité sociologique profonde de la France ...


Ce pays, je l'ai déjà expliqué plusieurs fois sur ce blog, est profondément conservateur. Or, le monde extérieur bouge ... Il faut donc que la France bouge. Mais, conservatrice, elle ne le veut
pas! Alors, les mises à jour se font, malgré elle ... Le plus souvent de la mauvaise manière.


C'est en cela qu'une expérience social-démocrate présente un énorme intérêt, en ce sens qu'elle permet -en principe! - de faire évoluer les choses par PETITES MISES A JOUR SUCCESSIVES.


Patatras! Au lieu de remettre à plus tard un projet qui n'est déjà pas, en lui-même, consensuel, la majorité en place choisit de lancer cette réforme (un phénoménal bouleversement sociétal, en
fait) en priorité et selon une méthode de viol des consciences ... ELLE VA, TÔT OU TARD, EN PAYER LE PRIX! En politique, tout a un prix et tout se paie ...



Hélène 24/04/2013 11:54


"Des sondages nous disent que, désormais, une majorité de Français et de Françaises sont hostiles à ce
projet."


Totalement FAUX. C'est le contraire : tous les sondages ont montré qu'une majorité de Français étaient POUR. Et que ceux
qui crient fort dans la rue ces derniers temps sont bien une MINORITE.


Les débats ont largement eu lieu, et le vote majoritaire pour François Hollande voulait bien dire "oui" à ses propositions,
dont le mariage pour tous.


Ce n'est pas une révolution, juste une normalisation. (dixit Hervé Gattegno).

Jacques Heurtault 24/04/2013 12:27



Je maintiens que les derniers sondages publiés nous apprennent que l'opinion publique a beaucoup évolué sur le sujet. Elle comprend mieux la nature du problème. Et une nette majorité (je dis bien
UNE NETTE MAJORITE!) est, tout aussi nettement, hostile a l'adoption PLENIERE.


 


Il existait une porte de sortie tout à fait honorable. Il s'agissait d'instituer une UNION CIVILE entre personnes du même sexe avec possibilité de procéder à l'adoption SIMPLE des enfants ...
C'eut été un immense progrès par rapport au PACS qui, il faut le rappeler, à été adopté grâce à une entourloupe assez crapoteuse qui a consisté à ne pas dire ouvertement qu'il s'agissait d'un
projet devant permettre à des homosexuels de s'unir mais à présenter la chose comme un moyen de créer de la solidarité financière entre deux personnes, qu'elles soient de sexe opposé ou du même
sexe... Je ne sais si vous êtes en mesure de vous en souvenir car j'ignore votre âge et le vote du PACS a eu lieu il y a déjà presque 15 ans ...


 


Un modeste esprit d'ouverture aurait pu permettre un nouveau progrès et, en "laissant du temps au temps", il eut été possible, dans 5 ans, dans 10 ans, d'aller jusqu'au bout du projet initial
....Le temps nécessaire pour que les esprits murissent et s'apaisent ...


 


Le pouvoir politique en place, POUR LEQUEL J'AI VOTE, constatant que l'opinion publique était en train de basculer, a choisi de précipiter les choses en réduisant, par un artifice, la procédure
... En adoptant tous les amendements du Sénat, une seconde lecture devenait inutile. La majorité de l'Assemblée Nationale a choisi, délibérément, cette attitude ... Elle en avait le droit. Dont
acte ...


 


Pour ce qui me concerne, je vais laisser une ultime chance à cette majorité que j'ai soutenue en souhaitant que le Conseil Constitutionnel invalide le principe même du mariage entre personnes du
même sexe ainsi que la possibilité de l'adoption plénière de plein droit ... Si tel est le cas, je passerai l'éponge. Si, tout au contraire, le Conseil Constitutionnel valide toute la loi, alors,
AVEC LUCIDITE MAIS AVEC DETERMINATION, je retirerai mon soutien à cette "majorité" qui a, en moins de DOUZE mois, atteint deux records historiques.


1. Record absolu d'impopularité des instances dirigeantes depuis que les sondages existent


2. Record absolu du niveau de chômage depuis que les statistiques existent


 


Ce sera SANS REGRET!


 



Jean Daumont 24/04/2013 09:28


   Ainsi donc, une loi sur le "mariage pour tous" a été  votée le 13 avril 2013, et il paraît que "ce jour restera comme une grande date pour l'égalité dans notre pays et une
avancée pour toute la société" ...Je pense, et je ne suis "manifestement" pas le seul, exactement le contraire : cette loi ne fait que créer une profonde division dans l'opinion publique et, avec
son complément sur l'adoption, elle ne fera des enfants que des jouets pour les adultes sans considération de leur vie propre ...Et, de toutes façons, y en a marre de ce type qui donne des leçons
de mariage pour "tous" alors qu'il n'est même pas foutu de se marier lui-même...

Jacques Heurtault 24/04/2013 10:43



Beaucoup de colère dans votre commentaire ... Cela se sent.


Je la comprends d'autant plus parfaitement que je la partage largement.


Je m'accorde, personnellement, le temps nécessaire au Conseil Constitutionnel pour statuer sur la saisine dont cette loi fait l'objet.


Passé ce délai, je n'exclus pas, moi qui ai voté pour François Hollande et pour la candidate socialiste en Mai et Juin 2012, de me désolidarisé DURABLEMENT de cette "majorité" atteinte d'un
dogmatisme coupable ...


Je vais, dans les prochianes heures, publier un article à ce sujet ...



CAMBACERES 22/04/2013 06:16


Soit : mais quels sont précisémment les articles de la constitution en cause pour une éventuelle saisine rue de montpensier? 

Jacques Heurtault 22/04/2013 10:40



Le droit de saisine de 60 députés ou de 60 sénateurs au moins ne dépend pas des articles de la Constitution. Ils n'ont pas à justifier leur saisine. Mais il est bien évident que s'ils ne
présentent pas des arguments suffisamment sérieux, ils n'obtiendront pas gain de cause.


Les décisions du Conseil Constitutionnel sont de plus en plus fouillées avec une kyrielle de "considérants" (je pense à une récente décision dont j'ai fait état, ici même, récemment, sur ce blog,
qui en comportait 148 ...) dont beaucoup s'appuient sur ce que le Conseil Constitutionnel appelle "le bloc constitutionnel" qui prend en considération la "Déclaration des Droits de l'Homme et du
Citoyen" ainsi que le préambule de la Constitution qui est caractérisé par son flou phénoménal permettant des interprétations très variées qui, au fil du temps, ne sont pas convergentes.


Le Conseil Constitutionnel, en effet, n'a pas, à proprement parlé, de "jurisprudence" ... C 'est bizarre mais c'est ainsi. Cela peut s'expliquer par le fait que la Constitution est assez
fréquemment modifiée et que le Conseil Constitutionnel statue à partir du texte en vigueur au moment où il examine ...


Il y a un article de la Constitution qui dispose que le Parlement peut légiférer sur les régimes matrimoniaux. "On" peut en déduire que ce même Parlement ne peut pas légiférer sur le mariage
proprement dit. Selon la logique de notre corps doctrinal de législation, le mariage est une institution. Ce sont seulement les régimes matrimoniaux qui ont un caractère contractuel. Modifier,
par la loi, des dispositions contractuelles "de droit commun" qui s'appliquent dans le silence de dispositions particulières valides pour les seules parties contractantes (article 1134 du Code
Civil : "les conventions légalement conclues ont force de loi pour les parties contractantes") est possible.


Que va décider le Conseil Constitutionnel? Je n'en ai pas la moindre idée!


Pour ce qui est de l'adoption, le régime de l'adoption simple ne posait aucun problème. Celui de l'adoption plénière, qui rompt le lien de filiation entre la vraie mère biologique et/ou le vrai
père biologique d'une part et l'enfant d'autre part, n'est pas régi par les mêmes textes ...


Je ne suis pas en mesure de vous en dire plus. Il faut attendre désormais que les Parlementaires introduisent leur recours.



yoyo 20/04/2013 19:14


personnelement je pense qu'il faut arrêter de parler de ça et passer à autre chose

Jacques Heurtault 21/04/2013 00:06



Le fait est cependant certain que :


1. 60 députés au moins et 60 sénateurs au moins vont, ensemble, déposer un recours devant le Conseil Constitutionnel.


2. ledit Conseil va obligatoirement statuer. Il n'a pas le droit de refuser de le faire sauf à commettre le délit de déni de justice. Il ne dispose pas d'un temps infini pour le faire ... 60
jours, je crois.


La question est : dans quel sens? Dans tous les cas, "on" va donc en reparler! Forcément ...



Jean Daumont 20/04/2013 10:23


   Pourquoi discuter ?... Vous savez bien - je suppose - que les "socialistes", par définition, appliquent leur doctrine - en l'occurrence les "60 engagements" - quelles que soient les
réalités ...Et si vous insistez pour discuter, vous n'êtes pas sorti de l'auberge (de l'ange gardien ?), ...il en reste 59 autres ...

Jacques Heurtault 20/04/2013 14:25



Ah! Ah! Ah!


Je souscris à votre propos pour toute la frange "archaïque" de la gauche ...


Il faut désormais attendre ce que dira le Conseil Constitutionnel. J'espère qu'il invalidera purement et simplement la loi sur les deux motifs majeurs, à savoir :


- la Constitution autorise le législateur à modifier les régimes matrimoniaux (communauté réduite aux acquets, séparation de biens, etc ...) mais pas à modifier le mariage proprement dit


- le régime de l'adoption plénière étendu aux paires homosexuelles pose des problèmes juridiques extrêmement sérieux en termes de filiation (et donc de succession, à la fois sur le plan des
priorités et sur le plan de la fiscalité).


Il me semble hautement probable qu'une modification de la Constitution devra avoir lieu ... Or, la majorité des 3/5ème requise au Congrès n'est pas acquise ...


Affaire à suivre ...



Lubomyr 19/04/2013 10:43


Paraphrasant, W Churchill, nous pourions dire à propos des décisions de ce gouvernement : "Ils devaient choisir entre la transparence et la défiance. Ils ont choisi la transparence et ils aurront
la défiance"

Jacques Heurtault 19/04/2013 11:08



Chapeau bas pour la paraphrase métaphorique ...!



Lubomyr 19/04/2013 10:36


Les socio-libéraux voulaient la réforme sociétale et la conformité aux dogmes financiers. Faute d'altérité et d'écoute, ils n'ont que la contestation sociale et la récession économique : quand ça
veut pas, ça veut pas ; et la conformité aux vieilles règles, ça ne marche vraiment plus : il serait peut être temps d'en ériger d'autres : démocratie directe, décentralisation effective,
développement durable.


Sinon, la recherche illusoire de la transparence, les lois-gadgets et l'exhortation désespérée à la sacro sainte croissance ne seront que les vieilles lunes d'un mode de relation au monde
finissant.


Vivre la fin d'un empire n'est certes pas réjouissant, les nouveaux barbares (la "horde" des Brics) sont à nos portes ; combien de générations vivront ces nouveaux temps obscurs avant la
Renaissance Moderne?

Jacques Heurtault 19/04/2013 11:07



Moi, je veux bien ... Mais je n'y crois guère ...



Rivaud 15/04/2013 17:07


Le moment est très bien choisi, le temps que s'agitte le chiffon rouge, ça évite de trop parler d'autre chose, comme diversion FH ne pouvait trouver mieux.

Jacques Heurtault 16/04/2013 10:02



Mettre plusieurs centaines de milliers de personnes dans la rue, à plusieurs reprises ne me parait pas, à proprement parler, une diversion ...


Toutefois, votre remarque est recevable. Les faits à venir nous diront si vous avez raison ou pas ... Si c'est le cas, il faudra admettre que François Hollande est un politique hors pair! Quitte
à devoir faire face à une vague de contestation, il vaut mieux que ce soit sur un sujet de cet ordre que sur la hausse des impôts.


Je dois cependant dire que, en matière de hausse des impôts, pour ce qui me concerne et pour l'instant, je n'en ai pas vu le moindre effet concret.



GM 15/04/2013 15:02


Ouais... Se tromper une fois, même si ça peut arriver, ça ne fait pas sérieux...


Vaut mieux prendre des précautions quand on repasse le plat !


Effectivement...


 


Mais de là à vivre dans le péché, le stupre, la débauche et la fornication débridée, je vous félicite : Il fallait oser.


Ce que je ne saurai faire de mon côté...


 


Bravo !

Jacques Heurtault 15/04/2013 16:23



Ah! Ah! Ah! Le puritain conventionnel ...



GM 15/04/2013 14:05


Deux épouses ?


Vous n'aviez pas bien compris dès la première ?

Jacques Heurtault 15/04/2013 14:56



Ben, non! Ah, la jeunesse! 


Le deuxième mariage, lui, tient depuis 26 ans juridiquement et depuis 32 ans pratiquement ... J'avais pris, pour la deuxième tentative, la précaution d'une période d'essai ...