Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Merci, Monsieur Ayrault! Le bon sens l'a emporté.

3 Février 2014, 23:30pm

Publié par Jacques Heurtault

Je n'y ai, tout d'abord, pas véritablement cru ...

Ca a commencé ce matin avec le bref compte rendu des propos de Manuel Vals, cet excellent Manuel Vals qui comprend, mieux que beaucoup d'autres, les inquiétudes du peuple... Ce n'est pas très étonnant, au fond. Il est lui même un fils du peuple. Un immigré, en plus!

 

"Le gouvernement s'opposera aux amendements relatifs à la PMA et à la GPA".

 

Nul besoin d'en dire beaucoup plus. Certes, le Président de la République avait bien dit, naguère, que le Parlement était souverain et que, bien entendu, c'est sa décision qui l'emporterait. Cela semble l'évidence même! Nous sommes en démocratie.

Deux puces à l'oreille, cependant :

1. Nous sommes sous le régime de la Vème République et nous ne sommes pas en période de cohabitation. Il est admis, bien évidemment à tort, que c'est le Président qui dirige, sur l'essentiel, les axes de travail de sa majorité.

2. Il parlait de la PMA et de la GPA. Deux sujets particulièrement sensibles ...

 

Puis est venue, dans l'après midi, cette "intervention" de Bruno Le Roux. Ce n'est pas n'importe qui, Bruno Le Roux! C'est le Président (encore un!) du groupe parlementaire des députés socialistes. Il occupe donc le poste que Jean-Marc Ayrault occupait lui-même quand les socialistes étaient dans l'opposition et même avant! Or Bruno Le Roux ne tenait pas tout à fait le même langage ... S'appuyant sur les propos du Président Hollande, il disait, lui, que l'on devait suivre l'avis du Comité National d'Ethique, lequel - tout permettait de le penser - pencherait en faveur de la PMA voire de la GPA puisque, par le truchement de son massif renouvellement récent, le nécessaire avait été fait pour qu'il penche dans ce sens.

 

A 17 Heures, les choses devenaient claires ... Le gouvernement ne présenterait pas, en 2014, son projet de loi sur la famille! Carrément retiré de l'ordre du jour prévisionnel de l'Assemblée Nationale! 

 

Moi, je ne suis qu'un pauvre citoyen qui ne connais pas grand chose à la politique. Tout au plus deux ou trois axes ...

 

1. Si un projet de loi était déposé sur le bureau de l'Assemblée Nationale, D'UNE MANIERE CERTAINE, des amendements seraient déposés allant dans le sens de la PMA et de la GPA. Il y a un puissant lobby "homosexuel"  au Palais Bourbon! D'une manière tout aussi certaine, le gouvernement serait alors obligé d'engager une épreuve de force avec le groupe socialiste augmenté des autres éléments du lobby homosexuel : accepter de capituler ou bien engager sa responsabilité sur un sujet qui n'est, de toute évidence, pas la priorité du moment.

 

2. Pour y couper court, pas d'autre choix que de ne pas déposer le projet de loi sur la famille ... afin de ne pas permettre que des amendements inopportuns y soient examinés.

 

 

Merci, Monsieur Ayrault! Chapeau pour le sens de la tactique! Je n'y aurais pas pensé ...

 

Le bon sens l'a - provisoirement - emporté. On va pouvoir, enfin, s'attaquer aux vrais problèmes qui assaillent le pays!

 

J'ai écrit, ici même, que je m'apprêtais à sanctionner sévèrement votre gouvernement afin de dire toute ma déception face aux trop piètres résultats que vous avez obtenu jusqu'à présent, après  presque 20 mois de présence à Matignon. Ma sévérité aurait même pu aller jusqu'à voter Front National! Je l'ai écrit ... et j'aurais pu le faire, rien que pour dire mon "ras le bol"! Je ne rigole pas ...

 

Aujourd'hui, la donne a changé! Dans le bon sens ... Pourquoi bouderais-je mon plaisir? Il faut, désormais, que tous les efforts soient dirigés vers deux seuls objectifs :

1. Organiser la lutte "à mort" contre le chômage, cet épouvantable cancer qui ronge la quasi totalité de notre société avec ses six millions d'inscrits à Pôle Emploi auquels on peut rajouter, sans risque d'erreur grave, au moins deux autres millions de personnes en déshérences diverses.

2. Organiser la relance méthodique de notre économie, seule moyen sérieux pour lutter contre le fléau du chômage. Pas d'autres moyens que la refonte structurelle de notre modèle social, lequel fut excellent pendant quarante ans, moins satisfaisant pendant les 20 années qui suivirent et qui est, désormais, du fait même de sa structure, devenu un frein à notre développement.

 

 

J'ai beaucoup d'idées à proposer mais je n'en retiens qu'une à vous soumettre. C'est juste ce qu'il faut pour démontrer ma conviction social-démocrate. Le reste peut attendre.

 

Il faut modifier la structure même du financement de l'indemnisation du chômage.

 

1. Maintenir le niveau des prélèvements consacrés au financement de l'indemnisation du chômage au niveau auquel il se trouve actuellement.

(Mon petit doigt me dit que ça devrait vous rassurer ...)

2. Supprimer, purement et simplement, les cotisations "employeurs" actuellement en vigueur. Toutes les cotisations "employeurs" versées, sous une forme ou sous une autre (et il n'y en a pas qu'une; l'Etat et les organismes de droit public, que je sache, sont eux aussi employeurs!).

3. Supprimer, dans leurs formes actuelles, les cotisations des salariés (et donc le 1% versé par les fonctionnaires).

4. Augmenter, en contrepartie, la CSG, à due concurrence de la couverture des "pertes" constatées. En évaluation "pifométrique", ça ne doit pas dépasser 2 points. Autant dire, pour les salariés du secteur privé, une petite récupération de pouvoir d'achat puisque leurs cotisations sont actuellement supérieures.


Je rappelle cette évidence : la CSG s'appliquent à TOUS les revenus ... sans discrimination d'aucune sorte! En outre, actuellement, les taux sont multiples ... Autant dire qu'avant d'envisager une hausse du taux principal, il faut commencer par uniformiser les taux en vigueur ... Par exemple celui appliqué aux retraités ... dont je fais partie.

 

Est-il besoin de préciser qu'il est relativement facile d'expliquer que, le chômage étant ce fléau national que nous connaissons, c'est désormais la solidarité qui doit assumer l'indemnisation et non plus l'assurance? Le RSA, la "prime à l'emploi", l'ATA et l'ASS ne sont-ils pas déjà des expressions de la solidarité?

 

 

Ce mécanisme vient abonder l'orientation d'allègement des charges patronales déjà envisagé. Et ça fait pas mal de milliards supplémentaires ...

 

Un mot quand même sur la nécessaire formation des chômeurs ...

 

1. Pôle Emploi est absolument INCAPABLE de gérer quelque dispositif que ce soit relatif à la formation professionnelle. Je le sais : j'y ai travaillé pendant 18 ans!

2. Il faut que les formations soient directement orientées sur les besoins de l'économie réelle, c'est à dire sur l'économie des entreprises.

3. Je ne vois guère que les Chambres de Commerce et d'Industrie qui soient capables de répondre aux attentes des entreprises, en particulier des PME de l'industrie, le talon d'Achille de la France. En tout état de cause, sûrement pas les OPCA et autres FONGECIF ou FAF! Jamais ... Ils peuvent s'occuper des salariés en activité mais certainement pas des chômeurs.

4. Ce doit être, conjointement les entreprises qui ont fabriqué des chômeurs d'une part (au titre des réparations pour les dommages causés) et les entreprises qui ont besoin de main d'oeuvre qualifiée d'autre part (au titre de principales bénéficiaires) qui doivent financer le coût de ces formations, chaque catégorie d'entreprises pour moitié ...

 

Mais, ce que j'en dis ... Je ne suis pas très doué pour la politique!

Commenter cet article

vigilance 07/02/2014 15:03


Vous etes incroyable!"Dès lors que l'on supprime cette mention l'ivg devient un acte ne nécessitant aucune justification puisque cela devient un DROIT"Mais c'est le texte de la loi
Veil!L'ivg y est reconnu comme un droit,sans justification,et seule la femme y est juge.Vous avez écrit que c'était une BONNE loi!C'est comme cela depuis 39 ans!Jamais la "grande détresse"n'a été
appliquée,S Veil l'ayant incluse malgré elle pour calmer les opposants les plus extrémistes.quant à la "banalisation et l'utilisation comme contraception ",il est vrai que c'est une insulte faite
aux femmes,on n'avorte jamais par plaisir,mais cette dimension vous échappe!"le conjoint doit etre consulté de droit"dites-vous.Mais par qui?Dans un couple on en discute et souvent on trouve un
accord,mais en cas de désaccord que fait-on?La LOI prévoit depuis 39 ans,que c'est la femme qui décide .

Jacques Heurtault 07/02/2014 19:23



Puiqu'il y avait un équilibre dans les faits et que la loi Veil fonctionnait très bien, il n'était pas nécessaire de mettre le feu aux poudres pour supprimer trois ou quatre mots!


Le résultat est limpide : des dizaines et des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue pour dire "Stop aux réformes sociétales" ...


Du point de vue des partisans des réformes, on doit appeler ça une FAUTE politique. Talleyrand - qui s'y connaissait un peu en politique - disait qu'une FAUTE politique, c'est bien plus
grave qu'un CRIME!



guillaume 06/02/2014 14:51


L'IVG ne nécessite depuis toujours aucune justification;il n'ya pas de documents ADMINISTRATIFS,mais 2 visites médicales-MAINTENUES-car il s'agit d'un acte médical:examen
médical,explication,délai de réflexion face à une décision qui engendre angoisse,peur...Il n'y a aucune notion de MORALE comme vous semblez le sous entendre.Et vous ne voulez pas admettre qu'une
femme n'avorte jamais par plaisir ou confort,demandez donc à votre fille!Le terme"industrielle" pour désigner l'évolution de l'ivg,selon vous,est une insulte aux femmes.

Jacques Heurtault 06/02/2014 19:17



Oui, les visites médicales sont maintenues et il y en a bien deux, à sept jours d'intervalle afin de permettre à la femme qui veut avorter de bien réfléchir à la portée de son projet de décision.


Je pense que, à terme, avec la banalisation de l'acte d'avortement, la deuxième visite médicale tombera en désuétude.


Quoi qu'il en soit, nous divergeons nettement.


Je ne veux pas que l'avortement soit un moyen de contraception. Je ne veux pas que ce soit un acte banal. Je veux que son remboursement intégral soit limité aux cas évidents (viol, malformation,
inceste, parturiente mineure, pauvreté financière, etc ...). Dans les autres cas (que l'on appelera "normaux", je veux que le mari, quand il y en a un, soit au minimum consulté de plein droit. Je
pense que ces informations vous permettent de comprendre ma philosophie.



guillaume 06/02/2014 08:58


Quel "pan règlementaire"de prcédure,sil vous plait?Pouvez-vous expliciter?

Jacques Heurtault 06/02/2014 09:37



Si, tout comme moi, vous êtes un homme, vous n'êtes pas concerné par la procédure de l'avortement au même titre qu'une femme. Nature oblige.


Ma fille, concernée, elle, m'a expliqué de quoi il en retourne .


Une femme qui veut avorter, à un moment donné, doit remplir des documents administratifs qui ont pour objet de s'assurer qu'elle est bien consciente de la démarche qu'elle entreprend, qu'elle en
mesure la portée. A tel point qu'il y a un délai de 7 jours de réflexion entre la première visite médicale et la seconde visite médicale.


Cette procédure n'est évidemment sortie du chapeau d'un illusionniste! Elle a été pensée et réfléchie, dans le but de ne pas banaliser l'acte d'avortement. Le fondement juridique en était la
situation de grande détresse qui doit - en principe - être constatée, évaluée.


Dès lors que l'on supprime cette référence à "la grande détresse", que l'avortement devient un acte ne nécessitant aucune justification d'aucune sorte puisque c'est un DROIT, il tombe sous le
sens que la procédure devient complètement inutile et doit même être interdite purement et simplement comme attentatoire à l'exercice du droit à l'avortement.


Il s'ensuit que l'acte d'avortement devient parfaitement banal.


Il va s'ensuivre que l'avortement va devenir un moyen de contraception et que le seul frein en sera le fait que, médicalement, c'est quand même un peu moins simple que d'absorber une pilule
chaque soir.


 


J'en suis tellement convaincu que je ne suis pas loin de penser que, sur prescription médicale, la pilule du lendemain va devenir hautement souhaitable. Vaut mieux une pilule du lendemain qu'un
avortement. Toutefois, je ne suis pas capable d'apprécier le bien fondé médical, en particulier les éventuelles conséquences annexes, "collatérales", de l'absorption de ce type de pillule.



guillaume 05/02/2014 20:41


En effet le bon sens l'a emporté!La grande majorité des députés UMP a voté le dépoussiérage de la loi Veil en annulant la mention"en grande détresse"d'ailleurs jamais appliquée.Veulent-ils eux
aussi détruire la société?

Jacques Heurtault 06/02/2014 00:08



Les députés UMP - dont je me tamponne - ont leur logique, laquelle est électoraliste. En supprimant, dans la loi, ce critère de "grande détresse", tout le pan réglementaire de la procédure - bien
appliquée, elle - va disparaitre à très bref délai (disons deux ans) et c'est ensuite que l'avortement sera alors pratiqué d'une manière "industrielle" pour devenir un vulgaire moyen de
contraception. On prend les paris? L'ancienne version était très bien : aucune femme n'a jamais été empêchée d'avorter au motif qu'elle n'était pas en grande détresse ... La sagesse commandait de
ne pas y toucher.



Jean RIVAUD 04/02/2014 15:51


Le projet de loi sur la famille, reporté
lundi par le gouvernement "va bien sûr revenir", "je ne suis pas inquiète".....


signé Taubira, aujourd'hui.


Moi je suis inquiet, car comme elle je suis
certain que l'on va nous la resservir quand les circonstances s'y
prèteront

Jacques Heurtault 04/02/2014 15:59



Taubira pense ce qu'elle veut! Elle dit aussi ce qu'elle veut! Si, comme cela est vraisemblable, il y a un changement de gouvernement après les européennes, Taubira n'en fera pas partie! Son
tempérament n'est pas Hollando-compatible. Elle est trop cassante...


Quant au risque d'un nouveau service du projet PMA et GPA déguisées, il est bel et bien réel!


Pour l'instant, les pro-PMA et pro-GPA sont sonnés ... On le serait à moins ...



Jean RIVAUD 04/02/2014 15:26


Votre "MERCI MONSIEUR AYRAULT" me fait penser, par analogie, à un de ces proverbes turcs (ils en ont au moins autant que nous) que me
citait ma belle-mère (venue de Constantinople en 1922) De mémoire, quelque chose comme ça:


>>> Si tu veux faire plaisir à un pauvre, vole-lui son âne, et rend-lui plus tard, il t'embrassera les pieds

Jacques Heurtault 04/02/2014 15:53



Je comprends que je suis le pauvre à qui on a volé son âne et à qui on rend son âne ultérieurement ...


Une chose est certaine : le risque que je vote "Front National" est PROVISOIREMENT écarté ...


Il y a maintenant le plan de compétitivité avec des mesures, POUR L'INSTANT, annoncées mais dont j'attends la réalisation concrète.



GM 04/02/2014 11:52


1 - Justement, ce 'est pas un retrait, mais un report à 2015.


Y'a des nuances qui semblent vous échapper.


C'est pourquoi je parle d'une "reculade" !


 


2 - Oui plus de 4 heures, c'est sûr, et encore, je ne suis pas resté planté à Vavin au milieu du parcours tout ce temps, tel que je n'ai pas pu voir, même de loin sur le boulevard Montparnasse
les voitures-balais des services de la voirie...


J'étais pourtant en hauteur et on m'attendait chez moi... Où à ce moment-là d'autres restaient coincé aux abords de la place de la Concorde (alors que le défilé commançait aux Invalides, de
l'autre côté de la Seine...


 


3 - Si vous pensez que le problème du chômage se résoudra par le financement, par des entreprises en faillite ou obligées de "dégraisser" en formation, c'est peut-être une bonne idée, mais vous
rêvez debout et les yeux ouverts.


Il n'y aura plus de grosses hausses de chômage parce qu'on arrive au bout de la déconfiture de l'économie productive, mais il n'y aura pas de redressements significatifs tant que les prélèvements
obligatoires seront maintenus à des niveaux délirants pour les entreprises et leurs salariés.


D'ailleurs, on (enfin "eux") promet seulement une stabilisation de ces niveaux de prélèvements obligatoires, mais c'est pour mieux dépouiller encore un peu plus les assujettis à l'IR (1 gaulois
sur 2 seulement) en rendant encore plus progressif l'impôt et désormais la CSG qui pourrait ne plus être déductible dans un avenir proche : Impôt sur impôt, les gens honnêtes n'appellent pas ça
une "pause"...


On détourne donc de la création de richesse vers des secteurs "non-productif" de l'économie et vous voulez que ça aille mieux ?


Laissez moi rire, svp.


 


Par ailleurs, on cherche 50 milliards, mais seulement un tiers (ou la moitié) à la charge de l'Etat qui ne parvient pas à stabiliser ses propres dépenses et ne fait des économies que sur des
augmentations "virtuelles", le reste pour les autres acteurs, et le tout pour 2017.


Alors qu'il est urgent d'arrêter les frais, de cesser les dépenses inutiles qui n'apportent rien au service rendu "au public", de suspendre l'effet de toutes les "dépenses fiscales" (nom officiel
des "niches") pour compenser et de mettre en place la CSPM pour redonner un coup de fouet aux productions "locales".


Flûte, on a même perdu l'attractivité nécessaire pour des investissements étrangers pour sortir du top 20 des nations modernes.


 


Ca, ça devrait interpeler : Mais non, on glose tous sur des problèmes de société qui ne concerne que quelques milliers d'ultra-minoritaires.


Combien de mariages LGBT au juste ?


Et déjà les premiers divorces LGBT devant les tribunaux...

Jacques Heurtault 04/02/2014 12:27



On verra bien ce qu'il adviendra du projet de loi "famille" ... Je viens d'apprendre plus concrètement que le "beau-parent" aurait pu acquérir des "droits" sur l'enfant qui n'est pas le sien!
Ahurissant ... Alors que, en l'état actuel des textes, il suffit que le beau parent entame une démarche judiciaire en vue d'une adoption simple qui aboutit toujours si le vra parent divorcé en
est d'accord ...


Il s'agissait bien d'une véritable subversion anti-famille tendant à accorder la primauté de la "famille sociale" sur la famille biologique ... C'est tout simplement complètement dingue!


Ma première femme dont je suis divorcé avait "réussi" à apprendre à faire appeler son second mari "papa" par ma fille! Je ne vous dis pas la réaction violente que j'ai eu en apprenant ça ...


Il ne faut pas aller plus vite que la musique : ce serait une faute politique que de crier "Victoire" de la part des dirigeants de "La Manif pour Tous" ... Il est politiquement opportun d'avoir
le triomphe modeste! C'est vraiment le B-A-BA de la politique ...


 


Pour ce qui est de ma démarche chômage, c'est un signe que j'envoie à ceux que j'ai villipendé il y a quelques jours : "Vous êtes sur la bonne voie! Continuez!"


Il est politiquement intéressant que Mélenchon se détache encore plus de la gauche social-démocrate! Le meilleur serait que, au dernier moment, il n'y aiat pas de liste d'Union de la Gauche aux
Municipales, nulle part, du fait de la défection des communistes ... On pourrait alors compter le poids réel de chacun ... A Nogent, il n'y a pas de liste d'Union de la Gauche! Tant mieux ...



GM 04/02/2014 10:42


Billet assez extraordinaire, s'il en est !


 


Vous partez d'une "reculade de plus" face à la rue, vous qui avez voté pour le programme présenté en toute transparence pour un vote "utile" et d'adhésion, voire de soumission,


Et vous finissez par un truc "délirant" sur le seul financement du chômage...


Magnifique !


 


Question : La rue gouverne-t-elle ?


Re-question : C'est quoi le dommage dont les employeurs seraient responsables quand ils sont contraints de mettre la clé sous la porte ?

Jacques Heurtault 04/02/2014 11:29



Je parle "d'une reculade de plus"? Où donc?


Je suis, autant que possible, un pragmatique : j'ai, personnellement, obtenu une réponse satisfaisante à savoir qu'il n'y aura pas de PMA ni de GPA car il ne sera pas donné aux parlementaires
obtus la possibilité de nous mettre un ou deux suppositoires supplémentaires dans le cul!


Quant au dommage que créent les entreprises qui, à l'avenir, si on suit mes préconisations, ne financeront plus l'indemnisation du chômage, je pense que l'on peut retenir que si une entreprise
licencie en masse, c'est, un peu, parce qu'elle n'a pas su gérer convenablement le potentiel de qualifications dont elle disposait. Avec le mécanisme que je propose, elles n'ont plus à se
préoccuper du devenir des salariés qu'elles ont licencié, elle ont simplement à financer, sous leur contrôle COLLECTIF, le coût de la reconversion professionnelle vers les BESOINS DES ENTREPRISES
exprimés par ceux et celles qui les connaisssent le mieux : les entrepreneurs et les entreprises. C'est aussi simple que cela ...(Les formations sérieuses ont un coût conséquent. on ne parle pas
de la "rémunération" des stagiaires, là!).


L'opération de basculement peut se faire en moins de six mois si on active le feu dans la chaudière (c'est ce qui est le plus difficile à faire!) et en 18 mois si on pilote la chose en douceur
mais d'une main ferme (car les pressions pour dévier de la route initiale ne manqueront pas!).


S'il y a quelquechose qui vous échappe, n'hésitez pas! C'est un sujet qui me passionne et pour lequel je me sens personnellement impliqué.



Jean Daumont 04/02/2014 10:24


   Comme je l'ai déjà écrit, je n'en ai personnellement strictement rien à foutre de toutes ces c... relatives à la vie privée des gens ...Par contre, j'accorde le plus grand intérêt à
vos propositions concernant le chômage et l'économie, car vous savez de quoi vous parlez, mais vos propositions qui n'ont rien d'audacieiuses et sont même très intelligentes n'ont aucune chance
d'être adoptées par les zigotos qui nous gouvernent, à moins qu'ils ne mangent leur tablier...

Jacques Heurtault 04/02/2014 10:50



Il ne faut jamais désespérer! Déjà, on voit la traduction concrète de l'inflexion social-démocrate. Les "bobos" ne sont plus en situation d'imposer leurs vues soient disant "modernes" ... Les
"Centristes" et une partie de la Droite responsable auraient intérêt à soutenir, même d'une manière pour l'instant distanciée, le plan que le gouvernement est en trainde construire. Les obstacles
ne sont pas techniques, ils sont, pour l'essentiel, politiques ...



Jean RIVAUD 04/02/2014 09:59


Ayrault et Hollande ont fait le calcul habituel pour prendre une décision: si on maintient le projet de loi, combien gagnerons-nous de voix et combien en perdrons nous aux prochaines élections?

Jacques Heurtault 04/02/2014 10:42



il est vraisemblable que ce scénario a été pris en compte! Il n'empêche que les pro-PMA et les pro-GPA en ont pris plein la gueule! Je ne vais pas bouder mon plaisir!


Il est symptomatique voire révélateur que ce soit Manuel Vals qui a, le premier, lâché le morceau. En tant que ministre de l'intérieur, il a connaissance des vrais chiffres de la manifestation de
dimanche dernier.


1. Pas le moindre grabuge, aucun incident notoire. cela révèle une maturité du mouvement qui a appris à manifester correctement.


2. Le nombre de manifestants est probablement supérieur à 80.000. On parle de quatre heures de marée humaine ininterrompue ... Cela veut dire que le nombre réel, sans atteindre 500.000 - chiffre
manifestement excessif -, a pu atteindre 200.000 alors même que la préparation n'a pas été si intensive.


3. Une inquiétude réelle est née dans la tête des gouvernants : le peuple en a vraiment ras le bol. Il faut corriger le tir ... D'où la décision de retrait pur et simple pour désamorcer cet abcès
de fixation.