Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Nette progression sondagière du Front National ... Perplexité!

12 Février 2014, 19:05pm

Publié par Jacques Heurtault

Voici le résumé d'analyse que l'on trouve sur le site de l'hebdomadaire Le Point faisant suite à un sondage relatif à la perception du Front National par les Français. Je vous invite à vous rendre sur le site du Point pour prendre connaissance des résultats complets de ce sondage réalisé sur environ 1.000 personnes par la "méthode" des quotas.

 

J'ai volontairement mis le mot "méthode" entre guillemets car, selon moi, ce n'est précisément pas une méthode de bonne apréhension de l'état de l'opinion. Deux défauts majeurs :

1. L'échantillon de 1.000 personnes est beaucoup trop faible pour être sérieusement validable.

2. Comme à l'accoutumée, la marge d'incertitude n'est pas mentionnée ... tout simplement parce que cela invaliderait l'étude elle-même.

 

Pour qu'un sondage puisse être considéré comme vraiment sérieux, il faut qu'il soit exécuté selon la méthode dite "aléatoire". L'échantillon doit être construit par tirage au sort à partir des listes électorales (puisqu'il s'agit d'un sondage à caractère politique). La marge d'incertitude des résultats (autrement appelée, tout à fait improprement, "marge d'erreur") est directement fonction de la taille de l'échantillon. Pour avoir des résultats fiables à cinq points près, l'échantillon doit, au moins, être de plusieurs milliers de personnes (au moins 5.000 puisque la taille du corps faisant l'objet de l'étude est de l'ordre de 50 millions. l'échantillon ne représente alors que 1/10.000 ième du total). La marge d'incertitude est alors de l'ordre de 5 points (par exemple 30% + ou - 5%, c'est à dire entre 25% et 35%).

 

Par contre, un sondage, lorsqu'il est fait sérieusement, révèle une tendance, une évolution étant vite révélée par la répétition du même sondage comportant les mêmes questions à la même période de l'année en utilisant les mêmes méthodes. De la sorte on élimine les risques de réponses aberrantes.

 

Début de citation :

 

Ils sont désormais plus d'un tiers des Français (34 %) à adhérer aux "idées du Front national", selon le baromètre d'image du FN réalisé par TNS Sofres pour Le Monde, France Info et Canal+. Certes, cela signifie qu'a contrario ils sont près de six sur dix (59 %) à ne pas adhérer à ses idées, mais le niveau d'adhésion n'a cessé de croître ces dernières années, selon cette étude, rendue publique mercredi et réalisée chaque année depuis 1984.

Ils étaient 22 % en 2011, lors de la prise de fonction de Marine Le Pen à la tête du parti, puis 31 % en 2012 et 32 % en 2013. La part de personnes interrogées qui n'adhèrent "ni aux critiques ni aux solutions de Marine Le Pen" reste prépondérante à 43 %, mais elle est en recul de trois points par rapport à 2013. Elles sont 14 % (+ 2 points) à adhérer aux "critiques et solutions" et 35 % (=) à souscrire seulement aux critiques formulées par Marine Le Pen, mais pas à ses solutions.

 

Cette progression de l'adhésion aux idées semble traduire la performance personnelle de Marine Le Pen et le succès de sa "dédiabolisation". L'image de la présidente du FN recueille de plus en plus d'opinions favorables : 58 % jugent qu'elle est "capable de rassembler au-delà de son camp" (+ 5), 56 % qu'elle "comprend les problèmes quotidiens des Français" (+ 7) et 40 % qu'elle "a de nouvelles idées pour résoudre les problèmes de la France" (+ 5). Ils sont une majorité (46 %) à considérer Marine Le Pen comme "plutôt la représentante d'une droite patriote attachée aux valeurs traditionnelles" (+ 2), contre 43 % qui la rattachent à "une extrême droite nationaliste et xénophobe". Pour 54 %, le FN reste un parti protestataire. Mais, pour 35 % des personnes interrogées, il pourrait au contraire participer à un gouvernement.

Deux points-clés du programme du FN sont cependant rejetés à une très large majorité : la sortie de l'euro (64 % y sont opposés contre 29 %) et la préférence nationale en matière d'emploi (72 % la rejettent contre 24 %).

 

Fin de citation.

 

Je ne me risquerai certainement pas à affirmer que un tiers des Français se reconnaissent dans le Front National. Par contre, la progression régulière des résultats favorables nous indiquent très clairement que ce parti va progresser fortement lors du prochain scrutin "européen". C'est d'autant plus évident que ce scrutin est traditionnellement une sorte de défouloir électoral ... Sans compter que le taux d'abstention y est particulièrement élevé (de l'ordre de 55% en 2009!) et qu'une forte abstention favorise plutôt des votes extrèmes dans la mesure où l'électorat extrèmiste est plus facilement mobilisé.

 

Une donnée importante doit retenir l'attention : les réponses traduisent de plus en plus une ADHESION aux idées, abandonnant le terrain de la pure protestation ... 

 

Pour l'avenir, si Marine Le Pen infléchit son discours sur des positions moins radicales telle la sortie de la France de la zone "Euro" (qu'une écrasante proportion des gens perçoivent comme une proposition à la limite de la stupidité tellement elle est irréalisable), il se pourrait bien que le réveil soit particulièrement difficile tant pour le Parti socialiste que pour l'UMP. Il restera alors une solution SIMPLE : UN GOUVERNEMENT D'UNION NATIONALE pour entreprendre les réformes indispensables dont le pays a tant besoin depuis si longtemps.

Commenter cet article

GM 13/02/2014 16:50


Il y aura des alliances entre deux tours aux municipales.


Il y en aura encore après les municipales.


Mais sans doute pas au européennes, sauf dissidences de circonstances : On va savoir, puisqu'ils discutente tous de la composition de leurs lites.


Et on sait déjà que quelques ministres vot se recaser à Strasbourg, comme d'un aveu d'échec et d'un nouvezu gouvernement à venir.


 


Puis des cantonales à venir où tout est encore possibles.


Mais en revanche, je pense qu'il pourrait y avoir "bousculade" à l'approche de l'été, dans la fenêtre "après européenne"/fête-républicaine du 14 juillet.


 


Les huées du 14 juillet 2013 sur les champs (et ailleurs) ont laissé des traces dans tous les esprits !

Jacques Heurtault 13/02/2014 17:17



Il ne peut y avoir d'alliances aux européennes puisqu'il n'y a qu'un seul tour ...


En tout état de cause, je condamnerai sans appel une stratégie de liste commune aussi bien aux municipales qu'aux européennes ...



loubomyr 13/02/2014 16:24


Si les réformes dont la pays a besoin depuis si longtemps n'ont pas été effectuées ni sous la droite, ni sous la gauche, ni sous la cohabitation, pourquoi voulez vous qu'un gouvernement dit
d'union nationale les ferait? Car les réformes dont le pays a besoin passent par une nécessité : que les politiciens se tirent plusieurs balles dans le pied et se privent volontairement de cumul
de mandats, de pantouflage chez les copains, de sinécure et autres gabegies qui nous coutent les yeux de la tête et ne nous rapportent rien. Il faudrait qu'on soit vraiment dans une merde noire
pour que ça change ....et encore, le coq gaulois étant le seul animal de la création disposer à chanter en ayant les pieds dans la merde .......

Jacques Heurtault 13/02/2014 17:14



Vrai pour le coq! Et, en plus, il "chante clair" ... mais peut-être plus pour longtemps!



GM 13/02/2014 15:46


Le peuple de gôche est appelé à se réveiller après la défaite des municipales.


Ce sera lui qui sera le second parti du pays, surtout s'il fait alliance avec EELV (ce qui n'est pas sûr, mais on vous présentera ça comme ça).


Dnc, pas sûr qu'il y ait une "alternance" crédible possible, face à un "front républicain".


Lais on verra bien à ce moment-là.


 


Quant à la "bizarreté", elle est annoncée depuis quelques années : Les anglo-saxon ne veulent pas d'une Europe qui pourrait leur porter ombrage : Ils font tout pour ralentir sa progression.


Et c'est un bon coup à jouer pour eux, parce qu'effectivement, la construction de l'Europe sera ralentie.


Autrement dit le "monde d'avant" cherche à survivre et empêcher l'éclosion du "monde d'après" qui approche.


 


Mais je suis sûr qu'on ne met pas les mêmes choses derrière les mêmes mots.


Donc si nous en sommes d'accord (sur les mots), en apparence seulement, on s'oppose toujours autant sur les réalités.


 


A chacun ses opinions, n'est-ce pas ?

Jacques Heurtault 13/02/2014 16:09



Bien sûr! A chacun ses opinions ...


 


Vous vous souvenez que je vous ai fait part de mon désaccord sur le score futur du FN. Vous disiez 28% et moi 24%... Je crois bien maintenant qu'il pourrait faire 28%! Par contre, si "toute la
gauche" fait 26%, cela ne veut pas dire que le PS fera 22%. A mon avis, il fera beaucoup moins! S'il commet l'erreur de s'allier avec "les verts", cela me donnera une raison de plus de protester
encore plus fortement! 



GM 13/02/2014 12:15


Vous voyez bien : Même vous n'osez pas regarder le paysage politique comme il est en réalité.


 


C'est bien ce que je dis : Permier parti de "Gauloisie" le 25 au soir.


Il va être beau, le Parlement de Strasbourg.

Jacques Heurtault 13/02/2014 14:51



Premier parti en Mai 2014 ... J'en suis moi aussi convaincu! La question posée maintenant n'est plus celle-là mais plutôt : "Quel sera l'écart avec le deuxième?". Question subsidiaire : "Combien
fera toute la Gauche, Front de Gauche et "Besancenot" compris?". Parce que, si toute la Gauche fait moins de 25%, cela veut dire que la législature sera écourtée!


 


Quant au Parlement Européen, les anciens qui vont être réélus vont se réveiller avec la gueule de bois! Curieusement, ça va se produire à un moment historique où ledit Parlement va être doté de
pouvoirs plus importants ... Notamment celui de pouvoir choisir le futur Président de la Commission. Bizarre, ne trouvez-vous pas? 



GM 12/02/2014 19:47


Le 26 mai, le FN sera le premier parti de "Gauloisie-démocratique".


Ca fait maintenant plus d'un an que je le clame et exhorte mes potes de l'UMP (et mes potes du PC) à y mettre un terme !


 


Mais finalement, quand on y réfléchit un peu, la montée en puissance a pour origine la campagne de "Bling-bling" (et de Buisson) contre toutes es attentes des militants (et sympathisants), ni
plus ni moins.


 


Et puis alors, pour "François III", c'est une autoroute qui s'ouvre pour sa réélection.


Si, et seulement s'il tient jusqu'en 2017.


Parce que d'ici-là, il pourrait bien être "renversé" par la rue... et la "peste brune" (le fameux "Putsch des capitaines" ... en tout cas, eux ils y croient fermement...)


C'est d'ailleurs l'analyse du "Front de gôche" (de mes potes PC qui s'apprêtent au pire).


 


Bon ce que je'en dis ou rien, de toute façon personne ne veut comprendre dans ce pays que j'aime tant.

Jacques Heurtault 12/02/2014 23:35



Le P.C qui viendrait donner des leçons? C'est la meilleure de la semaine ...


Le P.C. n'a même pas été capable de s'adapter aux évolutions du monde!


Pire ... Il les a vu venir et, bourré de certitudes comme à son habitude génétique, il a refusé de s'adapter.


Encore pire ... Il continue malgré son score pitoyable ... jusqu'à sa disparition définitive!