Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Nicolas Sarkozy, le plus grand diviseur "commun" ...

4 Mai 2012, 09:18am

Publié par Jacques Heurtault

Si on fait un rapide bilan de la situation avant le second tour de l'élection présidentielle, on constate que pas un seul des candidats présents dans la compétition du premier tour n'apporte son soutien à Nicolas Sarkozy.

Pas un seul!  

 

Il nous a pourtant dit, pendant la campagne du premier tour, qu'il était seul contre 9 autres candidats, ce qui est bien établi... Cela aurait dû l'alerter sur la suite des évènements.

 

Eh bien, non! Pas de changement! Sur rien!

 

Certes, personne ne lui demande de modifier son programme entre les deux tours bien que cela n'apparaitrait pas scandaleux s'il restait dans des limites raisonnables.

 

Nicolas Sarkozy a commis une erreur stratégique : intégrer des idées portées par Marine Le Pen tout en refusant toute perspective d'alliance avec une force politique représentant 18% des électeurs. C'est le plus sûr moyen de perdre des deux côtés!

1. Perdre du côté de ceux et celles qui croient vraiment qu'une politique très à droite est nécessaire pour sortir le pays de la situation dans laquelle il se trouve.

2. Perdre aussi du côté de ceux qui ont voulu tirer un signal d'alarme sans pour autant adhérer explicitement à des thèses politiques qui restent très radicales.

 

Un rapprochement plus explicite aurait eu pour effet de normaliser une situation politique qui dure depuis au moins 25 ans ...

 

Si Nicolas Sarkozy est battu, ce qui semble de plus en plus vraisemblable, il pourra toujours se dire : "Si j'avais su, je ne me serais pas présenté. Un homme (ou une femme!) aurait émergé ... et ... aurait pu gagner contre une gauche qui n' a pas encore complètement fait sa mue sociale et démocrate (mais qui la fait, petit à petit, tout de même).

 

Au lieu de ça, il a choisi d'introduire la zizanie, la division, la querelle et d'apparaitre seul contre tous. Il est logique qu'il en paye le prix!

 

J'ai pu le constater moi-même : quand on est seul à défendre un point de vue, même si on a parfaitement raison, on a quand même tort, précisément parce qu'on est trop seul! On est alors amené à faire un choix : renoncer à je ne sais quelle carrière en restant seul si nécessaire ou bien choisir de faire carrière pour pouvoir mettre en oeuvre une ou deux idées quitte à oublier toutes les autres ...

 

Après tout, Galilée a fermement défendu, seul, l'idée que la Terre tournait autour du Soleil et sur elle même et qu'elle n'était pas le centre de l'univers. Par prudence, pour sauver sa vie, il a "reconnu" qu'il avait tort tout en sachant qu'il avait raison.

 

Pareillement, sans prétendre arriver à la cheville de Galilée, je pense que la France n'est pas le centre du monde et je ne veux donc pas qu'il y ait une quelconque exception française ... Plus encore, je ne veux pas que la France soit le centre du monde. Je veux qu'elle soit modeste. C'est ma façon d'être altruiste.

Commenter cet article