Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Partager le temps de travail? Certes! Mais, comment faire?

22 Juin 2013, 14:45pm

Publié par Jacques Heurtault

Je sens, à la lecture du précédent article, que le sujet intéresse ... Non seulement les quelques commentaires sont plutôt plus longs mais certains sont très charpentés ou très incisifs. En outre, indice qui ne trompe pas, le "blog rank", c'est à dire la note de classement, a fait un bon de 5 points d'un seul coup, c'est à dire du maximum possible en une seule journée...

 

Ce constat ne peut que m'inciter à satisfaire la demande et à commencer à présenter les mesures que, selon moi, il convient de prendre.

 

Toutefois, avant d'aligner une quelconque série de "mesures" possibles, il convient de préciser quelques principes fondamentaux.

 

1. Il est hors de question de brutaliser l'économie du pays.

Autrement dit, les mesures à prendre ne peuvent être ni brutales ni mises en oeuvre dans la précipitation. Leurs entrées en vigueur ne peuvent être que graduelles et étalées dans le temps.

En outre, on sait d'expérience que la brutalisation de l'économie ne mène à rien de positif. En général, c'est même l'inverse qui se produit! On veut favoriser la "croissance" et, en réalité, au bout du compte, on constate que non seulement la croissance n'est pas au rendez-vous mais encore que c'est la décroissance (la "croissance négative"!) qui arrive ... Autrement dit le résultat diamétralement opposé à celui recherché. Non, merci!

 

2. Le temps nécessaire à la conduite d'un chantier aussi gigantesque dépasse nettement le temps d'une mandature, soit cinq ans.

C'est encore plus vrai dès lors que la mandature en cours est déjà bien engagée et que l'orientation proposée ne figure ni dans les engagements du président élu ni dans le programme de la majorité politique actuellement au pouvoir.

Pour qu'un tel chantier réussisse, il faut réunir plusieurs conditions :

- Il faut que l'échéance soit connue.

Pourquoi pas le Premier Janvier 2025? Formulé d'une manière très concrète, on pourrait dire : "Le chômage sera réduit à son incompressible dimension frictionnelle à la date indiquée". Le chômage frictionnel, ce n'est évidemment pas le chômage structurel mais ce n'est pas, non plus, le chômage conjoncturel. Le chômage frictionnel, c'est la situation de non-travail, dont la durée est quasi-incompressible, dans laquelle se trouve un certain nombre de personnes entre deux emplois successifs, à savoir celui qu'elles viennent de perdre et celui qu'elles espèrent retrouver à l'issue de la mise en oeuvre d'un programme d'adaptation professionnelle. Pour fixer les idées, ce délai est de l'ordre de trois à six mois.

- Il faut que le choix politique proposé fasse l'objet d'un débat national.

Et qu'il en sorte une loi d'orientation votée par le Parlement, validée par le Conseil Constitutionnel et promulguée par le Président de la République. Sans une telle loi d'orientation intitulée pour la circonstance "Résorption du chômage de masse par la méthode du partage du temps de travail", point de salut! Il n'est même pas nécessaire d'aller plus loin. C'est le concept même de "partage du temps de travail" qui en est à la fois l'épine dorsale et la pierre d'achoppement. Si, dès le départ, c'est le concept de "partage" qui fait débat et, plus crûment dit, contestation très forte pour ne pas dire violente, à quoi bon s'engager dans une voie qui serait piégée de chausse-trappes et autres embûches? Si j'insiste sur ce point, c'est parce que je suis tout à fait conscient que, selon l'adage "L'homme est un loup pour l'homme", la victoire de cette orientation n'est pas du tout certaine. C'est même son échec qui est le plus probable!

 

Mais le choix d'une stratégie doit lui aussi être affirmé.

Il ne saurait être question d'une méthode suscitant des tensions, des affrontements, des divisions. C'est, TOUJOURS, la recherche du consensus le plus large qui doit être privilégiée.

Autrement dit la méthode mise en oeuvre dans le chantier dit "mariage pour tous" qui a consisté à employer des méthodes "dignes" des hussards, conduisant à une véritable fracturation du pays tout entier dont, hélas!, on paiera le prix pendant de longues années doit, impérativement, être proscrite.

Mieux dit : c'est, pour autant que cela soit possible, d'un gouvernement d'union nationale dont nous aurions besoin. Comme il ne faut tout de même pas rêver non plus, on pourra se contenter d'une méthode telle celle qui a prévalu à la discussion de la Loi d'Orientation relative aux Lois de Finances (la "Lolf"). Cette loi fut votée par une exceptionnelle majorité où Droite (sous l'impulsion d'Alain Lambert) et Gauche (sous l'impulsion de Didier Migaut, devenu depuis Premier Président de la Cour des Comptes) se sont mis d'accord afin de définir une méthode de construction et de discussion des lois de finances futures.

 

Ces choses-là étant dites, ces précisions étant données et n'étant pas susceptibles d'être remises en cause de ma part car il s'agit, quasiment, d'une philosophie, nous allons pouvoir avancer un peu plus dans le concret.

 

Mais cela fera l'objet d'un tout prochain article ...

 

Vous n'imaginiez tout de même pas que j'allais vous livrer tout d'un coup? Je sais, d'expérience, que c'est quand on procède "en lachant tout d'un coup" que l'on est quasiment certain de ramasser le maximum de critiques. C'est là que se concentrent tous les ringards de droite et ceux de gauche ... Curieusement, ils sont tous d'accord pour rejeter le projet dans son ensemble ... mais pour des "raisons" diamétralement opposées!

Commenter cet article

GM 23/06/2013 08:32


Bravo patron : aujourd'hui vous êtes enfin claasé 76ème, juste devant moi, dans la catégorie "blog-politique" !


Il était temps que vous revinssiez au top 100...


 


Vives félcitations à vous.


 

Jacques Heurtault 23/06/2013 08:45



Merci!


Le plus drôle, c'est que je croyais avoir fait le nécessaire pour être classé dans la catégorie "Actualités"! Et cela depuis de très nombreux mois (au moins 1 an, probablement plus).


En outre, je me suis progressivement détaché du "classement", par définition relatif. Depuis que j'ai repris goût à la rédaction d'articles, je ne m'intéressais qu'au nombre quotidien de lecteurs
et au nombre de pages vues ...


J'ai de gros doutes sur le sérieux de ces statistiques en tout genre ... Il fut un temps où j'avais trouvé des sites plus ou moins "chauds" dans la catégorie "politique" ... Ca m'avait assez
profondément troublé, je dois dire!


Je vais aller voir ce classement ...


Eh, bien! C'est pas triste! Je reviens de la visite ... Sur les 20 premiers blog du classement, il y en a au moins 7 ou 8 qui n'ont AUCUN rapport avec la politique! Mais c'est peut-être moi qui
suis ringard au point d'avoir ma définition de la politique?


Encore plus drôle! Je viens de visiter le classement dans la catégorie "Actualités" ... J'y suis aussi! Moins bien classé mais il y a deux fois plus de blogs dans cette catégorie. Le Blog de
François Fillon est classé dans la catégorie "Actualités", pas dans la catégorie "Politique"! Ca manque du plus élémentaire sérieux ...