Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Pôle Emploi a-t-il du souci à se faire?

29 Novembre 2010, 13:00pm

Publié par Jacques Heurtault

"Pôle Emploi a du souci à se faire" ..., telle est la conclusion d'un article signé Aurélien Pérol, du Parisien Libéré que vous pourrez lire ci-dessous ...

 

Début de citation :

 

 

Les jeunes des quartiers intéressent les patrons.


AURÉLIEN PEROL


D'ici à ce soir, 8 000 diplômés issus des banlieues de toute la France rencontrent des dirigeants de grandes entreprises pour tenter de décrocher un emploi.

Un petit air de bal de charité à l'américaine planait hier matin sur le centre de conventions de l'hôtel Newport Bay Club à Disneyland Paris. A l'occasion du premier grand forum de l'emploi lancé par l'association "Nos quartiers ont des talents" en partenariat avec le géant des loisirs, une belle brochette de mécènes - dirigeants de grandes entreprises du CAC 40, présidents d'université et collectivités partenaires - ont répondu à l'appel de cette structure d'aide à l'insertion lancée en 2005 par le Medef de Seine-Saint-Denis.

En présence notamment de l'ambassadeur des Etats-Unis, Charles Rivkin, et de Claude Bébéar, l'ex-PDG d'Axa engagé dans le mécénat humanitaire, la présidente du Medef, Laurence Parisot, a profité de l'occasion pour affirmer l'engagement du syndicat patronal dans l'insertion des jeunes des quartiers.

«Je commence cet après-midi une série de rencontres avec les responsables syndicaux pour trouver des solutions au chômage des jeunes", a notamment annoncé Laurence Parisot, avant de rendre hommage «au modèle» de l'association Nos quartiers ont des talents.

En cinq ans, le réseau d'entreprises fondé par Yazid Chir et Raynald Rimbault, président et délégué général du Medef 93, a permis l'embauche de 3000 jeunes diplômés d'au moins bac + 4 originaires des banlieues. Un succès dû en grande partie à l'action des 2100 parrains de l'association. Ces cadres supérieurs de grandes entreprises ou de PME font profiter leurs filleuls jeunes diplômés de leur expérience et de leur réseau pour les aider à trouver le chemin de l'emploi. Avec des résultats éloquents : 60% des jeunes insérés au dispositif sont recrutés dans les six mois suivant leur inscription, alors que les diplômés bac + 4 mettent en moyenne un an avant de trouver un premier job.

Ce premier Forum national de l'emploi organisé à Disneyland Paris devrait rassembler d'ici à ce soir 8000 étudiants de la première année de licence au master 1 et 2. Face à eux, des chasseurs de tête pour la Société générale, Orange, BNP Paribas... sans oublier Euro Disney.

Parallèlement, Yazid Chir a lancé depuis peu l'extension des parrainages à l'échelle nationale : la première antenne hors d'Ile-de-France de Nos quartiers ont des talents a été mise en place en décembre 2009 à Lyon (Rhône). « D'ici à 2015, nous voulons multiplier par dix le nombre de jeunes suivis et le réseau de parrains », ont annoncé hier Yazid Chir et Raynald Rimbault... avant d'appeler à la générosité de leurs partenaires entrepreneurs. Le charity business à la française est né : Pôle emploi a du souci à se faire.


© 2010 Le Parisien. Tous droits réservés.

 

Fin de citation.

 

Il ne fait aucun doute que Pôle Emploi ne fonctionne pas convenablement ...

Je suis bien placé pour le dire puisque c'est ce que je constate, dans ma propre agence, quasi quotidiennement.

 

J'ai déjà dit, sur tous les modes et sur tous les tons, ce que je pensais de mon propre employeur PUBLIC qui fonctionne, en quasi totalité, avec de l'argent qu'il ne gagne pas (en facturant ses prestations, par exemple ...).

Cette situation a une conséquence immédiate : que Pôle Emploi travaille bien ou mal, les rentrées financières seront exactement les mêmes. Il s'ensuit que, nécessairement, Pôle Emploi travaille plutôt mal ... C'est absolument incontournable!

On pourrait doubler les moyens mis à la disposition de Pôle Emploi pour accomplir sa mission de service public que le résultat serait, à peu de chose près, le même.

 

Plutôt que de m'étendre une fois de plus sur les causes et de me répandre sur la n+unième analyse, je vais poursuivre dans la même voie : faire des propositions qui vont, certainement, apparaitre, du moins aux yeux de certains, comme audacieuses et aux yeux d'autres comme complètement stupides.

J'ai l'habitude! Ces appréciations ne me font plus, depuis longtemps, ni chaud ni froid ...

 

Voici donc quelques unes de mes propositions, déjà formulées. Bis repetita!

 

1. Il ne faut surtout pas augmenter les effectifs de Pôle Emploi. Il faut les maintenir tels qu'ils seront en 2011.


2. Il faut changer le statut juridique de Pôle Emploi. Il est, hélas!, un "Etablissement Public Administratif". Les Parlementaires ont eu beau prendre les "initiatives" qu'ils ont crû utile de prendre, rien n'y a fait.


3. Il faut que le statut juridique de Pôle Emploi devienne, par la Loi, au moins celui d'un établissement public industriel et commercial... Et même celui d'une Société Anonyme de droit privé (mais à capitaux publics).

Ce nouveau statut permettra à Pôle Emploi de facturer ses prestations à tous ceux qui trouvent utile de faire appel à ses services.


4. La contrepartie (car il y a toujours une contrepartie) sera que si Pôle Emploi veut davantage d'argent, il faudra qu'il le GAGNE! Ce n'est pas une mince affaire ... Notamment vis à vis des employeurs! Mais aussi vis à vis des "offreurs de compétences"

Supposons qu'un employeur reçoive une facture relative à une prestation qu'il n'a pas commandé ... A coup sûr, il ne la paiera pas!

Supposons qu'il reçoive une facture pour une prestation comptée DEUX fois (voire plus) ... alors qu'il ne l'a commandée qu'une seule fois ... Il ne la paiera qu'une seule fois, pas deux!

Supposons qu'il ait bien commandé la prestation mais qu'il ne soit pas satisfait de la manière dont celle-ci aura été exécutée. Certes, il devra, au mieux, la payer dans son intégralité mais ... il ne passera plus de commande!

Les trois "cas" que je donne, vous l'aurez évidemment compris, ne sont pas innocents! Ces exemples sont le reflet de pratiques EVIDENTES car nombreuses ... Elles furent, naguère, massives! La Direction se gardant bien de les dénoncer et de les REPRIMER ..., préférant réprimer ceux qui les dénonçaient!

 

Du côté des "demandeurs d'emploi" (réalité juridique et sociologique parfaitement imbécile : il ne doit pas y avoir de "demandeurs d'emploi"  mais des "offreurs de compétences"! c'est l'évidence même ...), il faut bousculer certaines pratiques et procéder à la DESTRUCTION de certains carcans juridiques ...

1. Il faut permettre à toute personne qui ressent le besoin de faire appel aux services que peut lui rendre Pôle Emploi de pouvoir s'y inscrire afin de se faire connaitre, de pouvoir être reçue en entretien afin que soit enregistrer l'expression des besoins et l'indispensable paramétrage des compétences...

Or, en l'état actuel des textes législatifs et réglementaires en vigueur, une personne qui sait qu'elle va perdre son emploi dans quelques semaines, voire même (mais c'est plus rare) dans quelques mois, NE PEUT PAS S'INSCRIRE! Et, donc, Pôle Emploi ne peut pas s'en occuper! Un comble ...

Pourtant, si les choses étaient vues avec un minimum de pragmatisme, en enregistrant la demande d'aide d'un futur licencié, Pôle Emploi pourrait anticiper le chômage de cette personne, voire, plus sûrement, prévenir son éventuel chômage de longue durée ...

Pire même ... Une personne licenciée, dispensée d'exécuter son préavis (mais néanmoins rémunérée conformément à la loi), se trouvant donc, de ce fait, immédiatement disponible, ne peut pas davantage s'inscrire ...! J'ai ainsi, personnellement, reçu, en entretien, des personnes qui étaient en demande d'aide, sachant qu'elles allaient perdre leur emploi ou l'ayant déjà perdu depuis plusieurs mois, qui venaient de s'inscrire depuis seulement quelques semaines et à qui "on" avait dit qu'elles ne seraient pas reçues avant plusieurs autres mois car ... "elles n'étaient pas au chômage depuis suffisamment longtemps"!

M.O.N.S.T.R.U.E.U.X ...

On en arriverait presque à émettre l'hypothèse que la "machine devenue folle" fabrique elle-même, en ne traitant pas les besoins des "offreurs de compétences" en heure et en temps, de futurs chômeurs de longue durée afin de produire de la matière à un futur traitement dudit chômage de longue durée ... afin de ... pérenniser les emplois de ses agents!

Il est en effet parfaitement clair que si le nombre de chômeurs diminue fortement, il va falloir réduire sensiblement la voilure si on s'en tient au périmètre d'action actuel! Qui pourrait sérieusement se plaindre que le chômage diminue? Les chômeurs? Certainement pas! Les familles des chômeurs? Pas davantage! Les agents de Pôle Emploi eux-mêmes n'ont rien à craindre d'une telle perspective  ... Quand il ne resterait que quelques milliers d'agents de Pôle Emploi faute de chômeurs pour les occuper, ces agents retrouveraient alors sans trop de difficulté un autre emploi ... à condition d'avoir des compétences à proposer sur le marché ... C'est peut-être un peu là que le bât blesse ... Mais c'est une autre histoire!

2. Il faut procéder à une simplification drastique du système de codification des compétences ... Je veux parler, là, du "fameux" R.O.M.E. , le Répertoire Opérationnel des Métiers et des Emplois ... Nous utilisons un véritable monstre ... de laquelle utilisation resurgit une proportion phénoménale d'erreurs en tous genres. Le mélange de ces inutiles complications et des faiblesses de culture générale maintes fois constatées chez les agents (Comment leur en vouloir? Beaucoup  sont entrés à l'Anpe puis à Pôle Emploi sans avoir jamais travaillé dans le secteur concurrentiel ... ou si peu ...) m'ont amené à découvrir d'ahurissantes aberrations! Maintes fois signalées par mes soins aux "autorités compétentes" ... sans le moindre effet tangible! 

Un seul exemple, particulièrement révélateur ...

Je reçois un demandeur en entretien et je constate deux choses :

a. Il est titulaire d'une maitrise de droit

b. Il est inscrit comme étant à la recherche d'un emploi d'équipier polyvalent en cuisine (en plus clair : un boulot chez Mc Do) ...

Kesako?

Je lui demande : "Vous poursuivez probablement vos études (DEA de droit?) et vous cherchez un boulot genre Mc Do pour financer vos études?"

Il me répond : "Pas du tout! J'ai terminé mes études et je recherche un emploi de juriste...". Réponse de pur bon sens! Quand on a une maitrise de droit, on peut s'inscrire à l'Anpe afin de trouver un emploi de ... juriste!

Je lui dis : "Je ne comprends pas ..."

Il me répond : "C'est votre collègue, la dernière fois, qui m'a demandé ce que JE FAISAIS ... J'étais bien équipier chez un Mc Do car il fallait que je  couvre les frais de mes études ... Il ne m'a pas demandé ce que JE RECHERCHAIS! Je lui est donc donné la réponse à sa question ... "


Comment voulez vous que Pôle Emploi remplisse correctement sa mission si, dès le départ, nous ne sommes pas capables d'enregistrer correctement les compétences que les personnes ont à offrir sur le marché et, pour les mêmes raisons, celles que les employeurs demandent? Ma critique, pour sévère qu'elle soit, n'en est pas moins de pur bon sens!

 




Commenter cet article

Jean-Pierre 03/12/2010 16:13



J'approuve totalement le glissement de « demandeur d'emploi » vers « offreurs de compétences » et brûle un cierge symbolique sur l'autel de l'efficacité pour que Pôle emploi devienne une
entreprise efficace au service de l'emploi et, in fine, de l'économie toute entière...



Jacques Heurtault 03/12/2010 17:09



Vous surprendrais-je si je vous dis que je ne fais pas l'unanimité au sein même de Pôle Emploi? Non, je pense ...