Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Pour l'entrée de Bayrou dans la nouvelle majorité présidentielle!

22 Avril 2012, 23:07pm

Publié par Jacques Heurtault

Je n'ai pas l'habitude d'y aller avec le dos de la cuiller. C'est dans ma nature et je ne changerai pas. D'ailleurs, sur ce point, je ne veux pas changer! Il faut des gens qui disent les choses crûment ... C'est bénéfique pour la clarté du débat.

 

Que savons-nous, désormais, à l'issue de ce premier tour?

 

1. Quand on mêne une campagne sur les "terres" idéologiques de l'extrême-droite, on récolte un glissement de l'électorat vers l'extrême-droite. Les électeurs préfèrent TOUJOURS l'original à la copie! Donc, Marine Le Pen fait mieux que son père en 2002. C'est LOGIQUE (même si c'est navrant! ...).

 

2. Mélenchon n'a pas atteint son objectif qui était d'arriver DEVANT Marine Le Pen. Il est même largement distancé. Bien qu'il soit toujours plus facile de faire des "prévisions" quand on a les résultats définifs (sic!), on peut constater que, décidément, faire campagne CONTRE quelque chose ou CONTRE quelqu'un, ça ne paye pas autant que de faire campagne POUR quelque chose ou POUR quelqu'un. Taper à bras racourcis contre le Front National, contre l'Europe, contre l'Euro, ça ne paye pas! Il faut être POUR quelque chose ou POUR quelqu'un.

 

3. Une élection présidentielle, c'est bien un moment particulier de notre vie politique nationale. C'est bien la rencontre d'une personne avec un peuple. L'élu, nécessairement unique, doit être capable de rassembler au moment de son élection et de maintenir, voire d'accroitre, ce rassemblement au cour de son mandat. Un élu qui, sciemment, divise et crée des tensions entre les citoyens se fait inévitablement ramasser car ceux qui sont CONTRE lui (ou qui le sont devenus!) sont forcément plus nombreux que ceux qui sont pour le diviseur. Même si les adversaires ne sont pas d'accord entre eux, ce qui complique l'équation mais ne la rend pas insoluble dès lors qu'elle est bien posée!

 

4. Ce qui cimente un peuple, ce sont d'abord des valeurs, ensuite des objectifs, enfin les moyens nécessaires pour atteindre les seconds dans le respect des premières ... Dans cet ordre : valeurs, objectifs, moyens ...

 

5. Un candidat à une élection de cette importance ne peut se rabaisser dans de basses manoeuvres de pêche aux voix. Il porterait atteinte à la fonction même qu'il prétend exercer. Il doit, par contre, veiller à ce qu'aucun de ses amis ("Protégez-moi de mes amis! Mes ennemis, je m'en occupe!") ne tienne des propos de division ... faute de quoi il démontrerait qu'il n'a pas d'autorité suffisante ... et qu'il ne peut donc exercer la fonction! (Lieneman, fais gaffe, je t'ai à l'oeil! Hamon, pareil pour toi!)

 

Il s'ensuit très logiquement de tout cela que :

 

1. Bayrou doit rallier explicitement la candidature Hollande en appelant à voter pour ce candidat rassembleur que le suffrage universel a placé en tête, chose qui n'est tout de même pas sans signification...

 

2. Hollande devrait ("Vous permettez, Monsieur, que je vous propose quelques conseils? ... Qui n'engageront que moi, évidemment!) mener sa campagne de deuxième tour sur un maximum de cinq grands thèmes parmi ceux qu'il a développé pendant toute la campagne du premier tour dont le thème du "produire en France",  celui du "mettre à la raison la spéculation financière, destructrice"  et celui de l'instauration, par voie de référendum, d'une bonne dose de proportionnelle afin que cesse le scandale de la sous représentation des forces politiques qui jouissent pourtant d'une très réelle influence parmi les électeurs (et les électrices!).

 

En intégrant la nouvelle majorité présidentielle, François Bayrou sera nommé ministre d'Etat (en charge du Commissariat au "produire en France"?). C'est une construction politique qui me convient parfaitement.

 

En posant des oukases - ou en ne condamnant pas avec suffisamment de force des oukases - du genre "Bayrou est de droite"), François Hollande prendrait le risque, par principe de ma part, de me faire changer de vote le 6 Mai prochain ..

 

Je suis patient mais pas trop ...

Commenter cet article