Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Réquisitions : et voilà que le Corps Préfectoral se met à déraper!

23 Octobre 2010, 10:20am

Publié par Jacques Heurtault

Cela devient un vrai problème de fonctionnement de l'ETAT ...

 

Tout le monde le sait ou presque : le Préfet de Seine et Marne (que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam) a, à la demande du Gouvernement de la République, pris un arrêté de réquisition afin de mettre au travail certains personnels grévistes de la raffinerie de Grandpuits, conformément à la législation et à la réglementation en vigueur ...

 

Bien entendu, un tel arrêté ne peut pas avoir pour objet ni même pour effet de porter atteinte au droit constitutionnel de grève. Même un pauvre type comme moi, nullissime parmi les nuls en matière juridique, le sait!

 

Il découle de cet élémentaire principe que, sauf dans des circonstances très précises (déclaration de guerre par exemple, façon ancienne), il ne peut être question de réquisitionner la totalité des personnels d'une usine en grève ni même la quasi totalité.

 

Il n'est donc pas surprenant que le Tribunal Administratif de Melun ait décidé de suspendre la mise en oeuvre de cet arrêté, disons le tout net, complètement imbécile. Il faut dire merci à ce Tribunal d'avoir, implicitement, exigé que le Préfet de Seine et Marne revoit sa copie ...

 

Tout autre est le problème posé par la compétence professionnelle de ce Préfet et de ses collaborateurs du Corps Préfectoral de ce département!

 

On est, forcément, amené à se poser la question : est-il possible qu'un Préfet, nécessairement rompu au droit administratif, puisse se fourvoyer de la sorte?

 

Personnellement, j'en doute énormément! Je ne suis même pas loin de penser le contraire ...

 

Se posent alors plusieurs autres questions :

1. Le Gouvernement a-t-il bien en main SON Corps Préfectoral?

En l'occcurence, c'est le Ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, qui exerce le pouvoir hiérarchique sur l'ensemble du Corps Préfectoral. Donc, la question devient : Brice Hortefeux est-il à la hauteur de ses responsabilités au poste qu'il occupe au sein de Gouvernement de la République? Je sui enclin à penser que non. Ce n'est pas la première fois que cet homme commet de grossières erreurs d'appréciation des situations qu'il a gérer. D'une manière générale, il est une source de conflictualité ...

2. Tout comme la Magistrature est largement gangrénée par l'esprit subversif (en témoigne l'influence anormalement élevée d'un syndicat d'extrême gauche en son sein), n'en est-il pas - un peu - de même pour le Corps Préfectoral? La question mérite d'être posée. Et, donc, je la pose!

3. Dans un tel contexte, ne faut-il pas envisager que ce Préfet soit, au minimum, déplacé vers un autre poste, moins opérationnel, moins "puissant"? Le but à atteindre étant que l'ensemble du Corps Préfectoral comprenne bien que les préfets sont mutables, déplaçables et révocables "ad nutum" ... c'est à dire sans que le Gouvernement de la République ait à expliquer et encore moins à justifier sa décision.

 

Le débat est ouvert ... Jacques II est autorisé à y participer.


 


Commenter cet article

GM 25/10/2010 16:02



Ce qu'on sait, c'est qu'il a vu sa carrière stopée nette (un officier, quand même...) et qu'il s'est promené de mutation en mutation durant bien des années.


Sa famille en souffrait beaucoup, alors qu'il n'a juste fait que refuser d'exécuter un ordre illégal (comme le prévoit d'ailleurs le code militaire).


Son décès referme une page, ce qui arrange bien des gens.



Jacques Heurtault 25/10/2010 16:15



Edifiant!!



GM 25/10/2010 14:39



Non seulement on sait tout ça, mais en plus "justice" est passée sur cette affaire.


Mais...


Vous noterez que le seul gendarme qui a refusé de participer à cette cabale, il s'est retrouvé muté, mais qu'en plus il a pris une balle dans le coffre, plus tard...


Une banale opération de police pour un militaire qui a continué vaille que vaille, comme un petit "mouton noir" à servir son pays.


Et sa femme que je connais, le pleure comme elle peut à élever ses gamins avec ses maigres ressources.


De tout cela, tout le monde s'en fout !


Et de rajouter que son assassin coure toujours... Pas trop pressée de le retrouver, sa hiérarchie.



Jacques Heurtault 25/10/2010 15:49



Iriez-vous jusqu'à émettre l'hypothèse que ce gendarme a "opportunément" été "mis sur la touche" définitive? Personnellement, je me garderais bien d'aller jusque là!



GM 25/10/2010 09:29



Tout le monde sait que "brice-boutefeu" est un "juriste" diplômé de Nanterre... Donc pas très au fait du "droit positif"...


Ah "Bling-bling" aussi, de Nanterre ?


 


Normal que ces deux-là veuillent tout réformer : ils ont peut-être une chance de savoir de quoi ils causeront après, non ?


 


Quant au Préfet, s'il est "aux ordres", ça serait kon de le muter.


Et s'il est muté, de toute façon, il sera recasé à salaire égal dans un placard à glander jusqu'à une nouvelle alternance...


Y'a que Bonnet qui s'est vraiment fait virer avec ses paillotes enflammées : il touche sa retraite à taux plein, depuis qu'on lui a payé tous ses frais d'avocats avec du bin argent du
kon-tribuable...



Jacques Heurtault 25/10/2010 10:18



Vous faites bien de soulever le cas du Préfet Bonnet ... Comment se fait-il qu'on ait fait preuve, à son égard, d'autant de mansuétude?


NE SERAIT-CE PAS PARCE QUE LE GOUVERNEMENT DE L'EPOQUE, DIRIGE PAR UN CERTAIN JOSPIN, a bel et bien ordonné, verbalement, de monter cette opération et que le Préfet Bonnet disposait du même coup
d'un phénoménal pouvoir de nuisance? Quelque chose dans le style : "Vous me donnez ce que je vous demande et, en échange, je vous fiche la paix et vous n'entendez plus jamais parler de moi" ...
Car s'il est à peu près certain que c'est bien le Préfet Bonnet qui a piloté cette opération, il est absolument encore plus certain que ce sont des gendarmes de la République qui ont commis ces
actes. Or ces gendarmes ne pouvaient pas ignorer que cette action était évidemment illégale. S'ils ont agi de la sorte, c'est que, nécessairement, ils se savaient absolument couverts ...



Jean-Pierre 25/10/2010 09:25



Que l'extrême gauche travaille le syndicalisme à la justice, probablement... Mais il conviendrait peut-être de revoir le cadre du droit de grève... En Allemagne le droit de grève est aussi
sacro-saint qu'en France, cependant, il ne peut s'exercer que dans le cas où une revendication PRÉCISE est avancée... Pas avec une vague revendications comme l'abandon d'une réforme ou sa
renégociation...



Jacques Heurtault 25/10/2010 09:54



Là, Mon Cher Jean-Pierre, je ne vais pas être d'accord avec vous.


Je fais une distinction FONDAMENTALE entre le droit de grève qui est absolument sacré et le blocage des routes et des raffineries et autres lycées, collèges (à quand le blocage des maternelles?)
et universités. 


Le blocage ne peut être ni admis, ni accepté ni même toléré. A chaque fois qu'il y a un blocage quelque part, il FAUT que, PAR LA FORCE si nécessaire, voire même par la BRUTALITE, le blocage soit
levé par les forces de l'ordre agissant sur instructions (et en aucun sur leur propre initiative). IL NE PEUT Y AVOIR LA MOINDRE CONTREPARTIE. Ce la ne peut donc pas être "On ouvre des
négociations si vous levez le blocage" et pas davantage "On lève le blocage si vous ouvrez des négociations."


Il n'en va pas de même si les grèvistes disent : "On continue la grève si vous n'ouvrez pas de négociations" et pas de même non plus si les Pouvoirs publics disent "On ouvre des négociations si
vous cessez la grève".


Il ne faut pas confondre "droit de grève" et "blocage"!


La revendication actuelle, à mon avis économiquement infondée est néanmoins juridiquement respectable. On peut faire grève pour demander l'abrogation d'une loi. Mais les Pouvoirs Publics ne
peuvent tolérer qu'il soit procédé à des blocages (physiques, s'entend) pour demander l'abrogation de cette même loi.


La revendication dominante ("retour aux 60 ans et 65 ans; abandon des 62 ans et 67 ans") est indiscutablement précise. Personnellement, je la désaprouve mais je lui reconnais un "statut de
légitimité juridique".



Daniel HEURTAULT 23/10/2010 19:16



cette vidéo est très actuelle, mais toutes ressemblances avec des personnages pouvant exister aujourd-hui sont purement fortuites!:


http://www.facebook.com/pages/On-sait-ce-que-lon-veut-quon-sache/143363392375566