Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Salles de "shoot" ...

1 Juin 2013, 23:15pm

Publié par Jacques Heurtault

Voilà encore un " machin" qui va poser problème à plus d'une personne! Notamment parmi les catégories populaires, celles qui sont - en principe - plus portées vers la gauche que vers la droite ...

 

Comment peut-on faire preuve d'autant d'incohérence face à ce problème que constituent "les drogues illicites"?

 

De deux choses l'une :

1. Les drogues sont illicites et la vente, la détention et la consommation sont donc interdites. En foi de quoi, la répression des transgressions doit être organisée! Et effectivement mise en oeuvre ...

2. Soit "on" veut permettre la consommation de drogues présentement illicites auquel cas il faut en rendre la vente, la détention et la consommation licites!

 

Il faut choisir!

 

Eh bien, non! La Gauche ne VEUT PAS choisir ... Ou bien ne PEUT PAS choisir!

 

Elle ne peut pas choisir car elle est profondément divisée sur cette question!

 

Au sein même du Parti socialiste, les deux "lignes" s'affrontent ...

Les uns pensent que les responsables, ce sont ceux qui dirigent les réseaux et qui se font "des couilles en or" avec le commerce de ces drogues illicites. Ils n'ont pas tort!

D'autres pensent que s'il n'y avait pas de consommateurs, il n'y aurait pas de clients et, donc, pas de réseaux de distribution et, donc, pas de chefs à la tête de ces réseaux. Ils n'ont pas tort!

D'autres pensent qu'il ne sert à rien de réprimer car on n'en viendra pas à bout avec ce genre de méthodes. Peut-être n'ont-ils pas tout à fait tort ...

 

Pour ma part - c'est une question de tempérament personnel - je déteste rester "le cul entre deux chaises"! Boire ou conduire, il faut choisir ... Alors je suis enclin à choisir ... la répression car ces drogues sont illicites! Point barre.

 

Si on choisit la répression, il faut la mettre en oeuvre, franchement, résolument, fermement.

Mais ça va certainement provoquer un engorgement des tribunaux répressifs, principalement les tribunaux correctionnels! Du boulot pour Taubira!

Or Taubira a dit qu'elle était prête à tout pour éviter "la prison" pour ceux qui enfreignent la loi ... En clair, elle n'ira pas dans le sens de la répression. C'est, probablement, une question de tempérament ... 

 

Cela fait déjà plusieurs années que je m'interroge sur la meilleure façon de combattre ce fléau. "On" m'explique que c'est "le capitalisme" qui en est la cause profonde et que, par conséquent, en changeant de système, on résorbera le fléau. Moi, je veux bien mais j'aurai l'honnêteté de dire que je ne crois pas du tout ni à cette explication ni à cette démarche ...

 

En conséquence de quoi, je veux bien que l'on essaie une autre méthode ...

1. On légalise la vente, la détention et la consommation de drogues. En clair, elles deviennent "licites".

2. Mais qui dit "licite" ne veut pas dire "vente libre". Le tabac, les cigarettes, les boissons alcoolisées sont "licites". Les médicaments (du moins, certains d'entre eux) sont "licites". Pour autant, ils ne sont pas en vente totalement libre. Le tabac ainsi que les produits du tabac, en tant que produits, sont sous contrôle strict au niveau de la culture, de la fabrication et de la distribution et même de la consommation. Même chose pour les boissons alcoolisées. Pour ces dernières, on sait qu'une politique de "prohibition" conduite aux Etats Unis a surtout permis le développement de la criminalité ... allant à l'encontre d'un des buts recherchés.

3. Il conviendrait donc que la production, la vente, la détention et la consommation de substances ayant des effets bien établis d'addiction soient strictement réglementés. Pourquoi ne pas les distribuer sur ordonnance médicales? Non remboursées par la Sécu, évidemment!

4. Dans tous les cas, le réseau de distribution serait placé sous contrôle strict comme le sont, actuellement, les pharmacies. La production elle même serait placée sous contrôle strict, comme c'était le cas du tabac (7 feuilles par pied, pas une de plus!). Il y aurait des contrôles stricts de la qualité des produits ...

5. Une vraie chaine de production, fabrication, distribution, consommation sous contrôle strict de la puissance publique serait - peut-être - la garantie d'une meilleure maitrise de l'usage et donc un moyen de limiter les ravages liés à l'usage de ces maudits "produits" ...

 

Je ne sais! J'ai le cul entre deux chaises!

 

En tout cas, vous avez remarqué que j'ai utilisé principalement le conditionnel ... Ce n'est pas le produit du hasard!

Commenter cet article

Loubomyr 03/06/2013 21:52


Vous trouverez la liste des pays par IDH dans wikipédia ou sur le site du PNUD

Jacques Heurtault 03/06/2013 22:02



Merci!



Loubomyr 03/06/2013 12:14


Entre soigner de force un drogué et le mettre en prison (ou normalement il ne devrait pouvoir se fournir) je ne vois pas la différence sur le plan de l'esprit du politique appliquant l'une ou
l'autre des deux solutions.ET puis il est d'autres addictions qui nous coutent aussi cher, tant en terme de santé publique que d'économie de la santé : tabac, alcool et benzodiazépines (et
anti-dépresseurs). Et si tout cela n'était que le reflet, le marqueur d'une société malade? Maintenant, la question reste valable : si on fait évoluer la société vers plus de bonheur, supprime
t'on pour autant ses accès de maladies? Les pays disposant d'un haut indice du développement humain n'ont pas pour autant réussi à éradiquer ces addictions. Peut etre y sont elles moins
nombreuses?

Jacques Heurtault 03/06/2013 12:45



Quels sont ces pays? Tous les lecteurs de cet articles et des commentaires qui l'accompagnent seront intéressés par cette information, j'en suis sûr. En tout cas, moi, ça m'interesse!


J'ai VRAIMENT le cul entre deux chaises! Je sais simplement qu'il faut progresser sur cette question. Comment y parvenir? je n'ai que des ébauches (mal fagôtées!) de "propositions audacieuses"
qui n'en sont pas! (Je parle des miennes ...)



Loubomyr 03/06/2013 10:23


OK avec le commentaire N° 4 de Rivaud. Sans tomber dans l'angélisme béat, n'oublions pas que les drogués sont d'abbord des malades et qu'un encadrement de leur consommation avec fourniture de
produit et accompagnement psychiatrique pourrait constituer un début de solution, et ce d'autant plus qu'il permettrait (en partie) d'assecher les réseaux de distribution maffieux.


Mais il nous faut aussi penser global : agir uniquement en bout de chaine ne servira à rien et tant que l'opium sera profitable au paysan afghan, la coca aux miséreux des andes et l'ectasy aux
petits labos de l'est ou de chine, on ne résoudra pas le problème.


Et d'un bout de la chaine à l'autre on se trouve confronté à la question du coût de l'éradication de ce fléau. Alors l'espoir est peut être dans la recherche médicale, trouvant un moyen
(chimique, biologique ou autre) de couper l'addiction.


C'est comme en économie : un produit sans marché ne peut pas se vendre et même élargir l'offre ne sert à rien si l'envie n'est pas là ...........

Jacques Heurtault 03/06/2013 11:08



Ne perdez pas de vue que tout traitement médical ne peut être mis en oeuvre que si l'une des deux conditions suivantes est satisfaite :


- adhésion du malade au traitement


- décision de JUSTICE imposant le traitement ...


En l'état actuel de notre législation, on ne peut pas "rafler" les drogués et les mettre sous traitement imposé. Cela supposerait qu'ils soient quasiment attachés sur un lit puis perfusés (ou je
ne sais quoi d'autre!) de force!


Su le mode de l'humour noir, il y a bien la solution qui consiste à les "piquer" définitivement comme on "pique" les chiens et les chats ... Je vous laisse le soin d'imaginer l'enfer sociétal que
cela préparerait. Il y a un film qui traite d'un sujet similaire mais je ne me souviens plus du titre. Le scénario est, en gros, le suivant :


- ça se passe en ... Roumanie ! (Tiens donc!)


- une partie de la population est "atteinte" d'une "maladie"


- des agents ("assermentés"!) ont la liste nominative de ces personnes.


- ces agents disposent du droit de "piquer" les malades en pleine rue ...


- quand "on" leur demande des comptes (sur place ..., après leur forfait), ils exhibent leur carte professionnelle, ce qui a pour conséquence immédiate de les protéger, toute personne qui
voudrait les neutraliser commettant alors un grave délit ...


J'ai vu ce film à la télé il doit y avoir environ 15 ans (?) ...



Rivaud 03/06/2013 10:00


Nos taulard qui sont parfois aussi les leurs!

Jacques Heurtault 03/06/2013 10:49



Ah! Ah! Ah!


Certes! ... Mais les taulards qui sont aussi des "Roms" sont d'abord des taulards ... Donc, envoi (c'est à dire retour!) en Roumanie!



Rivaud 03/06/2013 10:00


Faire des appels d'offre....

Jacques Heurtault 03/06/2013 10:46



Hum! C'est compliqué les appels d'offres! Le cadre juridique est très contraignant ...



Rivaud 02/06/2013 20:01


Tout d'abord, il faudrait revoir complètement la prison préventive. Le système de caution n'est pas dénué d'avantage, il évite d'encombrer des prisons et d'enfermer des "présumés coupables" qui
seront mis hors de cause.


Le système pénitentiaire coûte trop cher, pas de financement: délocalisons, sous-traitons.

Jacques Heurtault 02/06/2013 20:40



Délocaliser? mais dans quel pays? En Inde?, En Roumanie? Ils nous filent leurs "Roms", on leur refile, en échange, nos taulards?



Rivaud 02/06/2013 19:54


Si l'on admet les salles de schoot, pourquoi pas, mais il faut aller jusqu'au bout. Tel que prévu, la vente par les dealers continuera comme avant. Ne serait-il pas plus logique d'y  fournir
la drogue au consommateur à un prix en dessous de celui auquel il peut se la procurer: les prises par policiers et douaniers devraient suffire, au moins pendant un temps, car le trafic devrait en
pâtir, et le système s'auto-financerait. 

Jacques Heurtault 02/06/2013 20:38



Je dois avouer que je ne sais rein des modalités pratiques de fonctionnement de ces salles de "shoot" ...


Votre idée mérite un examen sérieux.


Quelqu'un peut-il satisfaire nore curiosité commune? Merci d'avance à lui ou à elle ...



guillaume 02/06/2013 18:36


La gauche ne veut pas choisir,dites-vous;la droite ne l'a pas fait non plus.Ce n'est pas une question simple:vous meme avez(je vous cite)"le cul entre deux chaises"!Par contre vos
propositions/réflexions me semblent censées.C'est un début de débat.Il faut une ouverture sur ce sujet,la répression telle que nous la pratiquons est inefficace et ce fleau perdure.Les pauvres
deviennent dealers et s'enrichissent et deviennent mafieux;la bonne bourgeoisie consomme bien,mais prone la répression;il faut en sortir.

Jacques Heurtault 02/06/2013 18:50



J'espère bien que la Gauche ne va prendre modèle sur la Droite ... ("la Droite n'a rien fait non plus ...").


Je rappelle quand même mes propositions de construction de 100.000 places de prison neuves pour pouvoir fermer les cloaques dans lesquels on entasse trop souvent les taulards. Au total, le nombre
de place de prison est, avec moi, en net augmentation. Je suis clairement porté sur la répression mais elle ne doit pas se faire d'une manière aveugle et imbécile.



Jean Daumont 02/06/2013 09:59


Bah !... Le monde, et pas seulement celui des hommes - est binaire : la matière et l'anti-matière, le Bien et le Mal, le Diable et le Bon Dieu, le Yin et le Yang...

Jacques Heurtault 02/06/2013 12:50



Certes, certes ... Je fais avec!



GM 02/06/2013 08:25


Et que vous oubliez l'essentiel : Comment taxer efficacement !


Puisque pour le reste, tout est en effet organiser pour "contrôler" et donc "taxer" !

Jacques Heurtault 02/06/2013 09:13



Mea culpa!


Je n'ai pas de réponse ...


Comme le tabac?


Comme l'alcool?


Mais il faut taxer ... Venant de moi, je me demande comment j'ai pu oublier une chose pareille!