Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Si j'étais Président ... Quelques unes de mes premières décisions

9 Octobre 2011, 15:15pm

Publié par Jacques Heurtault

Une élection, quand elle a été gagnée dans un climat de grande tension politique, doit refléter la personnalité du nouvel élu et les toutes premières déclarations de celui-ci doivent être particulièrement mesurées afin de ne pas apparaitre comme la manifestation tonitruante de la victoire d'un camp sur un autre.

Quand on est le Président de tous les Français (et la fonction exige qu'il en soit ainsi ...), il faut que la parole et le comportement soit en rapport avec cette universalité française. Un Président de la République, ce n'est pas un Premier Ministre.

Je ferais donc une première déclaration dès que le résultat apparaitrait comme absolument incontestable, c'est à dire, au plus tôt vers 20H15 voire 20H30 ou 21H00.

En voici le texte :


Mes chères et chers compatriotes,

 

Vous avez été appelés, ce jour, à choisir la personne qui sera amenée à représenter la France aux yeux de tous, aussi bien en France même que dans le monde entier.

Conscients du rôle éminent que notre magnifique et vieux pays a joué dans l'Histoire de l'Humanité, tout particulièrement depuis le 4 Août 1789 - jour où furent abolis TOUS les privilèges - et continuera de jouer, selon votre volonté, dans l'avenir - vous vous êtes déplacés par dizaines de millions pour exercer votre devoir et votre droit fondamentaux. Soyez en très chaleureusement remerciés.

Je viens d'avoir la confirmation officielle, de la bouche même de Monsieur le Ministre de l'Intérieur, que près de 85% des électrices et électeurs ont exercé ce devoir et ce droit. C'est bien. Cependant, ce n'est pas suffisant...Pendant tout le déroulement de ma mandature, j'agirai avec constance et tenacité pour que vous soyez, lorsque le moment sera venu, au moins 97% à exercer vos prérogatives républicaines. En particulier, je proposerai au Premier Ministre que j'aurai nommé qu'il engage, avec le Parlement, la mise en chantier de la réforme graduelle du Code électoral. En commençant par la reconnaissance explicite du vote blanc. Celles et ceux qui pensent ne pas pouvoir choisir entre les candidats et candidates qui sollicitent leurs suffrages doivent pouvoir le dire en glissant dans l'urne un bulletin blanc spécialement mis à leur disposition dans les bureaux de vote.

Dès demain, je demanderai audience privée à Monsieur le Président de la République en exercice afin que nous examinions ensemble, en citoyens hautement responsables, ce qu'il y a lieu de faire pour assurer le meilleur déroulement de la période de transition qui vient de s'ouvrir.

Je serai le Président de TOUTES les Françaises et de TOUS les Français. C'est la raison pour laquelle celles et ceux qui ont librement choisi de m'apporter leurs suffrages ne seront pas davantages remerciés que ceux et celles qui ont préféré mon concurrent. Françaises et Français, vous l'êtes toutes et tous et je n'ai moralement pas le droit de vous livrer un sentiment partisan.

 

Merci! Merci à toutes et tous d'avoir exercé votre devoir et votre droit fondamentaux.

Commenter cet article

Jacques 10/10/2011 16:19



J'en ai la larme à l'oeil.


 


jf.



Jacques Heurtault 11/10/2011 09:23



Voulez-vous un mouchoir?



Lièvre 09/10/2011 20:48



Un président élu en France devient le président de la République. Tandis que les françaises et les français, qu'ils aient ou non participé à son élection, sont les citoyens de cette
République, une indivisible, laïque. Le rôle du Président consiste donc à oeuvrer pour l'intérêt général de la démocratie et de la République, et l'intérêt général de l'ensemble des citoyens.


Au plaisir de vous lire et de vous relire Monsieur Jacques Heurtault.



Jacques Heurtault 10/10/2011 12:22



Moi, j'ai une vision bien précise du rôle du Président. Je ne veux pas d'un hyper-président. Je veux qu'il limite son action à la prise en charge de l'essentiel, c'est à dire à ce qui engage
irréversiblement l'avenir. Le Premier Ministre ne peut donc pas être un "collaborateur". Le Président doit s'interdire formellement d'agir en direct avec les mi,istres ou avec les parlementaires.
Cette fonction-là est celle du Premier Ministre.



Lièvre 09/10/2011 20:39



Confondre démocratie et bureaucratie, se réjouir de l'affaiblissement des "extrêmes gauches" et citer un vieux rockeur (dont j'admire le "talent") comme référent politique exprime bien l'état
d'incompréhension républicaine du moment, pour rester courtois et poursuivre le dialogue. 



Jacques Heurtault 10/10/2011 12:17



Je maintiens que je me réjouis de l'affaiblissement de TOUS les extrèmes. Aussi bien l'extrème gauche que l'extrème droite. Le pays, c'est un peu un énorme poids lourd. Ces mastodontes ne
supportent pas que l'on manipule le volant et la pédale d'accélérateur trop brutalement. Il faut les piloter "en souplesse".