Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Tuerie à Brétigny : six morts!

13 Juillet 2013, 14:05pm

Publié par Jacques Heurtault

Pendant combien de jours va-t-on nous en parler? Deux? Trois? Cinq? Dix? Difficile à dire avec ces journaleux ... Avec eux, on n'est jamais sûr de rien!

 

En une seule année, combien de morts dans des accidents ferroviaires ont été recensés en France? Probablement guère plus de 10; certainement moins de 20!

 

Pendant la même période, combien de morts ont été recensés dans des accidents de la route? Pratiquement 3650 ... C'est à dire plus de 300 (trois cents) fois plus.

 

Mes premières réflexions :

 

1. Un train traversant une gare nécessairement fréquentée par des voyageurs en attente de leur propre train à 137 (cent trente sept!) km/h, est ce que ça ne serait pas un peu trop rapide? Car, même en s'éloignant du quai, il y a quand même des turbulences ...

 

2. Si une ligne de chemin de fer est reconnue, par le président de l'entreprise exploitant la ligne, comme nécessitant de gros travaux de remise en état d'exploitation en 2011, comment se fait-il que ces travaux n'ont pas été, au minimum, programmés voire même physiquement engagés dès 2012, a fortiori en 2013?

 

3. Compte tenu de ce qui précède, le président de l'entreprise va-t-il présenter sa démission? Ou bien va-t-il tenter de se justifier en expliquant qu'il n'a pas de crédits et qu'il manque de moyens?

 

4. Cet accident va-t-il faire l'objet d'un traitement édulcoré du fait qu'il s'agit d'une entreprise publique? Ou bien les adversaires politiques de l'actuelle majorité vont-ils avoir l'outrecuidance de mettre en cause le Gouvernement?

 

5. Quand on connaitra la véritable cause de l'accident (il semblerait que l'aiguillage soit impliqué ...), la responsabilité civile de l'entreprise, de son ou ses fournisseurs va-t-elle est engagée?

 

6. Une chose est, pour moi, certaine : quiconque osera mettre en cause la responsabilité civile d'un salarié fera l'objet, de ma part, si j'en suis informé, d'une mise au point en forme de rectification car notre droit fixe les règles en matière de responsabilité civile : par nature, le contrat de travail emporte subrogation de la responsabilité civile au détriment de l'employeur, quand bien même le salarié aurait eu un comportement coupable, pénalement réprimable. C'est la loi!

 

Ma conclusion sera une compatissante pensée pour les personnes décédées ou gravement blessées dans cet accident dans la mesure où leur responsabilité personnelle ne saurait être engagées.

Par principe, je n'ai pas la même attitude pour les chauffards complètement irresponsables qui, parce qu'ils sont le plus souvent ivres ou "shootés", ont, un jour, tué d'autres personnes qui, elles, ne demandaient qu'à vivre ...

 


Commenter cet article

GM 15/07/2013 09:15


Tout salarié est toujours irresponsable de tout depuis 1804 !

Jacques Heurtault 15/07/2013 10:58



Au plan civil, c'est vrai. Mais ça ne l'est pas sur le plan pénal. Un salarié ne peut donc se dédouaner d'un délit qu'il aurait commis au motif qu'il a reçu l'ordre de le faire.


Par contre, un salarié qui détériore un matériel ne peut faire l'objet d'aucune retenue sur sa feuille de paie si un tribunal ne l'y condamne pas!



RIVAUD 14/07/2013 10:39


Financement des autoroutes avec nos impôts et taxes sur l'essence et ensuite cession de l'exploitation au privé, çà c'est de la bonne gestion.

Jacques Heurtault 14/07/2013 11:20



Il me semble évident, en effet, que le secteur privé ne saurait, en aucune manière, être propriétaire des routes et des autoroutes. Il y a un principe de liberté de circuler qui est supérieur au
principe de propriété.


La réponse est donc la concession d'exploitation pour une durée limitée avec des tarifs répondant aux injonctions de la puissance publique.


Pourquoi ne pas concevoir :


1. La gratuité des péages la nuit


2. La stricte limitation de la circulation des poids lourds pendant la journée. Notamment l'obligation de rester exclusivement sur la voie la plus à droite et l'interdiction, par voie de
conséquence, de doubler.


C'est une simple réflexion. je n'ai pas de point de vue arrêté sur la question.



RIVAUD 13/07/2013 16:15


Est en cause une politique en faveur du TGV qui absorbe les crédits au détriments des autres lignes et de l'entretien du réseau. Cet accident met en exergue les positions exprimées depuis un
certain temps par les Associations et les Syndicats. Sont responsables les dirigeants et les lobbys de l'industrie et du BTP et des personnalités politiques. En raison du manque de crédits le
gouvernement venait de prendre des orientations qui vont dans le bon sens, pour le rail et les autoroutes. Il vient un moment où il faut savoir arrêter le "toujours plus", arrêter le
"Développement Durable", celui qui dure depuis...Adam et Eve !


Certains diront que je suis un décliniste...mais lorsque j'ai vu les dégats irréversibles que provoque actuellement entre Tours et Poitiers la création de la LGV je me dis qu'il y a derrière des
intérêts qui ne sont pas forcément ceux de tout le monde, en tout cas pas de ceux qui ont la malchance de voir le tracé près de chez eux. C'est le cas, à hauteur de Poitiers, d'un établissement
religieux: juste entre lui et l'autoroute !    


 


 

Jacques Heurtault 13/07/2013 18:34



selon moi, ce n'est pas à l'Etat de financer en quoi que ce soit ce genre d'investissement. C'est à Réseau Ferré de France qui doit connaitre son marché, c'est à dire la demande du public, via
les opérateurs qui doivent être en concurrence les uns par rapport aux autres.


Le rôle de l'Etat doit se limiter à donner les autorisations pour le tracé de la ligne et à jouer les facilitateurs (procédures d'expropriation si nécessaire).