Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Ukraine : Il faut maintenant appliquer l'accord ...

21 Février 2014, 19:24pm

Publié par Jacques Heurtault

Ouf! Le bon sens l'a emporté ... Franchement, j'ai, deux jours durant, vraiment craint le pire! Le pouvoir en place d'une part, les oppositions d'autre part, viennent de signer un  accord POLITIQUE afin que la situation se normalise et que les conditions de calme, préalable indispensable au retour vers le chemin de la prospérité, soient rétablies.

 

J'ai vraiment cru que l'Union Européenne affichait la prétention de régler les problèmes aux lieux et places des Ukrainiens eux-mêmes qui, il ne faut quand même pas l'oublier, sont, en Ukraine, CHEZ EUX!

 

"On" a ainsi parlé de "sanctions" ... Je n'ai quand même pas rêvé! L'Union Européenne n'a aucun droit à prendre quelques sanctions que ce soit à l'encontre d'un pays qui ne compte pas parmi ses membres. Elle a mieux à faire à mettre de l'ordre en son sein, notamment à l'encontre des personnes qui spéculent contre la monnaie de l'Union ou qui répendent de fausses nouvelles dans le but évident de générer des tensions ...

 

Elle peut (et doit!), en tous lieux et en toutes circonstances, PROPOSER sa médiation pour autant que les parties en présence en soient mutuellement d'accord. Et ce n'est pas en dictant des menaces que l'on parvient le mieux à s'imposer comme médiateur.

 

Voici donc ce sur quoi les forces politiques se sont, semble-t-il, mis d'accord. Ce sont des extraits de l'hebdomadaire Le Point.

 

Début de citation :

 

 

1. Restauration de la Constitution de 2004 :

Dans les 48 heures après la signature de l'accord, une loi doit être adoptée et promulguée, restaurant la Constitution de 2004, mais prenant aussi en compte les amendements votés depuis.

 

2. Gouvernement d'union nationale :

Les signataires prennent l'engagement de créer une coalition et de former un gouvernement d'unité nationale dans un délai de 10 jours qui suit la restauration de la Constitution de 2004.

 

3. Réforme constitutionnelle :

Les travaux pour une réforme de la Constitution, qui prévoira un équilibre des pouvoirs du président, du gouvernement et du Parlement, débuteront immédiatement et seront achevés d'ici septembre 2014.

 

4. Élection présidentielle anticipée :

L'élection présidentielle se tiendra lorsque la nouvelle Constitution aura été adoptée, et pas plus tard qu'en décembre 2014. De nouvelles lois électorales seront adoptées.

 

5. Enquête :

Des enquêtes sur les récentes violences seront menées sous le contrôle conjoint des autorités, de l'opposition et du Conseil de l'Europe.

 

6. Violences et occupation des rues :

1) Les autorités n'instaureront pas l'état d'urgence.

2) Les autorités et l'opposition s'abstiendront d'utiliser la violence.

3) Le Parlement adoptera une nouvelle loi d'amnistie.

4) Les deux parties entreprendront un effort sérieux pour un retour à la normale dans les villes et les villages, avec l'évacuation des bâtiments administratifs et publics et le déblocage des rues, des parcs et des places.

5) Les armes détenues illégalement doivent être remises au ministère de l'Intérieur.

6) Le gouvernement ne pourra utiliser les forces de l'ordre que pour la protection des bâtiments publics.

 

Fin de citation.

 

On peut constater que le Conseil de l'Europe est impliqué dans la conduite des enquêtes relatives aux violences.

 

Précision très importante : il ne faut pas confondre le Conseil de l'Europe et l'Union Européenne! Ces deux structures ne recouvrent pas du tout la même entité ...

La Russie (Poutine), l'Ukraine (Ianoukovitch), la Pologne (Tusk), la France, et au moins une bonne quarantaine d'autres Etats font partie du Conseil de l'Europe ... Il n'y en a que 28 qui font partie de l'Union Européenne (et pas la Russie ni l'Ukraine!). Le siège du Conseil de l'Europe est à Strasbourg avec son Assemblée Parlementaire. C'est, d'ailleurs, à l'origine, dans l'enceinte de l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe que siégeait le Parlement Européen!

Le Conseil de l'Europe dispose, lui aussi, d'une Juridiction : c'est la Cour Européenne des Droits de l'Homme (C.E.D.H.), celle-là même qui tacle la France en dernier recours au motif que la France ayant ratifié la Convention Européenne des Droits de l'Homme, elle doit en appliquer toutes les dispositions car des dispositions ratifiées sont opposables au pays ayant ratifié la Convention (alors qu'il n'en va pas du tout de même de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, laquelle n'a aucun caractère contraignant pour l'Etat qui l'a ratifiée!).

 

Vu sous cet angle, les conditions semblent réunies pour un retour à la normale (c'est à dire une normalisation mais le mot ayant été galvaudé depuis Budapest (1956) et Prague (1968), c'est délibérément que je ne l'emploie pas).

 

Avec un peu de recul, on commence à comprendre que ce qui a empêché Iounakovitch de mettre en branle le processus répressif définitif (intervention militaire), ce sont les attitudes de désobéissance explicite de certaines forces de police et militaires. Autrement dit, la position et l'autorité réelle de Iounakovitch sont bel et bien trés sérieusement ébranlées. L'appareil d'Etat ukrainien ne répond plus "au doigt et à l'oeil".

 

De l'autre point de vue - celui des manifestants bénéficiant d'un évident soutien populaire - cet accord ne semble pas provoquer un élan d'enthousiasme ...  Déjà, les leaders de "l'opposition" (je mets des guillemets car ces opposants ne semblent pas avoir concrétisé leur unité positive et ne semblent pas être en mesure de gouverner le pays) qui s'étaient déjà fait huer avant la centaine de morts par la foule à l'évocation de la perspective d'un gouvernement d'Union Nationale se sont à nouveau fait conspués aujourd'hui ...

 

Attention! Danger! La vigilance s'impose ... L'ennemi COMMUN, désormais, c'est le comportement délibérément provocateur, d'où qu'il vienne! L'extrême-droite, très active au sein des manifestants, attise la braise ...

Commenter cet article

GM 24/02/2014 10:09


Bon et puis ?


J'ai entendu de folles rumeurs à la radio...


De quoi il retourne ce lundi ?

Jacques Heurtault 24/02/2014 11:46



1. Il faut, en toute objectivité, constater que la partie "pro-occidentale" n'a ABSOLUMENT PAS respecté l'accord qu'elle a signé!


2. L'ONU n'a aucun droit à intervenir car il n'y a pas de conflit entre deux Etats mais un conflit POLITIQUE (certes très grave!) au sein d'un Etat SOUVERAIN.


3. La sagesse recommande de suivre l'évolution de la situation au jour le jour, voire, pour ceux qui le peuvent car il en ont le temps, heure par heure ...


4. Si on vient nous expliquer, maintenant, que l'Union Européenne a de l'argent pour soutenir l'Ukraine (nouvelle?), il va y avoir des coups de sabots dans les brancards de la charette! Or, nous
sommes à trois mois des élections européennes ... Le F.N. va , évidemment, préconiser une non-intervention absolue, attitude qui va lui valoir quelques voix supplémentaires...