Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Ukraine : le temps des vraies questions.

24 Février 2014, 00:00am

Publié par Jacques Heurtault

Eh oui!, Ce n'est pas fini en Ukraine. On peut même se demander si ça ne fait pas - seulement - que commencer vraiment.

 

1. Ianoukovitch en fuite ... Voilà une "information" qui demande à être vérifiée. On est certain d'une chose : il n'a pas effectivement démissionné puisqu'il a dit exactement le contraire à savoir qu'il ne démissionnerait pas. Loin de moi l'idée de le défendre! Je cherche simplement à comprendre la situation exacte en Ukraine afin de pouvoir supputer les perspectives à venir. Il semblerait qu'il se soit octroyé des avantages matériels plus que conséquents. Ces avantages sont-ils la conséquence de l'exercice du pouvoir, c'est à dire une conséquence de la corruption qui semble généralisée dans toute l'Ukraine? Ou bien sont-ce les fruits des conditions qui lui ont permis de devenir très riche AVANT qu'il n'accède, par le moyen d'une ELECTION au suffrage universel, à la responsabilité suprême? Selon la réponse, la suite prévisible ne sera pas la même!

 

2. Timochenko a renoncé au poste de Premier Ministre. Est-ce à cause de son état de santé? Est-ce parce qu'elle a compris qu'elle n'était pas perçue comme une oie blanche par la population et notamment par les manifestants de la place Maïdan? Elle n'en a rien dit, évidemment ... Réaction prévisible surtout si c'est la deuxième réponse qui s'avère être la bonne! Elle a cependant clairement dit aux manifestants, samedi soir, qu'ils ne devaient, EN AUCUN CAS, se démobiliser ... Elle a plus confiance dans le pouvoir de la rue que dans celui du Parlement qui a pourtant élu un Président du Parlement de sa sensibilité, un Premier Ministre de sa sensibilité et un Président de la République par intérim de sa sensibilité.


3. Le pays présente quelques caractéristiques essentielles qu'il faut avoir présent à l'esprit. On a bien compris qu'il était politiquement divisé en deux "camps". Les Russophones RUSSOPHILES à l'Est. Les "vrais" Ukrainiens à l'Ouest. C'est donc "simple" ... Pas tant que ça, en réalité!

L'Est est la zone la plus industrialisée (charbon, fer, acier, etc ...). C'est aussi la zone la plus peuplée ... Or, quand il y a des élections, on compte le nombre de voix, pas le nombre de km2! D'autre part, les électeurs se prononcent non pas en fonction d'une idéologie mais en fonction de leurs intérêts!

L'Ouest est une zone essentiellement agricole, nettement plus pauvre. Cette réalité permet de comprendre pourquoi l'idée d'un rapprochement avec l'Union Européenne jouit d'une bonne popularité ... Comme l'Ouest de l'Ouest est, historiquement, polonais et que les dizaines de milliers d'Ukrainiens vont , chaque jour, travailler en Pologne et sont donc à même de constater (et de répéter à qui veut bien l'entendre!) qu'on vit déjà nettement mieux en Pologne qu'en Ukraine, l'idée d'un rapprochement-rattachement à l'Union Européenne est très présente.

Mais, pour rendre les choses encore plus compliquées, il y a la Crimée ... et son port MILITAIRE de Sébastopol, là où sont amarés les navires militaires de la RUSSIE de Poutine! La Crimée est non seulement russophone, non seulement russophile mais, historiquement, RUSSE depuis fort longtemps ... Elle n'a été rattachée à l'Ukraine que sous Staline (ou Kroutchev?) pour des raisons n'ayant rien à voir avec la sociologie historique du territoire ...

Autant dire que quiconque émet l'ombre d'une idée de rattachement de l'Ukraine à l'OTAN doit être immédiatement interné comme fou furieux extrêmement dangereux! Les navires militaires russes ont besoin d'un port d'attache et leur présence en Mer Noire est, au moins, aussi légitime que les navires militaires américains qui se trouvent déjà en Méditerranée alors qu'ils n'ont strictement rien à y faire, attendu que les côtes américaines sont très, très éloignées de la Méditerranée (si un tremblement de terre avait modifié cette réalité, ça se saurait!).

 

4. On peut donc, sans donner l'impression d'être un idiot congénital, supputer le scénario suivant :

- Ianoukovitch prépare dans l'ombre  quelques initiatives telle activer ses réseaux (car il faut être naïf pour croire qu'il est isolé).

- Le moment venu, il réapparait en rappelant qu'il est toujours le Président démocratiquement élu, toujours en exercice puisqu'il n'a pas pas démissionné.

- Il met en demeure le Parlement de respecter la légalité voire le dissout (j'ignore s'il en a constitutionnellement le pouvoir; l'Ukraine n'est pas la France).

- Le cas échéant, il organise de nouvelles élections parlementaires dans toute l'Ukraine, lesquelles ne peuvent se tenir réellement que dans les zones qu'il contrôle, russophones, russophiles voire russes (Crimée).

- Il constate que l'intégrité du territoire ukrainien est atteinte et fait appel à la Russie, Etat qui a, selon toutes vraisemblances, des accords MILITAIRES avec l'Ukraine qui est juridiquement représentée par son Président (Ianoukovitch).

 

Ainsi demarre un conflit MILITAIRE avec la Russie ... MERCI DE BIEN VOULOIR CROIRE QUE JE NE SUIS PAS ATTEINT D'UNE CRISE DE DELIRIUM!

 

On aura beau vouloir me bourrer le crâne de toutes les "justifications", y compris celles de Kouchner qui fait, tout comme Levy prénommé Bernard Henri, sa réapparition ainsi que ces deux lascars le font toujours quand il y a une fenêtre médiatique, je suis bien décidé à maintenir ma position : il faut laisser les Ukrainiens régler leurs problèmes entre eux et se limiter à une double OFFRE de médiation : l'Union Européenne d'une part (au complet) et la Russie d'autre part, à l'exclusion des Etats Unis et même de l'ONU.

Commenter cet article

pozzo di borgo jean 24/02/2014 22:17


Les occidentaux emprint  d'angelisme démocratique veulent par leur soutien à la révolte ukrainnienne,déstabiliser le sud de la russie au confin du caucasse et des zones pétrolifère dont la
production est acheminée vers la russie via l'ukraine.


 La même stratégie du cheval de trois démocratique,nous condusîme à detruire l'irak de sadam" le démont" entrénant ce pays et son peuple à sa perte des centaines de millier de victime pour
qui pour quoi ? pour qui ?


méme stratégie pour la lybie de kadafi quelle réussite un bon en arrière de deux siecle ,l'egypte du laique basse de moubarak déstabiliser ruiner et meurtri pour finalement mettre les islamistes
aux pouvoir ,finalement chasser par le peuple au profit d'un autre général.


 la syrie de bachar autre satan dans la quelle nos belles ames on déclancher une guerre cvile d'un autre age au doux parfum de giade plus de cent viengt mille morts et une autre zone du
moyenne orient déstabiliser.


 Le politiquement correcte et son dogme du droit d'ingérance on atteint un tel niveau de perfidie dans  l 'art de la déstabiliation, qu'ils sont devenu une arme de déstruction massive
des peuples et des états comme le totalitarisme dans les années trente.


pour qui ? pour quoi ? pour qu'elle interet ?


Là est la question!!!!!!!!!!

Jacques Heurtault 25/02/2014 10:00



Là est la question, en effet! Je n'ai pas de réponse ...



GM 24/02/2014 10:53


Ah tiens donc : Vous touchez presque le fond du problème en citant "Couche-nerf" et "Bé-hache-elle".


La première religion monothéiste se mêlerait-elle par ses comparses de venir mettre de l'ordre dans les deux suivantes ?


A savoir d'un côté et à l'ouest des "papistes" et de l'autre côté, à l'est, des orthodoxes (russes, par dessus le parché) !


 


Parce que le vrai noeud des "non-dits est là !

Jacques Heurtault 24/02/2014 12:03



Je ne partage pas ce point de vue. C'est une lutte de très gros intérêts économiques. Rien d'autre. Les religions ne viennent là que pour servir de paravent afin de tenter d'embrouiller les
pistes ... Plus c'est compliqué, plus c'est difficile à comprendre POUR LES PEUPLES! Et plus cela devient facile de rouler lesdits peuples dans la farine!