Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Jacques Heurtault. Propositions audacieuses. Invitation au débat.

Une politique de l'immigration maitrisée ...

26 Octobre 2013, 10:45am

Publié par Jacques Heurtault

Le débat ne peut plus être indéfiniment repoussé ... Aussi vais-je tenter de présenter l'état actuel de ma réflexion sur ce sujet ... particulièrement exposé à la plus honteuse des exploitations et des déformations. C'est si facile de conclure que tel ou telle est xénophobe, raciste ... etc!

 

Pas question de me laisser entrainer dans cette labellisation outrancière.

 

Tout d'abord, il convient de rappeler le sens exact des mots ... En découlent naturellement quelques "règles" qu'il n'est pas nécessaire de machonner longuement pour les comprendre. Le mot "règle" est entre guillemets car il ne s'agit pas, là, de dispositions législatives ou réglementaires mais bien seulement de convictions personnelles que je crois cohérentes entre elles.

 

1. Racisme.

C'est l'expression d'une thèse selon laquelle telle "race" d'êtres humains serait supérieure à une autre, laquelle revient à dire que telle autre "race" serait donc inférieure à telle autre. Non seulement le terme de race est complètement imbécile quand on parle des êtres humains mais encore le brassage même des populations et les mixités d'origines qui en découlent par la force des choses prouvent que faire ne serait-ce qu'une distinction entre des "races" n'a aucune base scientifique.

Il convient tout autant de préciser que les "vieux", les "jeunes", les "femmes", les "immigrés", etc ... sont encore moins des "races"! Parler de "racisme anti-jeunes", de "racisme anti-vieux", etc ... est d'un suprême ridicule! Malheureusement, chacun peut constater que ces expressions sont couramment employées, y compris par des personnes dont tout conduit à penser qu'elles sont très cultivées.

 

2. Xénophobie.

Comme nous l'apprend l'éthymologie du mot, la xénophobie, c'est la haine des étrangers. Son contraire, c'est la xénophilie. Il est tout à fait symptomatique que le premier de ces deux mots est, hélas!, couramment employé tandis que le second ne l'est pratiquement jamais.

Pour ma part, je n'ai pas le moindre sentiment xénophobe. Je suis même résolument xénophile. Pour preuve le nombre très nettement supérieur à la moyenne des Français de voyages que j'ai effectué dans des pays étrangers. Tout particulièrement les pays européens mais pas seulement, loin s'en faut.

Certes, il s'agit de tourisme et je ne suis jamais allé travailler durablement dans un pays étranger sauf la Belgique, pays dans lequel j'ai travaillé pendant environ 18 mois quand j'étais attaché d'un parlementaire français au Parlement Européen.

J'estime, en effet, que, pour travailler durablement dans un pays étranger, il faut non seulement en parler la langue la plus courante dans ce pays mais encore maitriser cette langue. Parler une langue et maitriser une langue, ce n'est pas la même chose!

J'évalue à, au moins, 30 pays différents la liste des pays dans lesquels j'ai vécu au moins une semaine (pas nécessairement d'une manière continue ...).

 

3. Immigrés en situation régulière (ou, bien évidemment, irrégulière!).

Ma première remarque sera de rappeler que, par définition, en vertu des traités qui organisent l'Union Européenne, toute personne ayant la nationalité d'un des Etats membre de l'Union Européenne est nécessairement en situation régulière lorsqu'elle est présente sur le sol d'un autre Etat membre. Cette situation est la conséquence directe de la mise en oeuvre, désormais ancienne, du principe de libre circulation des personnes ressortissantes de ces Etats membres au sein de ces mêmes Etats membres.

Un Suédois qui vit en France est, par définition, en situation régulière. Un Turc qui vit en France est - peut-être - en situation régulière. Pour lever le doute (raison d'être de l'expression "peut-être"), il convient de procéder, en tant que de besoin, à la vérification du bien fondé de la régularité de cette situation.

Un étranger est en situation irrégulière s'il ne peut PROUVER qu'il est en situation régulière. Ce point est très important! Selon moi, c'est à l'étranger de prouver qu'il est en situation REGULIERE et non à la France de prouver qu'il est en situation irrégulière ... La non-preuve de la situation régulière doit impliquer AUTOMATIQUEMENT ET SANS DELAI la reconduite effective à la frontière, à titre purement conservatoire. Cela veut donc dire que la personne concernée conserve la possibilité de pouvoir entrer ultérieurement sur le territoire de la République si elle DEVIENT en mesure de prouver qu'elle répond aux critères fixés. La reconduite à la frontière ou, mieux, la reconduite dans son pays d'origine, ne doit donc pas nécessiter la prise d'un arrêté d'expulsion (lequel, de fait, par son enregistrement, interdirait tout retour régulier sur le territoire de la République de ladite personne). Un simple arrêté de reconduite à la frontière ou de reconduite dans le pays d'origine (indispensable pour fonder l'action éventuellement coercitive des forces de police) doit suffire, sans que cette reconduite (pas plus d'ailleurs que l'expulsion) soit nécessairement motivée par écrit.

Cela revient donc à dire que tout candidat à l'entrée ne dispose d'aucun droit à cette entrée mais seulement de la possibilité d'entrer et, donc, du droit de formuler une demande. Les mots, tous les mots, ont leur importance! 

 

4. "Roms".

Sauf erreur de ma part, les "Roms" sont un groupe d'êtres humains qui ne recouvre pas une nationalité particulière. On peut être "Rom" et Français. On peut être Roumain et ne pas être "Rom". Il convient, c'est très important, de ne pas confondre! Il s'ensuit que désigner les "Roms" à la vindicte populacière est rien moins qu'une outrance inadmissible. Si un "Rom" est un criminel, il doit être sanctionné non parce qu'il est "Rom" mais parce que c'est un criminel ... Dans ce cas, la procédure qui s'applique doit être la même que celle qui s'applique à chacun si il est dans la même situation.

 

5. Communautés et communautarisme.

Je suis très hostile au communautarisme! Je n'ai pas d'opinion sur le terme de "communauté". C'est un terme incroyablement flou! Ainsi, on entend parler de "la communauté internationale" ... Je mets quiconque au défi de me définir ce qu'est "la communauté internationale"! N'essayez pas ... Vous n'y arriverez pas! C'est d'ailleurs pour ça que je lance le défi : je suis certain de gagner mon défi!

Il n'en va pas de même du concept de "communautarisme" que je combats avec une très grande fermeté. Le communautarisme, comme beaucoup de mots en "isme" est une idéologie, voire même un projet politique ... Son acception suppose la définition préalable de la communauté à laquelle il est fait, plus ou moins, implicitement référence.

Le "communautarisme" entend structurer la société civile dans son ensemble autour de différentes communautés. Des gens ont, par ailleurs, le sentiment d'appartenir à une "communauté" ...

Discutez avec un Arabe de questions d'ordre religieux. Il y a de fortes chances pour que, assez rapidement, il vous dise "L'islam est NOTRE religion". J'ai mis le mot "notre" en capitale pour faire ressortir le fait qu'il ne dira pas "L'islam est MA religion". Dans son esprit, il y a identité entre sa situation d'Arabe (qui est complètement définitive car ni lui ni personne ne peut y changer quoi que ce soit) et la religion musulmane alors même qu'il peut l'abandonner pour en adopter une autre ou ... aucune. Personnellement, je suis de culture religieuse catholique mais il ne me viendrait pas à l'esprit de dire, en tant que Français, que le christianisme est NOTRE religion! Même s'il me parait évident que le christianisme a fortement marqué toute l'histoire de la France ... Ce que je dis là n'est pas la transcription de je ne sais quelle vérité révélée mais la relation de faits que j'ai personnellement observés, à plusieurs reprises, dans le déroulé de ma propre vie. Rien de plus!

 

6. Politique d'immigration.

Les mots ont un sens!  Une politique, c'est une attitude générale qui, en principe, ne change pas tous les matins. C'est aussi la mise en oeuvre de règles écrites qui s'appellent "lois" et "décrets" et qui s'inscrivent dans un principe constitutionnel que l'on appelle "l'Etat de droit", lequel s'oppose à la notion d'abus de droit.

Notre pays peut avoir besoin de certaines compétences professionnelles. Il serait donc absurde et manifestement contraire à NOS intérêts de refuser par principe à des personnes non ressortissantes d'un pays membre de l'Union Européenne la possibilité de venir travailler en France ...

J'affirme haut et fort que nous devons avoir le droit de filtrer les entrées en fonction de nos intérêts! Nous pouvons être ouverts sur le monde. Nous ne devons pas être fermés. Pour autant, nous ne sommes pas obligés d'être naïfs!

Bien entendu, ne serait-ce que par pure nécessité pratique, on ne peut pas s'interdire de signer des accords, des conventions et des traités avec d'autres Etats. En vertu du principe d'Etat de droit, notre signature nous engage ... Comment serions nous jugés dans le monde entier si, après avoir ratifié un traité, nous ne respections pas nos propres engagements? Nous perdrions tout crédit vis à vis des autres et il ne fait aucun doute que, à terme, nous en subirions de graves conséquences nuisibles à nos intérêts!

Pour autant, un accord, une convention, un traité n'ont JAMAIS un caractère définitif! Nous avons le droit de mettre un terme à un traité qui nous lie avec d'autres Etats! A condition de respecter les formes de dénonciation dudit traité généralement contenu dans le traité lui-même au moment de sa signature... Cela va de soi!

Il s'ensuit de cela que la modification d'une politique ne peut être que l'aboutissement d'une réflexion appronfondie. Il s'ensuit tout autant que le terme d'inflexion d'une politique est beaucoup plus adapté que celui de modification ou, plus encore, que celui de changement radical! Pas de place pour les "il n'y a qu'à" et les "il faut qu'on". La méthode des "il faut qu'on ..." est un "bon" moyen de passer, aux yeux du plus grand nombre, pour de "vrais cons"! Basta ...

 

En voilà assez pour exprimer une petite partie de mes opinions sur un sujet aujourd'hui particulièrement sensible!

 

Que les bouches s'ouvrent!   

 


Commenter cet article

GM 28/10/2013 18:31


La mienne dit : "Clair" !


Et de rajouter : On peut avoir des opinions contraires, je n'en disconviens point.


 


Et on peut rajouter que :


1 - La notion de "racisme" vient de la religion du Livre : Dieu choisit "Son" peuple.


S'il n'est pas supérieur, tous les autres lui sont quand même "inférieur".


Même que, le même Dieu aurait envoyé son fiston pour expliquer aux héritiers d'Abraham que la parole divine (recueillie par les prophètes, mais surtout dans le décalogue de Moïse, des règles de
"bonnes conduites assez simples), n'étaient pas réservée aux seules 12 tribues, mais à l'ensemble des hommes...


Ce qui change tout du "programme" primitif, naturellement...


 


2 - Arabe et Musulman, ça n'a pas e sens quand on les amalgame. Il y a quantité de Musulmans qui ne sont pas arabes, mais black ou asiatique, et quantité "d'arabe" qui ne sont pas d'Arabie et
d'autres qui sont chrétiens coptes, anglicans même dans des pays de confession musulmane.


Faudrait arrêter avec ces amalgames réducteurs...

Jacques Heurtault 28/10/2013 18:58



Je ne fais que reprendre, aux fins d'illustration, un "raisonnement" certes réducteur mais néanmoins bel et bien "tenu" ... sans y voir ce qu'il a de réducteur!


Dans la même "veine", une autre "idée" : "Avec les asiatiques, on n'a jamais de problème tandis qu'avec les Arabes, on en a toujours ..." 


Proverbe : Il n'y a pas de fumée sans feu! (autrement dit : "Ce que je dis n'est sans doute pas bien dit mais il y a un fond de vérité ... que tout le monde comprend!".



Loubomyr 28/10/2013 10:22


Une politique de l'émigration maitrisée : il y a ambiguité (voulue?) dans ce titre!! A quelle mot s'applique le qualificatif?


S'il s'agit de la politique, reconnaissons que l'empilement des textes (souvent de corconstances comme c'était le cas sous Sarko), n'a pas résolu le problème ; comme si chaque nouveau texte
créait de nouvelles conditions d'extension du problème ; bref on est loin de la maîtrise, on est plutôt dans le cafouillage!!!!


Si c'est l'émigration qu'il s'agit de maitriser reconnaissons qu'il en est de même que les digues pour la protection des berges le long de la Loire : une zone innondable reste une zone innondable
mais le limon peut créer de riches terres arabes (heu pardon arrables!!!)

Jacques Heurtault 28/10/2013 11:24



Il faut le dire clairement : ne pas vouloir maitriser la politique de l'immigration, cela revient à vouloir la destruction de notre système de protection sociale!


Selon moi, c'est à nous seuls de décider qui peut ou ne peut pas entrer sur notre territoitre. Nous n'avons aucune justification à fournir à personne autres que les électeurs et électrices
français ...(et, par extension, aux électeurs et électrices de l'Union Européenne).



Loubomyr 28/10/2013 10:03


Je suis bien d'accord avec vous pour dire que le racisme est une imbécilité, dans le sens où il n'existe qu'une seule race humaine (génétiquement parlant) sur terre. Il y en a eu deux du temps de
la co-éxistence de Néanderthal et Cromagnon ; maintenant c'est fini. Quand au mot racisme à propos de tout et de rien, il en est de cette utilisation intempestive à propos des clivages humains
comme de celle de l'expression "prise d'otages" à propos des grèves de la SNCF : un abus de langage caractéristique de la vision réductrice des journaleux de m....!!!! Un autre mot que l'on a
bien galvaudé dans le microcosme politico-médiatique, c'est celui de "réforme" ; la réforme étant maintenant utilisée par ceux qui ne la subiront pas mais qui l'éllaborent, pour caractériser des
mesures de régression pour ceux, toujours les mêmes, qui devront la subir!!!

Jacques Heurtault 28/10/2013 10:15



Et ça ne va malheureusement pas s'arrêter!



Jean Daumont 27/10/2013 17:05


Je ne l'ouvre que pour vous dire que je n'ai rien à en redire et que j'imprime et classe votre exposé dans un dossier "Questions d'actualité"...Pour moi, ce ne sont des ...propositions
audacieuses, mais des réalités qui s'imposent !...

Jacques Heurtault 27/10/2013 18:27



Bien!


Ces éléments de réflexion portent, en germe, de véritables bombes législatives...